Baby blues

Le baby blues (ou post-partum blues), très fréquent (50 à 80 % des femmes qui accouchent), survient en général dans les 3 premiers jours après l’accouchement. Voici quelques éléments pour vous accompagner dans la prise en charge de vos patientes.

Diagnostic et outils

Le baby blues se manifeste par de l’anxiété, une labilité émotionnelle, de l’irritabilité et des croyances inadaptées, comme la crainte de ne pas pouvoir s’occuper de son bébé.

Transitoire (durée habituelle de 4 à 5 jours), il se termine généralement vers le 7e jour après l’accouchement. Il n’est pas considéré comme un état pathologique.

Si les symptômes du baby blues perdurent au-delà de 15 jours ou sont sévères, on doit rechercher une dépression du post-partum.

Maternité, périnatalité : tableau synthétique de l’approche thérapeutique en santé mentale

Télécharger ce tableau sous format PDF facilement imprimable en haute définition.

Hygiène de vie

Les mesures hygiéno-diététiques suivantes sont conseillées :

  • préservation du sommeil ;
  • implication du conjoint ou d’un proche pour la gestion des nuits ;
  • lutte contre isolement ;
  • équilibre alimentaire ;
  • maintien du zéro alcool en cas d’allaitement ;
  • pratique régulière d’une activité physique adaptée.

Accompagnement psychologique

Le baby blues ne nécessite pas le plus souvent de recours à la psychothérapie.

L’information de la patiente, la relation avec les soignants, le soutien de l’entourage et une attitude chaleureuse et compréhensive suffisent le plus souvent à résoudre l’épisode.

Néanmoins, il peut être proposé une thérapie de soutien par le médecin généraliste, il peut être proposé un rendez-vous en centre de protection maternelle et infantile (PMI) ou un suivi rapproché par une sage-femme de la maternité ou en libéral sur https://www.sante.fr.

Il peut aussi exister des professionnels et des offres de soins près du domicile de votre patient, voir la rubrique « Près de chez vous » (en cours de construction) en bas de cet article. 

Recours au psychiatre et traitement médicamenteux

Le baby blues ne nécessite ni le recours au psychiatre, ni de traitement médicamenteux.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.