Éléments clés de la prise en charge pluridisciplinaire de la lombalgie commune

13 août 2019
Prévenir le passage à la chronicité de la lombalgie commune est un enjeu de santé publique au regard des risques de désinsertion sociale et professionnelle pour les patients. Pour éviter cette chronicisation, le maintien de l’activité physique y compris professionnelle, ainsi que la participation active du patient sont les éléments clefs de l’évolution favorable de la lombalgie aiguë commune.

Si le patient présente des facteurs de risque de passage à la chronicité, la prise en charge pluridisciplinaire et la bonne coordination entre professionnels de santé sont déterminantes. 

L’apport de la kinésithérapie

En présence de facteurs de risque de passage à la chronicité ou en cas de lombalgie chronique, il convient d’orienter le patient vers la kinésithérapie. En effet, l’exercice physique est le traitement principal qui permet une évolution favorable de la lombalgie.

Le kinésithérapeute participe au maintien ou à la reprise rapide de l’activité physique au travers de programmes d’exercices supervisés adaptés à la situation clinique du patient. Pratiqués en groupe ou en individuel, le plus important est que ces exercices fassent appel à la participation active du patient qui pourra les reproduire à domicile, en limitant notamment les méthodes passives. Le kinésithérapeute rassure également sur l’évolution favorable tout au long de la rééducation du patient et contribue à son éducation.

Un programme en 3 points

1. Kinésithérapie analytique

  • Étirements musculaires
  • Mobilisations et gain d’amplitude
  • Renforcement musculaire des extenseurs du rachis et du transverse de l’abdomen
  • Travail de proprioception lombo-pelvien

2. Activité physique

  • Kinésithérapie globale aérobie
  • Programme de réentrainement à l’effort et de restauration fonctionnelle
  • Activité́ physique adaptée

3. Gestion de la douleur

  • Éducation du patient
  • Aide des applications mobiles « Activ’Dos »

Une réévaluation par le kinésithérapeute est recommandée après la 4e séance.

Qu’en est-il des techniques manuelles ? Les données probantes en faveur des techniques manuelles ne sont pas suffisamment robustes pour recommander leur utilisation isolée.

Prise en charge psychologique

En présence de facteurs psychologiques et comportementaux influant sur la symptomatologie et/ou le risque de passage à la chronicité, il est possible d’envisager une prise en charge psychologique. En effet, les problèmes psychologiques peuvent participer au déclenchement et/ou à la chronicisation de la lombalgie commune, et entretenir la douleur.

Comment la prise en charge psychologique se met-elle en place ?
  • Le médecin généraliste doit en tenir compte dans l’évaluation de la situation clinique et le projet thérapeutique. Chaque professionnel joue un rôle dans l’accompagnement psychologique.
  • La relaxation et les approches cognitivo-comportementales aident le patient à modifier un comportement inapproprié vis-à-vis de sa situation. Elles permettent une meilleure gestion de la douleur et favorisent la déconstruction des fausses croyances vis-à-vis de la lombalgie.
  • Si le patient présente des antécédents ou des signes dépressifs un traitement pharmacologique peut être discuté éventuellement après un avis psychiatrique.

Orienter vers le médecin spécialiste

À partir de la 6e semaine d’arrêt de travail et en cas de persistance des lombalgies ou de lombalgie récidivante, de modification de la symptomatologie et/ou d’échec des traitements bien conduits, le médecin traitant peut adresser le patient à un médecin spécialiste (rhumatologue ou médecin de médecine physique et de réadaptation) avec lequel il travaille en coordination.

Retour au travail

En présence de facteurs de risques professionnels, il conviendra d’anticiper, préparer et accompagner la reprise du travail afin de favoriser le maintien dans l’emploi. Avec l’accord du patient/travailleur, le médecin traitant peut alors contacter le service de santé au travail afin de mettre en place une démarche coordonnée.

En savoir plus sur le maintien de l’activité professionnelle pour les patients lombalgiques.