Aide à l'installation ou à la pratique du médecin dans les zones sous-dotées

13 février 2019
La convention médicale 2016 prévoit la mise en place de 4 nouveaux contrats pour lutter contre la désertification médicale. Ces dispositifs proposent des aides à l'installation aux médecins qui souhaitent exercer dans les zones sous-dotées.

Le contrat d’aide à l’installation des médecins (CAIM)

Le CAIM est une aide financière accordée une seule fois et versée aux médecins en 2 fois : 50 % dès l’installation en zone fragile et 50 % après 1 an. Elle vise à vous aider à faire face aux frais d’investissement liés au début de votre activité (locaux, équipements, charges diverses…).

Conditions d’adhésion du médecin au CNAIM

Pour adhérer au CAIM, vous devez :

  1. vous installer ou être installé depuis moins d'un an dans une zone identifiée par l’agence régionale de santé (ARS) comme « sous-dense » qu’il s’agisse d’une première ou d’une nouvelle installation en libéral ;
  2. exercer une activité libérale conventionnée en secteur 1 ou dans le secteur à honoraires différents avec adhésion aux dispositifs de pratique tarifaire maîtrisée (secteur 2 avec Optam ou Optam-co) ;
  3. exercer en groupe (médical ou pluriprofessionnel) ou appartenir à une communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) ou à une équipe de soins primaires (ESP).

Une dérogation à la condition de l'exercice en groupe est possible au niveau régional (ARS).

Cette dérogation peut vous permettre d’adhérer au CAIM, même si au moment de l’installation vous n’exercez pas encore en groupe ou de manière coordonnée dans le cadre d’une CPTS ou d’une EPS. Dans ce cas, vous disposez d’un délai de 2 ans suivant la signature du contrat pour remplir cette condition ; cette dérogation s’applique au maximum à 20 % des zones sous-denses de la région.

Quel est le niveau de l’aide proposée ?

Une aide forfaitaire de 50 000 € est octroyée pour une activité de 4 jours par semaine. Cette aide est versée en deux fois : 50 % à la signature du contrat, 50 % un an plus tard, à la date anniversaire du contrat.

Le montant de l’aide décroît si la durée de l’activité est réduite :

  • pour une activité de 3 jours et demi : 43 750 € ;
  • pour une activité de 3 jours : 37 500 € ;
  • pour une activité de 2 jours : 31 250 €.

En cas de majoration ARS (pour les zones particulièrement déficitaires en médecins), l’aide forfaitaire peut s’élever jusqu’à :

  • 60 000 € pour une activité de 4 jours ;
  • 52 500 € pour une activité de 3 jours et demi ;
  • 45 000 € pour 3 jours ;
  • 37 500 € pour 2 jours.
    Majoration de l’aide en cas d’exercice dans un hôpital de proximité

    Si une partie de l’activité libérale est exercée au sein d’un hôpital de proximité, une majoration de 2 500  de l’aide est perçue par le médecin. Cette majoration est versée en deux fois : 50 % à la signature et 50 % un an plus tard.

    Engagements du médecin

    En contrepartie, vous devez respecter 4 engagements :

    1. vous installer dans la zone et y exercer une activité libérale conventionnée pendant 5 ans ;
    2. exercer une activité libérale dans la zone au minimum 2,5 jours par semaine ;
    3. participer au dispositif de permanence des soins (sauf dérogation accordée par le conseil départemental de l’Ordre des médecins) ;
    4. réaliser une partie de votre activité libérale au sein d’un hôpital de proximité dans les conditions de l’article L.6146-2 CSP (facultatif).

    Attention, en cas de résiliation anticipée, les sommes perçues devront être restituées au prorata de la durée restant à couvrir.

    Consultez la fiche du CAIM.

    Simulez le montant de l’aide.

