Isolement : durée, précautions, règles d'hygiène

Pendant la crise sanitaire actuelle, il peut être nécessaire de respecter une période d'isolement en surveillant son état de santé et en respectant les mesures barrières.

L'isolement est recommandé dans certaines situations :

L’isolement peut être difficile à vivre mais il est la solution indispensable pour se protéger et protéger les autres et ainsi contribuer à stopper l’épidémie.

Dans certaines situations, si on ne peut pas télétravailler, il est possible de demander un arrêt de travail sur le site declare.ameli.fr.

Professionnels de santé et isolement

Pour les professionnels de santé positifs au Covid-19 et sans symptôme (asymptomatiques), des dérogations à l’isolement sont possibles sous conditions pour assurer la continuité de service. Ces professionnels sont invités à contacter leur établissement.

Les professionnels de santé contact à risque qui disposent d'un schéma vaccinal complet, l'isolement n'est pas recommandé. Ils doivent réaliser un test RT-PCR ou un test antigénique le jour où ils ont connaissance de leur situation de cas contact.Si le résultat de ce test est négatif, ils doivent rester en activité en respectant les mesures barrières et en s’isolant des autres membres de leur équipe lors des pauses et des repas collectifs.Ils doivent également réaliser des autotests au 2e jour et au 4e jour après le dernier contact avec la personne malade.

Combien de temps doit-on s’isoler ?

La durée de l'isolement dépend de la situation de la personne (positive au Covid ou cas contact) et de son statut vaccinal.

Si nécessaire, il est possible de demander un arrêt de travail sur le site declare.ameli.fr.

À la fin de la période d’isolement, toute personne doit à nouveau respecter les gestes barrières, comme le port du masque et la distanciation physique et éviter tout rassemblement et tout contact avec des personnes vulnérables pendant une semaine.

La durée d’isolement dépend de votre statut vaccinal.

1. Personnes avec schéma vaccinal complet (c'est-à-dire avec un rappel ou un cycle initial de vaccination achevé il y a moins de 7 mois)

Si vous avez un schéma vaccinal complet avec un rappel réalisé conformément aux exigences du passe vaccinal, c’est-à-dire si vous avez fait votre rappel ou si, même si vous n’avez pas fait votre rappel, votre cycle initial de vaccination a été achevé il y a moins de 7 mois, vous devez :

  • vous isoler strictement immédiatement ;
  • réaliser un test antigénique (TAG) après la date du début des symptômes ou la date de prélèvement du test positif si vous n’avez pas de symptômes :
    • si ce dernier est négatif et que vous n’avez pas de symptômes depuis 48 heures, vous pouvez mettre fin à votre isolement le 5e jour,
    • si ce dernier est positif ou si vous n’avez pas réalisé de test, vous devez poursuivre votre isolement jusqu’au 7e jour après la date du début des symptômes ou la date de prélèvement du test positif si vous n’avez pas de symptômes. Il n’est pas nécessaire de réaliser un nouveau test au 7e jour.

À noter : pour assurer la continuité des prises en charge, une dérogation exceptionnelle à l’isolement pour les activités essentielles dans le secteur sanitaire et médico-social et pour les cas asymptomatiques et peu symptomatiques est possible. Les professionnels concernés sont invités à se rapprocher de leur établissement. 

2. Personnes non vaccinées ou avec un schéma vaccinal incomplet

Si vous n’êtes pas vacciné ou que vous avez un schéma vaccinal incomplet (au sens du passe vaccinal), vous devez :

  • vous isoler strictement immédiatement ;
  • réaliser un test antigénique (TAG) ou un test RT-PCR le 7e jour après la date du début des symptômes ou la date de prélèvement du test positif si vous n’avez pas de symptômes :
    • si ce dernier est négatif et que vous n’avez pas de symptômes depuis 48 heures, vous pouvez mettre fin à votre isolement le 7e jour,
    • si ce dernier est positif ou si vous n’avez pas réalisé de test, vous devez poursuivre votre isolement jusqu’au 10e jour après la date du début des symptômes ou la date de prélèvement du test positif si vous n’avez pas de symptômes. Il n’est pas nécessaire de réaliser un nouveau test au 10e jour.

3. Enfants de moins de 12 ans, indépendamment de leur statut vaccinal

Si la personne positive est un enfant de moins de 12 ans, qu’il soit vacciné ou non, il doit :

  • être isolé strictement immédiatement ;
  • réaliser un test antigénique (TAG) ou un test RT-PCR le 5e jour après la date du début des symptômes ou la date de prélèvement du test positif s’il n’a pas de symptômes :
    • si ce dernier est négatif et que l’enfant n’a pas de symptômes depuis 48 heures, vous pouvez mettre fin à son isolement le 5e jour,
    • si ce dernier est positif ou si aucun test n’a été réalisé, l’enfant doit poursuivre son isolement jusqu’au 7e jour après la date du début des symptômes ou la date de prélèvement du test positif s’il n’a pas de symptômes. Il n’est pas nécessaire de réaliser un nouveau test au 7e jour.

En cas de température à la fin de l’isolement, contactez votre médecin traitant. En effet, il convient d’attendre 48 heures supplémentaires après la disparition de la fièvre pour mettre fin à son isolement.

En cas de difficultés à respirer, vous devez immédiatement appeler le 15 (ou le 114 pour les personnes sourdes ou malentendantes).

Si vous avez été en contact à risque avec une personne positive au Covid-19, retrouvez toutes les informations sur l’isolement et les mesures sanitaires dans la page « Que se passe-t-il quand on a été en contact avec une personne malade Covid-19 ? »

Pour connaître les consignes d’isolement à respecter en revenant sur le territoire français après un déplacement à l’étranger, il faut se référer à la classification des pays, qui est définie sur la base des indicateurs sanitaires :

  • pays et territoires « verts » : pays ou territoires dans lesquels aucune circulation active du virus n’est observée et aucun variant préoccupant n’est recensé ;
  • pays « orange » : pays dans lesquels on observe une circulation active du virus dans des proportions maîtrisées, sans diffusion de variants préoccupants ;
  • le Royaume-Uni constitue une catégorie particulière de pays connaissant une circulation active d'un variant préoccupant, en raison des mesures spécifiques s'appliquant aux déplacements en provenance et à destination de ce pays depuis le 20 décembre 2021 ;
  • pays « rouges » : pays dans lesquels une circulation active du virus est observée avec une présence de variants préoccupants ;
  • pays « rouge écarlate » : pays dans lesquels une circulation particulièrement active du virus et la découverte d'un variant susceptible de présenter un risque de transmissibilité accrue ou d'échappement immunitaire sont observées.

Consulter la classification des pays et les consignes à respecter.

Pour les salariés, la seule démarche à faire consiste à informer le plus rapidement de ce retour de déplacement l’employeur qui enclenchera la demande d’arrêt de travail via un téléservice dédié. Pour en savoir plus lire l’article Covid-19 : isolement des salariés à la suite d’un déplacement pour motif impérieux.

Les travailleurs indépendants, professionnels de santé, professions libérales, artistes-auteurs, gérants salariés doivent, quant à eux, s’auto-déclarer pour obtenir un arrêt de travail sur le site declare.ameli.fr. La démarche à suivre est expliqué dans l’article Covid-19 : isolement des travailleurs indépendants à la suite d’un déplacement pour motif impérieux.

Pour toutes les catégories professionnelles, l’indemnisation sera mise en œuvre automatiquement par l’Assurance Maladie à réception de la demande.

Où peut-on s’isoler ?

On peut rester chez soi si les conditions matérielles s’y prêtent et après en avoir discuté avec son médecin.

Pendant la période d'isolement, il convient de prendre un certain nombre de précautions et de respecter des règles d’hygiène strictes.

Si l'on ne peut pas rester chez soi, d’autres solutions peuvent être proposées tels qu’un centre de vacances, un hôtel, un lieu d’hébergement collectif. Dans ce cas, il convient de suivre les consignes données par le lieu d’hébergement.

Voir la vidéo du ministère des Solidarités et de la santé « Covid-19 : l'important c'est de s'isoler vraiment ».

Quelles précautions prendre pendant son isolement ?

Pour protéger son entourage, il faut au maximum éviter les contacts avec d’autres personnes. Voici les consignes à respecter :

  • il faut rester, si possible, dans une pièce séparée de ses proches, avec la porte fermée. Il est important de dormir et de prendre ses repas seul, dans sa chambre ;
  • les contacts avec les autres personnes de la maison, de l’appartement ou du lieu d’accueil sont à éviter au maximum. On ne doit pas les toucher, ni les embrasser ;
  • en présence d’une personne, le port d’un masque chirurgical est obligatoire (même si c’est un proche), une distance de plus de 2 mètres doit être respectée et les discussions doivent être limitées à 15 minutes ;
  • il faut éviter tout contact avec des personnes fragiles, c’est-à-dire les personnes âgées de plus de 65 ans ou avec des maladies chroniques (hypertension, diabète, maladies cardiaques, etc.), les personnes avec une obésité importante et les femmes enceintes au 3e trimestre de grossesse ;
  • si possible, il faut utiliser une salle de bain et des toilettes séparées, que l’on ne partage pas avec les autres personnes de son domicile. Si on n’a pas le choix, les pièces que l’on partage avec les autres doivent être nettoyées régulièrement. Les personnes qui les utilisent se lavent les mains avant et après utilisation ;
  • il ne faut pas partager les objets de tous les jours : serviette de toilette, savon, téléphone…

  • Il faut se laver les mains très souvent avec de l’eau et du savon et se les sécher avec une serviette ou un essuie-main.
  • En cas de toux ou si la personne se mouche, il faut utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter ensuite dans une poubelle fermée.
  • Aucun objet de tous les jours ne doit être partagé avec d’autres personnes. Il s’agit, par exemple, des serviettes et gants de toilette, savon, couverts, assiettes, téléphone, vêtements, etc.

Le téléphone, en contact direct avec les mains et le visage, peut être un vecteur de transmission du virus. Pour le désinfecter, vous pouvez utiliser des lingettes désinfectantes ou un papier essuie-tout imbibé d'alcool ménager qui sera ensuite jeté.

L’isolement suppose une limitation très stricte des sorties. Voici les bons réflexes à adopter :

  • si l’on vit seul, il faut demander à ses proches (famille, amis, voisins) de livrer médicaments, courses ou repas. Quand ce n’est pas possible, se faire livrer par le magasin ou la pharmacie. Les colis doivent être, autant que possible, déposés devant la porte d’entrée ou sur le palier pour limiter les contacts ;
  • si l’on bénéficie d’une aide à domicile, la personne doit se laver les mains très régulièrement et porter un masque ;
  • donner régulièrement des nouvelles à ses proches (famille, amis, voisins) ;
  • pour toute sortie imposée par un soin médical, une consultation ou un test de dépistage, se laver les mains avant de quitter son domicile, porter un masque chirurgical et rester éloigné de plus de 2 mètres des autres. La sortie doit être la plus courte possible.

Dans un premier temps, il faut avoir le réflexe d’aérer très régulièrement les pièces dans lesquelles on vit en ouvrant les fenêtres (au moins quelques minutes toutes les heures). À cela, s’ajoutent plusieurs mesures :

  • nettoyer les surfaces touchées (poignées de porte, meubles de salle de bains, toilettes, sols, etc.) avec les produits ménagers habituels (savon, dégraissant, détergent, détachants, etc.). En cas d’utilisation d’eau de Javel, il convient de manipuler ce produit avec précaution car il peut être dangereux pour la peau, les muqueuses et les matériaux ;
  • laver les couverts et la vaisselle à part avec un produit vaisselle et les sécher. Ou les nettoyer au lave-vaisselle à 60 °C ;
  • laver son linge (draps, serviettes de toilette) à 60 °C ou plus, pendant 30 minutes ou plus. Le linge doit être mis directement dans la machine à laver, sans le secouer ;
  • privilégier des ustensiles de ménages qui ne dispersent pas les poussières comme une éponge ou une serpillière. L’utilisation de l’aspirateur est déconseillée ;
  • après avoir fait le ménage, se laver les mains et les sécher.

Il est essentiel d’éliminer les déchets contaminés ou ceux qui peuvent l’être. Voilà la procédure, étape par étape, à suivre jusqu’à la fin de l’isolement :

  • utiliser un sac plastique pour ordures ménagères réservé à ces déchets (opaque, volume de 30 litres maximum, fermeture avec liens traditionnels ou coulissants) ;
  • jeter dans ce sac uniquement les masques, les mouchoirs à usage unique, les lingettes et tous les autres supports de nettoyage jetables utilisés ;
  • garder ce sac dans la pièce de vie ;
  • fermer ce sac quand il est plein et le placer dans un deuxième sac plastique identique ;
  • ne pas toucher à ce sac pendant 24 heures. Passé ce délai, il faut l’éliminer dans les ordures ménagères (attention, ne pas le mélanger avec les déchets recyclables).

Qui contacter en cas de questions ou de difficultés ?

Pour toute question ayant un lien avec son état de santé, on peut appeler son médecin.

Si l’on vit seul, si l’on est inquiet, si l’on a besoin de parler, on peut appeler le 0800 130 000. Cette plateforme téléphonique (appel gratuit depuis un poste fixe en France) permet d'obtenir des informations sur le Covid-19, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

À qui s’adresser en cas de difficultés pendant la période d’isolement ?

Les patients diagnostiqués positifs au Covid-19 et les personnes contact en isolement à domicile bénéficient de suivis réguliers dont :

  • un suivi sanitaire réalisé par les professionnels de ville (médecin traitant, autre médecin de ville). Selon la situation spécifique du patient, plusieurs modalités de prise en charge peuvent être envisagées par les professionnels de ville (téléconsultations régulières, suivi renforcé à domicile par des infirmiers, hospitalisation à domicile…),
  • un suivi de l’isolement : la personne isolée est contactée par l'Assurance Maladie pour s’assurer que l'isolement se déroule dans bonnes conditions, pour rappeler les consignes d’isolement. L'Assurance Maladie propose un accompagnement, qui peut notamment être sous la forme d'une visite à domicile d'un infirmier. À noter que cette visite est proposée à une personne positive pour laquelle l’Assurance Maladie a pu identifier des cas contact vivant au sein du foyer.
  • un accompagnement social (garde d’enfants, portage de repas…) pour les cas et les cas contact ayant besoin d’aide pour respecter strictement leur période d’isolement.
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires