Bandelettes d’autosurveillance glycémique

12 mai 2017
Des dispositions réglementaires définissent la prise en charge des bandelettes utilisées pour l’autosurveillance glycémique : elles sont remboursées à hauteur de 200 bandelettes par an pour les patients atteints d’un diabète de type 2, non traités par insuline.

Quelles indications ?

Sans doute prescrivez-vous à certains de vos patients atteints d'un diabète de type 2 des bandelettes pour leur appareil d'autosurveillance glycémique ?

L'autosurveillance glycémique chez ces patients s'inscrit dans une démarche d'éducation. Elle n'est donc pas systématique.

Plus les patients comprennent les enjeux de l'autosurveillance, plus ils sont observants et mettent en pratique vos recommandations : fréquence, horaires de contrôles et objectifs glycémiques à atteindre.

L'autosurveillance passive ne débouchant pas sur des conséquences thérapeutiques n'est pas recommandée.

C'est ce que les recommandations de la Haute Autorité de santé viennent de rappeler (avis de la commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (CNEDIMTS) rendus le 24 janvier 2007 et le 8 février 2011). Vous pouvez également consulter la fiche de bon usage (PDF, 374.46 Ko)

Quelle prise en charge ?

Dans ce contexte, de nouvelles dispositions réglementaires édictées par l’arrêté du 25 février 2011 (PDF, 88.79 Ko) publié au Journal officiel du 27 février 2011modifient les conditions de prise en charge des bandelettes utilisées pour l'autosurveillance glycémique.

Les bandelettes sont désormais remboursées à hauteur de 200 bandelettes par an pour les patients diabétiques de type 2, non traités par insuline :

  • traités par insulinosecréteurs (sulfamides hypoglycémiants ou glinides, seuls ou associés à d'autres traitements antidiabétiques) afin de rechercher ou confirmer une hypoglycémie et d'adapter si besoin la posologie de ces médicaments ;
  • pour lesquels il est recherché une amélioration de l'équilibre glycémique lorsque l'objectif n'est pas atteint.

Pour les autres patients diabétiques (patients diabétiques de type 1, patients diabétiques de type 2 traités par insuline), rien ne change : les bandelettes continuent à être remboursées dans les conditions habituelles.

À noter :

  • Ces bandelettes continuent à être délivrées en pharmacie et remboursées par l'Assurance Maladie sur présentation d'une prescription médicale.
  • Dans tous les cas les lecteurs de glycémie continuent à être remboursés sur prescription médicale et dans les conditions habituelles (chez l'adulte : un lecteur de glycémie pris en charge tous les 4 ans ; chez l'enfant et l'adolescent de moins de 18 ans : deux lecteurs pris en charge tous les 4 ans).

En pratique

Ceux de vos patients qui sont concernés par ces dispositions en sont directement informés par un courrier de l'Assurance Maladie. Il leur est aussi rappelé l'importance et la nécessité de réaliser quatre fois par an le dosage de l'hémoglobine glyquée (HbA1c) que vous leur prescrivez, de façon à suivre et à contrôler leur glycémie dans la durée.

N'hésitez pas à en parler avec eux.