« J’espère que le déploiement du DMP sera une réussite »

24 octobre 2018

Après une phase d'expérimentation de plus de 18 mois dans 9 départements, le Dossier Médical Partagé (DMP) a été généralisé à toute la France. Tous les assurés peuvent créer leur DMP, seuls ou avec l'aide des professionnels de santé. Une conférence de presse officialisera le lancement du service le 6 novembre prochain et sera suivie, à partir du 9 novembre, d’une grande campagne de communication sur ce véritable carnet de santé numérique. Le DMP permet de conserver au même endroit toutes les informations médicales des patients : traitements, résultats d'examens, antécédents médicaux, etc. La contribution des professionnels de santé, et des pharmaciens en particulier, au succès de cet outil est essentielle, comme le souligne Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens.

Des DMP sont ouverts en officines depuis maintenant plusieurs semaines. Selon vous, pourquoi les pharmaciens doivent-ils s’engager résolument dans la création de DMP ?

Carine Wolf-Thal. Les pharmaciens ont été précurseurs dans la collecte et le partage d'informations au bénéfice et avec le consentement du patient avec le dossier pharmaceutique (DP). Celui-ci existe maintenant depuis plus de 10 ans et rassemble des informations sur les traitements des personnes très utiles dans de nombreuses situations, par exemple la prévention des interactions médicamenteuses.

Aujourd’hui, les pharmaciens sont tout à fait légitimes pour inciter les patients à créer leur Dossier Médical Partagé (DMP). En effet, certaines personnes passent plusieurs mois, voire plusieurs années, sans aller voir leur médecin alors qu'il est rare qu'elles ne rentrent pas dans une pharmacie pour elles-mêmes ou pour un proche, au moins pour demander un conseil. En tant que professionnel de santé de premiers recours, le pharmacien doit donc s’impliquer dans la création des DMP. Il est au service de la population et n’hésite pas se mobiliser dès qu’il s’agit d’améliorer la santé publique.

Le DMP, généralisé désormais, est un outil clé dans la coordination des soins. Quel rôle les pharmaciens vont-ils jouer au quotidien dans le déploiement de ce dispositif et que va-t-il leur apporter dans leur pratique ?

Carine Wolf-Thal. C'est clairement l'intérêt des pharmaciens de disposer d'outils de coordination des soins les plus opérationnels afin d'y retrouver des informations qui pourraient être utiles pour améliorer l'acte de dispensation.

Le DMP permet de faciliter la transmission d'informations en amont et en aval de la dispensation. En amont, le pharmacien pourra ainsi prendre connaissance du contexte médical du patient et de ses antécédents, notamment allergiques. En aval les équipes médicales prenant en charge un patient pourront beaucoup plus facilement avoir accès aux traitements suivis par les patients.

Le DMP est un outil d'échange entre professionnels mais il est également consultable par chaque assuré. C’est pourquoi il est indispensable que les pharmaciens y accèdent aussi. Tout comme il est très utile pour les médecins de connaître les derniers traitements délivrés, notamment en cas de situation d’urgence.

Le DP et le DMP sont amenés à coexister. Selon vous, en quoi sont-ils complémentaires ?

Carine Wolf-Thal. Le DP et le DMP sont complémentaires pour la bonne prise en charge des patients. D’un côté, le DP contient les informations concernant les médicaments : prescrits ou non, remboursés ou non. Il reste l’outil professionnel, en temps réel, du quotidien pour le pharmacien et permet de détecter immédiatement les interactions médicamenteuses. Il doit à cet égard continuer à être alimenté par les pharmaciens.

De l’autre côté, le DMP rassemble toutes les informations clés de la santé du patient : historique de soins, résultats d’examens, antécédents médicaux…

Cette complémentarité DP/DMP sera réellement effective et optimale pour le patient quand suffisamment de DMP auront été créés et alimentés. Aussi pour la santé publique et pour la population, j’espère que le déploiement du DMP sera une réussite et que les pharmaciens y contribueront activement.