Un an de téléconsultations : la montée en charge s’accélère

19 septembre 2019

Le 15 septembre 2018, l’Assurance Maladie donnait le coup d’envoi du remboursement de la téléconsultation. Un an plus tard, cette alternative à la consultation physique entre progressivement dans les habitudes : on est passé de 1 000 téléconsultations remboursées mensuellement en décembre 2018 à près de 10 000 téléconsultations mensuelles depuis l’été. En cette rentrée, le nombre de téléconsultations se situe autour de 3 300 par semaine.

Nicolas Revel, directeur général de l’Union nationale des caisses d’assurance maladie, se veut « aujourd’hui confiant : la montée en charge est nette et va aller en s’accélérant, en s’appuyant aussi sur les autres professions engagées dans la démarche comme les infirmiers ou les pharmaciens. » En effet, ces professionnels santé vont pouvoir accompagner les patients si nécessaire lors des téléconsultations organisées par les médecins :

  • dès le 1er janvier 2020 pour les infirmiers, ainsi que le prévoit l’avenant 6 à la convention infirmière, signé le 29 mars 2019 : celui-ci crée un acte d’accompagnement du patient à la téléconsultation, en lien avec le médecin, dans la réalisation de certains actes participant à l’examen clinique et dans la bonne compréhension par le patient de la prise en charge proposée. Cette téléconsultation initiée par le médecin pourra se faire depuis le domicile des patients ou des lieux dédiés ;
  • dès maintenant pour les pharmaciens, en application de l’arrêté du 2 septembre 2019 paru au Journal officiel le 6 septembre, portant approbation de l'avenant n° 15 à la convention nationale du 4 mai 2012, organisant les rapports entres les pharmaciens titulaires d'officine et l’Assurance Maladie. Il s’agit pour ces derniers de « proposer une offre organisationnelle des téléconsultations permettant de préserver la confidentialité des données, ainsi qu'une assistance au médecin téléconsultant pour la réalisation des actes nécessaires à l'examen clinique », dans un local fermé installé dans l’officine.

Pour être prise en charge par l’Assurance Maladie, la téléconsultation doit se tenir dans le respect du cadre de l’avenant 6 à la convention médicale : selon le parcours de soins, avec des patients que le praticien a vus au cours de l’année écoulée.

 

 

Infographie présentant le portait type d'un médecin libéral téléconsultant. Description complète ci-après.

Portrait type d’un médecin libéral téléconsultant

  • Un homme à 62 % (38 % de femmes)
  • Un généraliste à 65 %, d’une autre spécialité à 35 %
  • De moins de 50 ans à 51 %
  • Qui a facturé 26 téléconsultations en moyenne depuis septembre 2018
  • Les départements d’exercice qui concentrent 45% des téléconsultations sont : Hérault (17 %), Val-de-Marne (15 %) et Paris (13 %).

Des différences marquées dans l’appropriation de la consultation à distance

Une montée en charge progressive selon les spécialités

  • + de 60 000 TLC au 15/09/2019*
  • dont 85 % facturées par des libéraux

Les spécialités qui facturent le plus d’actes de TLC hors médecins généralistes sont : psychiatres 14 %, gynécologues 8 %, pédiatres 5 %

Profils types des premiers patients bénéficiaires de la téléconsultation

  • Des femmes dans 2 cas sur 3 (65 % vs 35 %)
  • 56 % des patients ont mois de 40 ans (12 % + de 70 ans)
  • 27 % des téléconsultations ont été facturées à des patients ayant une ALD
  • 5 % des téléconsultations ont été facturées à des patients bénéficiant de la CMU-C

* Données tous régimes en données réelles jusqu’au 31/07/2019 et en estimations pour août et début septembre 2019.

Source : Assurance Maladie

Source : Assurance Maladie