Mon bilan prévention, un temps d’échange dédié à la prévention

Mon bilan prévention est un rendez-vous permettant aux patients et aux professionnels de santé d’aborder les habitudes de vie, d’identifier des facteurs de risque de maladies chroniques (diabète, maladies cardiovasculaires…), réaliser des dépistages (cancers, IST…) et des rappels de vaccination.

Mon bilan prévention : pourquoi le réaliser et en quoi consiste-t-il ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les maladies chroniques représentent la première cause de mortalité mondiale. En Europe, elles concourent à près de 86 % des décès.

De plus, en 2030, 1 Français sur 3 aura plus de 60 ans et les plus de 65 ans seront plus nombreux que les moins de 15 ans. Cette augmentation de la part des personnes âgées ne sera pas sans conséquences sur les problématiques de santé et sur les occurrences des maladies, notamment des maladies chroniques, et des handicaps. Or une partie importante des maladies chroniques est liée à des facteurs de risque évitables ou modifiables. La prévention est donc essentielle.

Mon bilan prévention a pour ambition de favoriser le repérage de ces facteurs de risque, d’inciter les patients à devenir acteurs de leur santé, en adaptant leur comportement en conséquence.

En tant que professionnel de santé, la relation privilégiée que vous entretenez avec vos patients vous confère un rôle primordial pour les inciter à réaliser leurs bilans de prévention.

Quels professionnels de santé peuvent effectuer les bilans de prévention ?

Les bilans de prévention peuvent être réalisés par différents professionnels de santé effecteurs :

  • les médecins ;
  • les infirmiers ;
  • les pharmaciens ;
  • les sages-femmes.

Pour faciliter l’appropriation de ce nouveau dispositif, différents outils sont mis à disposition et téléchargeables en bas, dans la section Documents utiles :

  • un livret d’accompagnement précisant les contenus des bilans de prévention, ainsi que des précisions sur les champs thématiques couverts par le bilan ;
  • des fiches thématiques ;
  • des autoquestionnaires par tranche d’âge à destination des patients ;
  • des fiches d’aide au repérage des risques par tranches d’âge et un plan personnalisé de prévention (PPP) à compléter avec la personne lors du bilan de prévention ;
  • le replay du webinaire de présentation du dispositif diffusé le 12 octobre 2023.

Aucune formation complémentaire n’est obligatoire afin de pouvoir réaliser ces bilans en tant qu’effecteur.

Comment devenir effecteur de Mon bilan prévention ?

Si vous êtes volontaire pour réaliser des bilans de prévention, vous pouvez vous signaler. Un annuaire des professionnels de santé habilités à réaliser des bilans prévention est mis en ligne sur le site sante.fr/annuaire-mon-bilan-prevention.

Pour ce faire, vous devez vous connecter avec votre carte CPS ou e-CPS sur le site https://www.sante.fr/professionnel/connexion puis choisir « Bilan prévention » et renseigner les informations nécessaires.

Qui peut bénéficier des bilans de prévention ?

Les bilans de prévention sont destinés à toutes les personnes dans les tranches d’âge suivantes :

  • 18-25 ans ;
  • 45-50 ans ;
  • 60-65 ans ;
  • 70-75 ans.

Ces assurés recevront de l’Assurance Maladie un courriel les invitant à réaliser leur bilan de prévention.

Quels sont les sujets à aborder lors du bilan prévention ?

Le dispositif aborde notamment les thématiques suivantes :

  • les antécédents médicaux personnels et familiaux ;
  • les comportements et habitudes de vie (alimentation, activité physique et sédentarité, addictions et usages à risque…) ;
  • la prévention et le repérage de maladies chroniques (maladies cardiovasculaires, cancers, perte d’autonomie…) ;
  • le parcours de santé (vaccinations à jour, suivi buccodentaire, variation de poids…) ;
  • le bien-être mental et social (sommeil, vie affective et amicale, statut d’aidant, conditions de travail, repérage des situations de violences/maltraitances…).

Comment les patients préparent-ils leur bilan prévention ?

Pour préparer en amont son rendez-vous avec le professionnel de santé, le patient est invité à remplir un autoquestionnaire sur ses habitudes de vie, ses principaux facteurs de risques et ses aspirations. Cependant, cet autoquestionnaire n’est pas obligatoire.

