Les DMP ouverts restent accessibles

01 juillet 2021

Depuis le 1er juillet, il n’est plus possible de créer de nouveaux DMP (Dossiers Médicaux Partagés). Cela s’explique par la préparation de l’arrivée en 2022 de Mon espace santé dont le DMP sera une brique. Cela étant, la consultation et l'alimentation des DMP ouverts restent possibles et même encouragées via les canaux habituels (dmp.fr et logiciels métier). Le DMP répond à un enjeu de santé publique : disposer de la bonne information, au bon moment, où que l’on se trouve. Pour les professionnels de santé, c’est le gage d’une meilleure prise en charge médicale des patients.

 

5 idées reçues pour faire le point sur le DMP

infographie_dmp-5-idees-recues.jpg

Le dossier médical partagé, 5 idées reçues pour faire le point

Idée reçue n°1 : c’est au médecin traitant de saisir toutes les informations du patient dans le DMP.

Réponse : chaque professionnel de santé saisit les informations et documents liés à sa spécialité, en fonction de son implication dans le parcours de soin. Le patient peut lui aussi ajouter des informations le concernant.

Schéma présentant les différents professionnels de santé ou structures qui contribuent au DMP, avec les types de documents versés

  • Ehpad : dossier de liaison d’urgence (DLU)
  • Laboratoires d’analyses biologiques : compte-rendu d’analyses
  • Patient : allergies, antécédents, directives anticipées, personne de confiance
  • Radiologie : compte-rendu d’examens d’imagerie médicale
  • Médecin traitant : volet de synthèse médicale, vaccins
  • Assurance Maladie : historique des remboursements
  • Centre hospitalier : compte-rendu d’hospitalisation

Idée reçue n°2 : le DMP n’est pas utile car peu de professionnels de santé l’utilisent et l’alimentent.

Réponse : la consultation et l’alimentation du DMP connaissent une dynamique positive auprès des professionnels de santé.

Schéma présentant les chiffres clés de l’utilisation et de l’alimentation du DMP

  • Le DMP dans les usages des français :
    • 9,8 millions de DMP ouverts début 2021 ;
    • 10% de la population adulte bénéficie d’un DMP ;
  • Consultation et alimentation du DMP par les professionnels de santé :
    • + 11 100 médecins généralistes utilisent le DMP ;
    • + 880 établissements de santé utilisent le DMP ;
    • + 1400 Ehpad utilisent le DMP ;
    • 20 documents en moyenne contenus dans chaque DMP ;
    • 1 791 509 DMP alimentés par les professionnels de santé ou les établissements de santé. Hors ajouts automatiques des données de remboursement de l’Assurance Maladie et des informations ajoutées par les assurés.

Idée reçue n°3 : les informations renseignées dans le DMP sont difficiles à utiliser car elles ne sont pas organisées.

Réponse : le DMP est organisé en 9 espaces. Chaque espace comporte des sous-chapitres qui permettent de spécifier la nature du document, la date et l’auteur. Cette organisation permet donc une forte traçabilité.

Schéma présentant les 9 espaces du DMP

Documents déposés par les professionnels de santé :

  • Synthèse
  • Traitement
  • Analyses
  • Imagerie
  • Compte rendus
  • Prévention
  • Certificats

Documents déposés par l’Assurance Maladie

  • Données de remboursement.

Les données de remboursement versées par l’Assurance Maladie sont classées de façon chronologique.

Documents déposés par le patient

  • Espace personnel

Idée reçue n°4 : s’il manque une information, si une information est erronée ou si le médecin ne consulte pas le DMP, sa responsabilité est engagée.

Réponse : le fonctionnement du DMP n’a pas vocation à remettre en cause les fondements de la responsabilité médicale.

  • Le DMP fournit des informations beaucoup plus complètes sur les patients.
  • Le DMP sécurise davantage la prise de décision du médecin.

Il représente donc un atout pour les professionnels de santé !

Idée reçue n°5 : il existe déjà des dossiers patients. Alimenter le DMP fait perdre du temps en consultation.

Réponse : le dossier patient et le dossier médical partagé poursuivent des objectifs différents. Le premier est un outil propre à chaque praticien, le second est un outil au service de la coordination des soins.

DOSSIER PATIENT

  • Toutes les informations de santé d’un patient. Complété après chaque consultation.
  • Un outil exhaustif, propre à chaque professionnel de santé.
  • Les données sont stockées sur l’ordinateur de chaque praticien.

DOSSIER MÉDICAL PARTAGÉ

  • Seulement les informations de santé essentielles pour connaître l’état de santé d’un patient.
  • Un outil de synthèse et de partage entre les professionnels de santé pour disposer de la bonne information au bon moment, où que l’on se trouve.
  • Les données sont stockées en réseau

BON À SAVOIR

Pour faciliter la consultation et l’alimentation du DMP :

  • il est accessible depuis la majorité des logiciels métiers. 80% des logiciels métiers sont aujourd’hui DMP-compatibles ;
  • l’Assurance Maladie collabore avec les éditeurs pour améliorer l’ergonomie et la performance des logiciels ;
  • l’Assurance Maladie organise des ateliers permettant aux professionnels de santé de se former à la structuration des données dans leurs logiciels patients.