Dépistage du cancer de la prostate

28 mars 2017

Que faut-il savoir avant la prescription du 1er dosage du PSA chez un homme asymptomatique ?

La question du dépistage du cancer de la prostate et de ses modalités se pose fréquemment en médecine générale. S'agissant d'un cancer dont l'évolution est le plus souvent lente, ce dépistage fait l'objet de débats dans la communauté médicale et scientifique.

En effet, l'enjeu est de déterminer si les bénéfices du dépistage sont supérieurs aux inconvénients des examens qu'il entraîne en cas de suspicion d'un cancer, ainsi que des traitements éventuels auxquels sont exposés les patients lorsqu'un cancer est détecté.

En France, la Haute Autorité de santé (HAS) précise qu'il n'a pas été retrouvé d'éléments scientifiques permettant de justifier ce dépistage par le dosage du PSA, y compris dans les populations considérées comme étant plus à risque.

Aucune autorité sanitaire ne recommande le dépistage systématique par dosage du PSA chez les hommes sans symptômes, y compris urinaires.

Toutes les recommandations rappellent également que les hommes asymptomatiques qui envisagent de réaliser les tests de dépistage du cancer de la prostate (toucher rectal et dosage du PSA) doivent être informés des avantages et des inconvénients de ce dépistage.

Des guides pour évaluer les avantages et les inconvénients du dépistage

2 documents réalisés avec l'Institut national du cancer et le Collège de la médecine générale sur les bénéfices et les risques liés au dépistage du cancer de la prostate sont à consulter et à télécharger:

  • Le document à destination des médecins (PDF, 393.97 Ko) reprend les recommandations actuelles et des éléments de contexte pour vous donner une information sur les bénéfices et les risques du dépistage du cancer de la prostate chez un homme asymptomatique pour un premier dosage du PSA.
  • Si votre patient souhaite des informations complémentaires, vous pouvez lui remettre la brochure Dépistage du cancer de la prostate : s'informer avant de décider (PDF, 1020.19 Ko). Il pourra notamment la lire chez lui, seul ou avec son entourage.

Sources :

  • Institut national du cancer (INCa), Synthèse sur les bénéfices et les risques d'un dépistage du cancer de la prostate par dosage du PSA, mars 2015.
  • Haute Autorité de santé (HAS). Dépistage du cancer de la prostate - Analyse critique des articles issus des études ERSPC et PLCO publiés en mars 2009, juin 2010.
  • Haute Autorité de santé (HAS). Cancer de la prostate : identification des facteurs de risque et pertinence d'un dépistage par dosage de l'antigène spécifique prostatique (PSA) de populations d'hommes à haut risque ? - Rapport d'orientation, février 2012.