Le patient prend ensuite rendez-vous avec son médecin traitant ou un autre professionnel de santé effecteur. La personne est invitée à rapporter, si possible, ses informations de vaccination, ses derniers résultats d’analyses (sanguines, urinaires…) et de dépistage.

Les 3 étapes de Mon bilan prévention

D’une durée prévue entre 30 et 45 minutes, le bilan de prévention se découpe en 3 grandes étapes.

Cette séquence permet l’identification des facteurs de risque du patient. L’auto-questionnaire complété par le patient ainsi que la fiche d’aide au repérage des risques permettent d’identifier ces facteurs de risque.

Il s’agit d’une décision partagée entre le professionnel de santé et le patient qui aboutit à la priorisation d’un ou deux sujets à aborder. Pour traiter le ou les deux sujets prioritaires, il est possible de recourir à des outils et méthodes qui suscitent et renforcent la motivation au changement d’habitudes (dimension motivationnelle).

À la fin du bilan, le professionnel de santé et la personne rédigent un plan personnalisé de prévention (PPP). Le PPP contient les éléments suivants :

  • les objectifs prioritaires construits conjointement ;
  • les obstacles rencontrés dans la conduite du changement des habitudes de vie ;
  • les actions concrètes à mettre en place pour faciliter le changement des habitudes de vie ;
  • les ressources et intervenants que le patient peut consulter (orientation vers un ou des professionnels de santé, ressources en ligne, associations notamment sportives…).

Que faire si le professionnel effecteur n’est pas le médecin traitant ?

Dans le cas où le professionnel de santé chargé du bilan n’est pas le médecin traitant, le plan personnalisé de prévention et la fiche d’aide au repérage des risques doivent être transmis à son médecin traitant pour le suivi (par messagerie sécurisée, par le Dossier Médical Partagé ou directement par le patient). Le suivi du PPP ainsi que son ajustement impliquent un parcours coordonné par le médecin traitant.

Que faire en cas de suspicion de pathologie non suivie ou non connue ?

Le bilan de prévention doit être suivi d’une consultation médicale afin de permettre l’établissement d’un diagnostic. Le médecin pourra notamment réaliser un examen clinique complet et prescrire certains examens complémentaires. Cette consultation médicale pourra être suivie de consultations de second recours et/ou d’une prise en charge par d’autres professionnels (psychologue, cardiologue, etc.) dans le cadre d’un parcours de soins coordonné. Le livret d’accompagnement détaille les différents accompagnements possibles après le bilan de prévention. 

Où adresser le patient en cas de besoin ?

Une cartographie des ressources à disposition sur les territoires est disponible sur le site sante.fr.

Prise en charge et modalités de facturation pour les sages-femmes

Ces bilans de prévention seront pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie pour tous les assurés, sans frais à avancer.

Le bilan de prévention sera rémunéré à hauteur de 30 euros en métropole et 31,50 euros dans les départements et régions d’outre-mer (Drom). Il ne pourra faire l’objet d’aucun dépassement.

Il ne pourra être facturé qu’une seule fois par personne et par tranche d’âge avec le code acte « RDV ».
Les éditeurs de logiciels seront mobilisés pour prendre en compte ce nouveau code, pensez à mettre à jour votre logiciel.

Un acte pourra être facturé en sus du bilan de prévention dans les seules situations suivantes facturables et remboursables dans les conditions de droit commun :

  • lorsqu’un acte relatif à un diagnostic sera réalisé au décours du bilan de prévention : une consultation avec examen clinique et/ou prescription d’examens complémentaires (hors consultations complexes et très complexes) ;
  • lorsqu’un acte de prévention sera réalisé dans le cadre d’un programme de santé publique au cours du même rendez-vous : acte de vaccination, frottis cervico-utérin dans le cadre du dépistage.

À noter : un seul acte ou consultation parmi ceux listés pourra être facturé en sus, par bilan de prévention, et uniquement lorsqu’un besoin a été identifié lors du bilan.
Ces actes complémentaires de prévention et de diagnostic seront pris en charge par l’Assurance Maladie dans les conditions de droit commun.

Aucune majoration ne pourra être facturée en sus du tarif du bilan de prévention. Toutefois, dans le cas où le bilan de prévention est réalisé à domicile, vous pourrez facturer des frais de déplacement, dans les mêmes conditions que celles prévues par votre convention.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire