Insuffisance cardiaque : un diagnostic précoce indispensable

L’insuffisance cardiaque, ses signes et symptômes d’alerte sont peu connus du grand public. Pourtant, c’est une pathologie chronique fréquente, sévère, avec des conséquences graves pour les patients et un impact significatif sur le système de santé. Parlez-en avec vos patients à risque.

L’insuffisance cardiaque, ses signes et symptômes d’alerte sont peu connus du grand public, y compris des patients diagnostiqués. Pourtant, il s’agit d’une pathologie chronique fréquente, sévère, avec des conséquences graves pour les patients et un impact significatif sur le système de santé.

Le diagnostic précoce, la réponse clinique rapide dès la reconnaissance des premiers signes de décompensation de la maladie et la prise en charge optimale de l’insuffisance cardiaque stable relèvent d’un enjeu de santé publique majeur. C’est pourquoi les médecins et plus largement les professionnels de santé de premier recours jouent un rôle prépondérant, notamment sur le volet du dépistage, par la détection au plus tôt des symptômes de la maladie, mais aussi dans la surveillance de ces signes, une fois le diagnostic posé.

Pour favoriser cette détection précoce, l’Assurance Maladie lance une campagne nationale de sensibilisation (espace institutionnel) afin de faire connaître l’insuffisance cardiaque ainsi que les signaux d’alerte qui doivent inciter les patients à consulter leur médecin.

Les chiffres en France de l'insuffisance cardiaque (description complète ci-après)

L’insuffisance cardiaque en France

1,5 million de patients diagnostiqués.

120 000 nouveaux cas chaque année.

Une prévalence plus importante chez les patients âgés, fragiles ou atteints de comorbidités.

Des signaux d’alerte mal reconnus

Essoufflement à l’effort, prise de poids rapide, œdèmes des membres inférieurs et fatigue excessive sont les 4 signes qui indiquent que le cœur perd sa force musculaire et ne remplit plus correctement son rôle. Bien que clairement définis, de nombreuses études soulignent les difficultés de perception par la population, y compris les patients diagnostiqués, des signes évocateurs d’une insuffisance cardiaque en voie de décompensation. Ceci entraîne des retards de diagnostic et de prise en charge des patients, affectant considérablement leur qualité de vie.

Ainsi, sur 5 000 Français âgés de 18 à 75 ans interrogés sur les maladies cardiovasculaires, 44 % n’identifient pas l'essoufflement comme un signe d’alerte de l’insuffisance cardiaque. Pour les autres signes et symptômes, tels que la prise de poids ou les œdèmes, seulement 6 % d'entre eux les attribuent à cette pathologie. Et seulement 1 Français sur 4 associe également la « fatigue sans raison » à l’insuffisance cardiaque (source 1).

Au total, près de 2 patients nouvellement diagnostiqués sur 3 ont une évaluation inadaptée des symptômes (source 2).

L’insuffisance cardiaque en image : une gravité des symptômes sous-estimée par les patients (description complète ci-après)

L’insuffisance cardiaque : une gravité des symptômes sous-estimée par les patients

14 jours entre l’aggravation des symptômes et la consultation pour la moitié des patients

En cas d’hospitalisation :

  • près d’1 patient sur 2 avait présenté des signes ou symptômes dans les 15 jours précédents ;
  • seuls 40 % des patients avaient consulté leur médecin au cours du mois précédent ;
  • 1 patient sortant sur 3 n’a pas conscience d’être insuffisant cardiaque.

Source 3. Reeder K et al. Symptom perceptions and self-care behaviors in patients who self-manage heart failure. J Cardiovasc Nurs 2015; 30(1):E1-7.
Source 4. Beauvais F et al. First symptoms and health care pathways in hospitalized patients with acute heart failure: ICPS2 survey. A report from the Heart Failure Working Group (GICC) of the French Society of Cardiology.
Clin Cardiol 2021 ; 44(8):1144-1150.

 

Une errance diagnostique aux lourdes conséquences pour les patients

Il est estimé qu’entre 400 000 et 700 000 personnes ne sont pas diagnostiquées, avec de multiples conséquences pour ces patients, souvent âgés et polypathologiques (source 5) :

  • décès prématuré ;
  • hospitalisations potentiellement évitables pour une insuffisance cardiaque décompensée ;
  • altération significative de la qualité de vie.

Car lorsque la maladie n’est pas traitée, en particulier dès la survenue de ces symptômes, les capacités physiques des patients se dégradent. Ils rencontrent des difficultés à réaliser les activités élémentaires de la vie quotidienne, comme se promener, monter les escaliers, transporter des objets légers, etc.

L’insuffisance cardiaque est la 1re cause d’hospitalisation après 65 ans et est à l’origine de 70 000 décès par an. Il existe par ailleurs une « période de vulnérabilité clinique » au décours d’un épisode de décompensation de l’insuffisance cardiaque, notamment lorsqu’elle a nécessité une hospitalisation, exposant le patient à une résurgence symptomatique.

Après une hospitalisation, près de la moitié des patients seront réhospitalisés dans l’année et près d’1 patient sur 3 décèdera (source 5).

La coordination des acteurs de soins et l’encadrement optimal du patient constituent donc des éléments clés pour prévenir ce risque de décompensation itérative.

Diagnostic et surveillance de l’insuffisance cardiaque : le rôle clé du pharmacien

En tant que professionnel de santé de premier recours, le pharmacien tient un rôle important dans le dépistage de l’insuffisance cardiaque par la reconnaissance des signes d’alerte « EPOF ». Ces symptômes peuvent en effet être présents chez des patients porteurs de pathologies chroniques à risque d’évolution vers une insuffisance cardiaque (maladies cardiovasculaires, BPCO, diabète…), notamment chez les patients âgés.

Reconnaître en image les 4 signes d’alerte (EPOF) (description complète ci-après)

L’insuffisance cardiaque : reconnaître les 4 signes d’alerte (EPOF)

La présence d’un ou plusieurs de ces symptômes chez un patient doit faire penser à une insuffisance cardiaque, notamment s’il est âgé de 60 ans et plus.

  • Essoufflement inhabituel à l’effort puis au repos
  • Prise de poids rapide + 2 à 3 kg en moins d’une semaine
  • Œdèmes des membres inférieurs
  • Fatigue excessive récemment accrue lors des activités de la vie quotidienne

Important : parler des 4 signaux d’alerte avec les patients à risque pour les faire connaître et les repérer contribuera à favoriser un diagnostic précoce de l’insuffisance cardiaque.

Le rôle du pharmacien est aussi central dans le suivi du patient atteint d’insuffisance cardiaque. En suscitant le dialogue au comptoir, le pharmacien peut :

  • identifier et réduire le risque iatrogène, potentiellement élevé chez ces patients qui, en plus de l’insuffisance cardiaque, souffrent fréquemment d’autres pathologies associées pour lesquelles ils reçoivent également un traitement médicamenteux ;
  • évaluer la qualité de l’observance au traitement ;
  • prévenir les épisodes de décompensation en repérant les signes d’alerte « EPOF ».

Ces moments d’échanges permettent également au pharmacien de prévenir l’évolution de la maladie en rappelant au patient les signes d’alerte « EPOF » et les règles d’hygiène de vie « EPON » :

  • comme Exercice (faire de l’activité physique quotidienne) ;
  • comme Prendre son poids, se peser régulièrement pour prévenir les décompensations cardiaques ;
  • O comme Observance, bien suivre son traitement et aller aux rendez-vous médicaux ;
  • N comme Ne pas saler son alimentation pour éviter la rétention d’eau et de sel.