    Le contrat de stabilisation et de coordinations des médecins (Coscom)

    Ce contrat encourage les médecins qui s’impliquent dans :

    • des démarches de prise en charge coordonnée de leurs patients sur un territoire donné ;
    • la formation de futurs diplômés au sein des cabinets libéraux pour faciliter leur installation et leur maintien en exercice libéral, dans ces territoires ;
    • la réalisation d’une partie de leur activité libérale au sein des hôpitaux de proximité.

    Il s’agit d’un contrat de 3 ans avec tacite reconduction.

    Conditions d’adhésion du médecin au Coscom

    Pour adhérer au Coscom, vous devez :

    1. être installé dans les zones identifiées par l’ARS comme « sous-denses » ;
    2. exercer une activité libérale conventionnée en secteur 1 ou 2 dans la zone ;
    3. exercer en groupe (médical ou pluriprofessionnel) ou appartenir à une communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) ou à une équipe de soins primaires (ESP).

    Quel est le niveau de l’aide proposée ?

    Une aide forfaitaire annuelle de 5 000 € est accordée, à laquelle peuvent s’ajouter :

    • une majoration de 1 250 € par an si une partie de l’activité libérale a été effectuée au sein d’un hôpital de proximité ;
    • une rémunération complémentaire de 300 € par mois pour l’accueil d’un stagiaire à temps plein (stagiaires internes de niveau 1 et externes) : rémunération proratisée si le stagiaire est accueilli à temps partiel.

    À noter : Une dérogation est possible au niveau régional (ARS). Elle permet d’intégrer dans le contrat type régional la réalisation de stages ambulatoires en soins primaires en autonomie supervisée (Saspas) pour les internes, ceci après appréciation des éventuelles aides financières existant sur son territoire et visant à favoriser cette activité de maître de stage.

    En cas de majoration par l’ARS :

    • la rémunération forfaitaire peut aller jusqu’à 6 000 € par an ;
    • la majoration annuelle peut aller jusqu’à 1 500  si une partie de votre activité libérale a été effectuée au sein d’un hôpital de proximité ;
    • la rémunération complémentaire maximale pour l’accueil d’un stagiaire à temps plein (rémunération proratisée si le stagiaire est accueilli à temps partiel) est de 360  € par mois ;
    • pour les médecins exerçant en secteur à honoraires différents, l’aide est proratisée sur la base du taux d’activité réalisé aux tarifs opposables par le médecin.

    Engagements du médecin

    En contrepartie, vous devez respecter 5 engagements :

    • être installé dans les zones identifiées par l’ARS comme « sous-denses » ;
    • exercer une activité libérale conventionnée en secteur 1 ou en secteur 2 dans la zone ;
    • exercer en groupe ou en CPTS ou en ESP ;
    • réaliser une partie de l’activité libérale au sein d’un hôpital de proximité (article L.6111-3-1 CSP) dans les conditions de l’article L.6146-2 CSP (facultatif) ;
    • exercer les fonctions de maître de stage universitaire (article R6153-47, alinéa 3 CSP)  et accueillir en stage ambulatoire de niveau 1 des internes en médecine ou des étudiants en médecine réalisant un stage d’externat en médecine générale (facultatif).

    Attention, en cas de résiliation anticipée, les sommes perçues devront être restituées au prorata de la durée restant à couvrir.

    Consultez la fiche du Coscom.

    Simulez le montant de l’aide.

    Le contrat de transition (Cotram)

    Ce contrat a pour objet de soutenir les médecins qui exercent dans les zones « sous-denses » et préparent leur cessation d’activité en accueillant et accompagnant un médecin nouvellement installé dans leur cabinet.

    Conditions d’adhésion du médecin au Cotram

    Pour adhérer au Cotram, vous devez :

    • être installé dans une zone identifiée par l’ARS comme « sous-dense » ;
    • exercer une activité libérale conventionnée en secteur 1 ou en secteur 2 dans la zone ;
    • être âgé de 60 ans ou plus ;
    • accueillir au sein de votre cabinet un médecin âgé de moins de 50 ans exerçant en libéral conventionné qui :
      • s’installe dans la zone,
      • ou est installé dans la zone depuis moins d’un an.

