Vaccination : pour les enfants et les adultes aussi

Le point sur le calendrier des vaccinations des adultes et des enfants, la prise en charge des vaccins et les vaccins obligatoires pour l’enfant de moins de 18 mois.

Calendrier des vaccinations 2023

Le calendrier vaccinal 2023 a été publié par le ministère de la Santé et de la prévention après avis de la Haute Autorité de santé (HAS).

Points-clés sur les nouvelles recommandations en 2023

  • La vaccination contre les Rotavirus est désormais recommandée chez l’ensemble des nourrissons, selon un schéma vaccinal à 2 doses (à 2 et 3 mois de vie) pour le vaccin Rotarix® et à 3 doses (à 2, 3 et 4 mois de vie) pour le vaccin RotaTeq®. Le strict respect de ce calendrier vaccinal est primordial afin d’assurer la complétude du schéma vaccinal avant l’âge limite (6 mois pour Rotarix® et 8 mois pour RotaTeq®).
  • La vaccination annuelle contre la grippe saisonnière peut être proposée aux enfants sans comorbidité âgés de 2 à 17 ans révolus. La Haute Autorité de Santé recommande d’utiliser préférentiellement le vaccin administré par voie intranasale. En cas d’indisponibilité du vaccin intranasal, les autres vaccins antigrippaux qui disposent d’une autorisation de mise sur le marché chez l’enfant peuvent être utilisés.
  • Le vaccin MenQuadfi® complète l’offre de vaccination contre les infections invasives à méningocoques de sérogroupes A, C, W, Y.
  • La loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2023 a étendu les compétences des pharmaciens, des infirmiers et des sages-femmes en matière de prescription et d’administration des vaccins.
  • Les recommandations vaccinales concernant les infections invasives à Haemophilus influenza de type b et à méningocoques sont susceptibles d’être modifiées en fonction de l’évolution du nombre de cas. Par ailleurs, les recommandations relatives à la vaccination des personnes immunodéprimées seront actualisées au cours de l’année 2023. Les professionnels sont invités à consulter régulièrement le site du ministère chargé de la santé sur lequel est publiée la version datée.

Les vaccins obligatoires pour les enfants

11 vaccins sont obligatoires pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018 :

  • la diphtérie ;
  • le tétanos ;
  • la poliomyélite ;
  • l’Haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites) ;
  • la coqueluche ;
  • l’hépatite B ;
  • la rougeole ;
  • les oreillons ;
  • la rubéole ;
  • le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites) ;
  • le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites).

Ces 11 vaccinations sont pratiquées, sauf contre-indication médicale reconnue dans les 18 premiers mois de l’enfant selon le présent calendrier. Ils sont exigibles, pour l’entrée ou le maintien en collectivite, pour tout enfant né à compter du 1er janvier 2018.

La vaccination des adultes

Le saviez-vous ? Près d’une personne sur cinq (19 %) estime ne pas être à jour de ses vaccinations.

Plus d’un quart (28 %) des personnes de 15 à 79 ans ne connaît pas la nature de sa dernière vaccination, chiffre qui grimpe à 48 % parmi les 15-30 ans.

La mise à jour de ses rappels à l’âge adulte est importante, car la protection conférée par certains vaccins ne dure pas toute la vie. Certaines vaccinations sont par ailleurs recommandées chez l’adulte dans des situations particulières, notamment en cas de :

  • projet de grossesse ;
  • maladie chronique ;
  • personne fragile dans l’entourage.

Il est conseillé de faire le point avec vos patients sur le calendrier vaccinal, de vérifier leur carnet de vaccination ou leur carnet de santé, et de répondre à leurs questions.

Chez les adultes, les rappels de vaccination DTP se font désormais à âge fixe : 25 ans, 45 ans, 65 ans, puis tous les 10 ans à partir de 65 ans. Le rappel de vaccination coqueluche est à réaliser à 25 ans et le rattrapage vaccinal contre la méningite à méningocoque C est fortement recommandé jusqu’à l’âge de 24 ans.

Consulter le calendrier simplifié des vaccinations 2023 (PDF).

Dans le cas où votre patient a activé son profil « Mon espace santé », et s’il vous a autorisé à l’alimenter, vous pouvez alors y renseigner toutes les données liées aux vaccinations réalisées.

Si votre patient a refusé l’ouverture de cet espace ou si vous n’y avez pas accès, Vous pouvez vous procurer gratuitement sur commande le carnet de vaccination proposé par Santé publique France.

La prise en charge des vaccins

La liste des vaccins pris en charge par l'Assurance Maladie est fixée par arrêté ministériel (arrêté du 16 septembre 2004 modifié par l'arrêté du 3 mars 2010 et du 27 octobre 2011).

Il s'agit des vaccins contre les maladies suivantes :

  • coqueluche ;
  • diphtérie ;
  • grippe saisonnière (pour les personnes à risque) ;
  • hépatite A (pour les personnes à risque) ;
  • hépatite B ;
  • infections à Haemophilus influenza B ;
  • infections invasives à méningocoque du sérogroupe C ;
  • infection à papillomavirus humains (HPV) ;
  • infections à pneumocoque ;
  • oreillons ;
  • poliomyélite ;
  • rougeole ;
  • rubéole ;
  • tétanos ;
  • tuberculose ;
  • varicelle.

Ils sont remboursés, sur prescription médicale, à 65 %. La part complémentaire est habituellement prise en charge par les organismes complémentaires.

À noter que certains vaccins peuvent être pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie :

  • le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) est pris en charge à 100 % pour les enfants et les jeunes de 12 mois jusqu'à 17 ans révolus, dans le cadre d’un programme de soutien à la vaccination. Il est également pris en charge à 100 % pour les personnes bénéficiaires de l'aide médicale d’État.
  • le vaccin contre la grippe saisonnière est pris en charge à 100 %, dans le cadre d’un programme de soutien à la vaccination, pour les populations à risque pour lesquelles la vaccination contre la grippe est recommandée (personnes âgées de 65 ans et plus, personnes atteintes de certaines affections de longue durée, etc.) et qui reçoivent chaque année une invitation de l'Assurance Maladie.

L’élargissement de l’obligation vaccinale chez les enfants de moins de 18 mois n’entraîne pas de modification de la prise en charge des vaccins par l’Assurance Maladie.

La prise en charge de l’injection du vaccin

L'injection du vaccin est prise en charge par l'Assurance Maladie dans les conditions habituelles : elle est remboursée à 70 % si c'est le médecin ou la sage-femme qui réalise l'injection lors d'une consultation, ou à 60 % si c'est une infirmière qui réalise l'injection, sur prescription médicale.

À noter que :

  • l'injection du vaccin peut être prise en charge à 100 % pour les personnes atteintes de certaines affections de longue durée ;
  • les pharmaciens volontaires peuvent administrer le vaccin contre la grippe saisonnière, l’injection est prise en charge à 70 %.

Les vaccins non pris en charge par l'Assurance Maladie

Certains vaccins sont recommandés, voire obligatoires, pour partir dans certains pays étrangers (exemple : vaccin contre la fièvre jaune, le choléra...), mais l'Assurance Maladie ne les prend pas en charge.