Vaccination : pour les enfants et les adultes aussi

15 mai 2017
Le point sur les nouveautés du calendrier des vaccinations 2017 et sur la prise en charge des vaccins.

Calendrier des vaccinations 2017

Le calendrier des vaccinations 2017 a été publié le 24 avril 2017 par le ministère de la Santé après avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

Le point sur les nouveautés :

  • Infections invasives à méningocoque : l'âge de la première vaccination est abaissé à titre transitoire à l'âge de 5 mois avec une 2e injection à l'âge de 12 mois.
  • Infections à papillomavirus humains : la vaccination est proposée aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) jusqu'à 26 ans. Chez les jeunes filles et les jeunes femmes non vaccinées antérieurement, le HCSP recommande d'initier la vaccination par GARDASIL 9®.
  • Infections à pneumocoque chez les adultes :
    • recommandé chez les personnes présentant un facteur de risque d'infection à pneumocoque, le schéma devient identique (séquence VPC 13 suivi de VPP 23) que la personne soit ou non immunodéprimée ;
    • revaccination possible (une seule fois) avec un vaccin non conjugué en respectant un intervalle de 5 ans.
  • Varicelle : les recommandations de vaccination pour les contacts d'un cas de varicelle sont précisées.
  • BCG : à l'exception de la Guyane et de Mayotte (où la vaccination en période néonatale est maintenue), la vaccination par le BCG des enfants à risque est recommandée à partir de l'âge de 1 mois. La pratique d'une IDR à la tuberculine prévaccinale n'est requise que pour les enfants âgés de 6 ans ou plus (ainsi que dans des situations particulières).
  • Adaptations vaccinales en situation de pénurie de vaccins :
    • vaccins contenant la valence coquelucheuse ;
    • hépatite A ;
    • hépatite B ;
    • BCG.

Pour plus d'informations, consultez :

L'occasion de faire un point avec vos patients

La publication du nouveau calendrier vaccinal est l'occasion de faire le point avec vos patients sur leurs vaccins, de vérifier leur carnet de vaccination ou leur carnet de santé, et de répondre à leurs questions. Chez les adultes, les rappels de vaccination dTP se font désormais à âge fixe : 25 ans, 45 ans, 65 ans, puis tous les 10 ans à partir de 65 ans. Votre patient n'a pas de carnet de vaccination ? Vous pouvez vous en procurer gratuitement sur commande sur le site de Santé publique France.

La prise en charge des vaccins

La liste des vaccins pris en charge par l'Assurance Maladie est fixée par arrêté ministériel (arrêté du 16 septembre 2004 modifié par l'arrêté du 3 mars 2010 et du 27 octobre 2011).

Il s'agit des vaccins contre les maladies suivantes :

  • coqueluche ;
  • diphtérie ;
  • grippe saisonnière (pour les personnes à risque) ;
  • hépatite A (pour les personnes à risque) ;
  • hépatite B ;
  • infections à Haemophilus influenza B ;
  • infections invasives à méningocoque du sérogroupe C ;
  • infection à papillomavirus humains (HPV) ;
  • infections à pneumocoque ;
  • oreillons ;
  • poliomyélite ;
  • rougeole ;
  • rubéole ;
  • tétanos ;
  • tuberculose ;
  • varicelle.

Ils sont remboursés, sur prescription médicale, à 65 %.

À noter que certains vaccins peuvent être pris en charge à 100 % :

  • le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) est pris en charge à 100 % pour les enfants et les jeunes de 12 mois jusqu'à 17 ans révolus ;
  • le vaccin contre la grippe saisonnière est pris en charge à 100 % pour les populations à risque pour lesquelles la vaccination contre la grippe est recommandée (personnes âgées de 65 ans et plus, personnes atteintes de certaines affections de longue durée, etc.) et qui reçoivent chaque année une invitation de l'Assurance Maladie.

La prise en charge de l’injection du vaccin

L'injection du vaccin est prise en charge par l'Assurance Maladie dans les conditions habituelles : elle est remboursée à 70 % si c'est le médecin ou la sage femme qui réalise l'injection lors d'une consultation, ou à 60 % si c'est une infirmière qui réalise l'injection, sur prescription médicale.

À noter que l'injection du vaccin peut être prise en charge à 100 % pour les personnes atteintes de certaines affections de longue durée.

Les vaccins non pris en charge par l'Assurance Maladie

Certains vaccins sont recommandés, voire obligatoires, pour partir dans certains pays étrangers (exemple : vaccin contre la fièvre jaune, le choléra...), mais l'Assurance Maladie ne les prend pas en charge.