Le remboursement des substituts nicotiniques évolue

18 juillet 2018

Pour aider dans leur sevrage tous ceux qui souhaitent arrêter de fumer parmi les 13 millions de fumeurs quotidiens (1), le remboursement des traitements nicotiniques de substitution (TNS) évolue.

Comme annoncé dans le plan « Priorité prévention » présenté le 26 mars 2018, plusieurs formes de traitements nicotiniques de substitution sont désormais remboursables à 65 % par l’Assurance Maladie, sur prescription, comme d’autres médicaments : certaines gommes à mâcher depuis le 22 mars 2018, et certains patchs de nicotine (une gamme depuis le 16 mai 2018 et une autre depuis le 3 juillet 2018). Des possibilités de substitution existent pour les gommes à mâcher remboursables.

À titre transitoire, le forfait de 150 euros par an est maintenu jusqu’au 31 décembre 2018 pour les autres substituts nicotiniques non remboursables figurant sur la liste des substituts nicotiniques pris en charge. Dans le cadre de ce forfait, l’avance de frais reste nécessaire.

Durant la période transitoire, 2 types de facturations et de remboursements coexistent (prise en charge forfaitaire et remboursement normal). Dans ce contexte, il est demandé aux pharmaciens d’établir deux facturations distinctes. Certaines prescriptions pourront être relatives à des substituts nicotiniques remboursés au titre de l’un et l’autre de ces régimes de remboursement.

Responsable de plus de 73 000 décès par an (2), le tabac constitue la première cause de mortalité évitable. Prendre un traitement nicotinique de substitution (TNS) augmente les chances de réussir à arrêter de fumer de 50 % à 70 %.

 

(1) « Tabac et e-cigarette en France : niveaux d’usage d’après les premiers résultats du Baromètre santé 2016 », InVS, BEH 2017, 12, 214-22.

(2) Bonaldi C. et al., « Les décès attribuables au tabagisme en France. Dernières estimations et tendance, années 2000 à 2013 », InVS, BEH 2016, 30-31, 528-40.