    Quelle est la nature de l’aide ?

    Vous percevez une aide annuelle de 10 % des honoraires de votre activité conventionnée clinique et technique réalisée en zones « sous-denses » (hors dépassements d’honoraires et rémunérations forfaitaires), dans la limite de 20 000 € par an, calculée par année civile.

    En cas de majoration par l’ARS (pour les zones particulièrement déficitaires en médecins), cette aide peut s’élever à 12 % maximum, dans la limite de 24 000 € par an.

    Pour les médecins exerçant en secteur 2, l’aide est proratisée sur la base du taux d’activité réalisée aux tarifs opposables par le médecin.

    Engagements du médecin

    En contrepartie, vous vous engagez à accompagner un confrère, nouvellement installé, dans votre cabinet pendant une durée de 3 ans et, selon les besoins, dans ses démarches liées à l’installation en libéral, à la gestion du cabinet, à la prise en charge des patients.

    Attention, en cas de résiliation anticipée, les sommes perçues devront être restituées au prorata de la durée restant à couvrir.

    Consultez la fiche du Cotram.

    Simulez le montant de l’aide.

    Le contrat de solidarité territoriale médecin (CSTM)

    Ce contrat favorise l’exercice ponctuel de médecins dans les zones identifiées comme sous-denses par les ARS. Tout type d’intervention ponctuelle est prise en compte : vacation en zone sous-dense dès lors que cette dernière est autorisée par le conseil départemental de l’Ordre des médecins, contrats éventuels avec un confrère ou une collectivité territoriale, etc.

    Le CSTM est un contrat de 3 ans, renouvelable par tacite reconduction.

    Conditions d’adhésion du médecin au CSTM

    Pour adhérer au CSTM, vous devez :

    1. ne pas déjà être installé dans les zones identifiées par l’ARS comme « sous-dense » ;
    2. exercer une activité libérale conventionnée en secteur 1 ou en secteur 2 ;
    3. vous engager à exercer en libéral au minimum 10 jours par an en zone « sous-dense ».

    Quelle est la nature de l’aide ?

    Vous percevez une aide annuelle de 25 % des honoraires de votre activité conventionnée clinique et technique réalisée en zones « fragiles » (hors dépassements d’honoraires et rémunérations forfaitaires), dans la limite de 50 000 € par an, calculée par année civile. De plus, vous pouvez bénéficier d’une prise en charge de vos frais de déplacement engagés sur ces zones.

    En cas de majoration par l’ARS (pour les zones particulièrement déficitaires en médecins), cette aide peut s’élever à 27 % maximum, dans la limite de 60 000 € par an.

    Pour les médecins exerçant en secteur 2, l’aide est proratisée sur la base du taux d’activité réalisée aux tarifs opposables par le médecin.

    Engagements du médecin

    En contrepartie, vous vous engagez à :

    • exercer au minimum 10 jours par an, en zones « fragiles » (intervention dans plusieurs zones « fragiles » possible), après accord du conseil de l’Ordre des médecins quant au lieu d’exercice ;
    • facturer l’activité au sein de ces zones sous le numéro de facturant (numéro AM) attribué spécifiquement à cette activité.

    Attention, en cas de résiliation anticipée, les sommes perçues devront être restituées au prorata de la durée restant à couvrir.

    Consultez la fiche du CSTM.

    Simulez le montant de l’aide.

     

    Dispositions communes aux CAIM, Coscom, Cotram et CSTM

    Les contrats démographiques ne se cumulent pas entre eux, c’est-à-dire :

    • entre contrats démographiques d’une même catégorie (ex : deux CAIM),
    • entre contrats démographiques de différentes catégories (ex : CAIM et CSTM),
    • entre anciens et nouveaux contrats démographiques (ex : OSST et CSTM).

    Êtes-vous éligible à un contrat d’aide à l’installation ou à la pratique en zone sous dense ?