Pour aider le pharmacien, ces échanges peuvent se faire dans le cadre du bilan partagé de médication destiné aux patients de plus de 65 ans souffrant d’une ou plusieurs pathologies chroniques et présentant au moins 5 molécules ou principes actifs prescrits pour une durée supérieure ou égale à 6 mois. Mis en place par l’Assurance Maladie depuis 2012, ces bilans peuvent être réalisés en télésoin (après un premier entretien en présentiel) et également proposés aux patients résidant en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

L’Assurance Maladie aux côtés des professionnels de santé

En lien avec le Conseil national professionnel cardiovasculaire (CNPCV), le Collège de la médecine générale (CMG), la Haute Autorité de santé (HAS) et les associations de patients, l’Assurance Maladie poursuit et intensifie son engagement en faveur d’une prise en charge optimale de l’insuffisance cardiaque et de sa détection précoce.

Pour accompagner les professionnels de santé dans le diagnostic précoce de l’insuffisance cardiaque, l’Assurance Maladie a lancé en 2022 une campagne nationale de sensibilisation à l’insuffisance cardiaque et à ses signes d’alerte. Il s’agit d’une campagne pluriannuelle de communication en télévision, en radio et en presse à destination du grand public, pour faire changer les comportements, et des professionnels de santé avec la mise à disposition d’outils d’aide à la pratique et à la détection. Le deuxième volet de cette campagne, axé sur les bons réflexes à adopter pour les patients insuffisants cardiaques, débute le 24 septembre 2023.

Image du spot TV de la campagne de l'Assurance Maladie sur l'insuffisance cardiaque : on y voit un mime et un ballon de baudruche en forme de coeur

Depuis plusieurs années, l’Assurance Maladie a identifié le défi que représente également le suivi ambulatoire de l’insuffisance cardiaque. C’est pourquoi, dès 2013, en lien avec la HAS et la Société française de cardiologie, elle a déployé le service Prado dans l’insuffisance cardiaque avec pour objectif de fluidifier le parcours hôpital-ville des patients en sortie d’hospitalisation. Elle accompagne aussi les structures de santé qui souhaitent intégrer la thématique de l’insuffisance cardiaque dans leur projet de suivi (communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP), centres de santé (CDS) et la structuration des filières spécialisées en ville permettant d’optimiser l’accès aux cardiologues par la création d’équipes de soins spécialisés (ESS) en cardiologie.

En 2021, elle a conçu un outil de diagnostic territorial permettant aux professionnels de santé d’identifier, sur leur territoire, les atypies du parcours de soin des insuffisants cardiaques pour que les équipes soignantes puissent mettre en place des actions correctives.

Autre action mise en place par l’Assurance Maladie pour favoriser la prise en charge de l’insuffisance cardiaque : l’évolution du parcours de soins dans le cadre du virage numérique en santé avec la généralisation des actes de télémédecine (téléconsultation, téléexpertise, télésurveillance) permettant un recours rapide aux spécialistes ainsi qu’une concertation entre le médecin généraliste et le cardiologue, mais aussi une surveillance à distance pour les patients présentant une insuffisance cardiaque sévère.

  1. Étude « Connaissance des symptômes des maladies cardiovasculaires », GICC - juin 2018.
  2. Okada A et al. Symptom Perception, Evaluation, Response to Symptom, and Delayed Care Seeking in Patients With Acute Heart Failure: An Observational Study. J Cardiovasc Nurs 2019 ; 34(1):36-43.
  3. Reeder K et al. Symptom perceptions and self-care behaviors in patients who self-manage heart failure. J Cardiovasc Nurs 2015; 30(1):E1-7.
  4. Beauvais F et al. First symptoms and health care pathways in hospitalized patients with acute heart failure: ICPS2 survey. A report from the Heart Failure Working Group (GICC) of the French Society of Cardiology. Clin Cardiol 2021 ; 44(8):1144-1150.
  5. Livre blanc de l’insuffisance cardiaque, septembre 2021
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire