Troubles neurocognitifs légers

Les troubles neurocognitifs restent actuellement sous diagnostiqués ou diagnostiqués à un stade tardif. Le médecin traitant joue un rôle essentiel dans l’accès à un diagnostic et une prise en charge de qualité dès la phase précoce de la maladie.

Définition du DSM5 : trouble neurocognitif (TNC)

« Il s'agit d'une réduction acquise, significative et évolutive des capacités dans un ou plusieurs domaines cognitifs. Ce déclin cognitif est persistant, non expliqué par une dépression ou des troubles psychotiques, souvent associé à un changement de comportement, de personnalité.

TNC léger : une réduction acquise, significative et évolutive des capacités dans un ou plusieurs domaines cognitifs, mais avec des capacités préservées permettant d’effectuer seul les activités de la vie quotidienne ».

Voici quelques éléments pour vous accompagner dans la prise en charge de vos patients.

Diagnostic et outils

Plusieurs maladies peuvent être à l’origine d’un TNC :

  • des maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer, maladie à corps de Lewy, dégénérescence fronto-temporale) ;
  • une encéphalopathie vasculaire ;
  • des lésions cérébrales traumatiques ;
  • une infection par le virus de l’immunodéficience humaine ;
  • une maladie à prions ;
  • une maladie de Parkinson ou de Huntington, etc.

Les arguments en faveur d’un TNC et de son caractère évolutif sont avant tout fournis par un interrogatoire minutieux, l’histoire médicale du patient, et le témoignage de l’entourage : recherche de difficultés de « fonctionnement » nouvelles, évolutives, marquant une rupture significative avec le fonctionnement et la personnalité passés.

La plainte initiale est souvent mnésique mais elle peut aussi porter sur d’autres fonctions cognitives :

  • attention ;
  • langage ;
  • orientation ;
  • praxies/gnosies (notamment anosognosie) ;
  • fonctions exécutives, ou cognition sociale.

À ce niveau, il faut avoir recours aux tests de repérage des troubles cognitifs « General Practitioner-Cognition (GP-Cog) ».

Si l’hypothèse du TNC se confirme, avant le rendez-vous avec le spécialiste en TNC (consultations mémoires), si un avis complémentaire s’avère nécessaire (fonction de l’âge, du mode de survenue, de la vitesse d’évolution), il est important :

  • de faire une évaluation gériatrique globale : état nutritionnel, comorbidités notamment cardiovasculaires, iatrogénie médicamenteuse, autonomie fonctionnelle (échelles IADL et ADL), recherche de symptômes psycho-comportementaux chez le patient (échelles NPI ou NPI-E) ;
  • d’éliminer des diagnostics différentiels organiques selon le contexte (examen neurologique complet, dosage TSH, NFS, CRP, natrémie, calcémie, glycémie, EAL, albuminémie, fonction rénale, dosage vitamine B12, folates, bilan hépatique, sérologie syphilitique, VIH, Lyme, imagerie cérébrale) et de rechercher une dépression intriquée ou atypique (Cornell Scale for Depression in Dementia (CSDD).

 

Personnes âgées : tableau synthétique de l’approche thérapeutique en santé mentale 

Télécharger ce tableau sous format PDF facilement imprimable en haute définition.

Hygiène de vie

Les mesures hygiéno-diététiques suivantes à conseiller à vos patients sont :

Accompagnement psychologique

La psychothérapie du patient sera adaptée aux fonctions cognitives résiduelles et se fera au mieux au sein d’une prise en charge pluridisciplinaire, adaptée au bilan neuropsychologique de la consultation mémoire.

Un accompagnement psychologique peut également être proposé à l’aidant : s’il présente une souffrance psychique d’intensité légère à modérée, il peut bénéficier du dispositif Mon soutien psy, il s'agit de séances avec un psychologue conventionné, remboursées par l’Assurance Maladie, dans le cadre d’un parcours de soins sur adressage d’un médecin.

Consulter la liste des psychologues conventionnés.
Télécharger le courrier d’adressage
(.doc).
Pour en savoir plus lire l’article « Accompagnement avec un psychologue conventionné : le dispositif Mon soutien psy ».

Le recours à des psychologues peut également se faire :

Consultations mémoire

Elle est recommandée (à moduler selon l’âge, le mode de survenue, la rapidité d’évolution).

Il existe 2 types de consultation mémoire :

  • les consultations mémoire à l’hôpital (400 sur l'ensemble du territoire) ;
  • les consultations mémoire réalisées par des médecins libéraux habilités :
    • spécialistes en neurologie ;
    • spécialistes en gériatrie ;
    • spécialistes en psychiatrie ;
    • médecins spécialistes ou qualifiés en médecine générale titulaires de la capacité de gérontologie.

Consulter l'annuaire national.

Il peut aussi exister des professionnels et des offres de soins près du domicile de votre patient, voir la rubrique « Près de chez vous » (en cours de construction) en bas de cet article. 

Travail avec une équipe pluridisciplinaire

Il est important de mettre en place des concertations régulières entre le médecin généraliste et l’équipe pluridisciplinaire (équipe mobile de gériatrie, HAD gériatrie) pour une préservation optimale de l’autonomie des patients.

Il peut aussi exister des professionnels et des offres de soins près du domicile de votre patient, voir la rubrique « Près de chez vous » (en cours de construction) en bas de cet article. 

Traitement médicamenteux

À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement médicamenteux spécifique recommandé. Un traitement des comorbidités psychiatriques peut être nécessaire, à évaluer en pluridisciplinarité si besoin.

Pour aller plus loin, consulter les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) sur le diagnostic et la prise en charge de la maladie d’Alzheimer.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.