Deux journées d’échanges et de partage au service d’un meilleur accès aux soins

13 juin 2019

Plus de 600 personnes ont participé au colloque national « Renoncement et accès aux soins, de la recherche à l'action » organisé par l'Assurance Maladie et Odenore les 6 et 7 juin derniers.

Ces deux journées dédiées aux thématiques de l’accès et du renoncement aux soins ont été organisées à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris pour travailler sur ces questions avec l’ensemble des acteurs concernés. Elles ont permis de dresser un constat de la situation et des avancées en matière d'observation, d'action et d'évaluation du renoncement aux soins, en prenant en compte les connaissances de toutes les parties prenantes. Un état des lieux indispensable pour mieux appréhender les freins et identifier des pistes pour faire évoluer l'action au service d'une ambition partagée et reconnue comme prioritaire par l’ensemble des acteurs : améliorer l'accès aux soins à travers toutes ses dimensions (accès aux droits, réalisation des soins dans la durée, qualité des soins reçues, accès à la prévention, etc.).

Médecins, travailleurs sociaux, chercheurs, économistes, représentants d'associations, des mutuelles, des organismes de l'Assurance Maladie, des collectivités territoriales et des institutions (cf. programme)... Plus d'une centaine de professionnels aux parcours complémentaires se sont exprimés à la tribune et dans la salle pour partager leurs expériences, leurs questionnements, et leurs idées pour faire évoluer les pratiques, les modes d'organisation, les services, la réglementation, etc. Tous ont pu s'exprimer et apporter leur contribution à la réflexion.

Parmi les grands enseignements de ce colloque, il a été observé que les différents travaux de recherche sur la question du renoncement aux soins contribuent à mieux identifier et comprendre ce phénomène mais qu’ils doivent se poursuivre pour notamment mieux appréhender les déterminants sous-jacents, qu’ils soient individuels ou collectifs.

Il a également été mis en exergue que les initiatives pour favoriser l’accès aux soins et lever les freins sont nombreuses. Les échanges ont confirmé la nécessité de cette mobilisation collective pour pouvoir mieux prendre en compte les multiples déterminants du renoncement aux soins et mis en évidence l’importance d’une plus grande concertation et coordination de l’ensemble des acteurs institutionnels (ARS et collectivités locales), et de terrain (professionnels de santé, associations), voire la mutualité, pour pouvoir renforcer l'impact des actions conduites.

Le partage d’information entre les acteurs, l’automatisation de certaines démarches, le renforcement de la formation, la simplification des démarches ou encore la clarification de l'offre de service, font partie des nombreuses idées évoquées pour améliorer l’action en faveur de l’accès aux soins, en particulier en favorisant les travaux en interbranche.

Les effets positifs de certaines actions comme la mise en place de la protection universelle maladie (Puma), l’intégration des régimes étudiants et indépendants au régime général, le renouvellement automatique des droits à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) pour les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) ont également été soulignés au cours de ces deux jours.

Ces deux journées d’échanges sont le point de départ d’une nouvelle dynamique collective à mener pour faire évoluer les pratiques et les actions au service de l’accès aux droits pour tous. Elles ont vocation à venir enrichir les réflexions courantes des différents acteurs et notamment de l'Assurance Maladie sur ces questions et à favoriser le développement de nouvelles approches concertées.