Traitement contre la Covid-19 : le point sur la bithérapie par anticorps monoclonaux

06 avril 2021

2 nouvelles bithérapies par anticorps monoclonaux complètent les mesures mises en place pour traiter les patients souffrant de la Covid-19 (traitement des symptômes, surveillance, oxygénothérapie…).

L’agence nationale de recherche sur le Sida et les maladies infectieuses émergentes (ANRS) a identifié 3 types de populations éligibles à ces associations d’anticorps monoclonaux. Il s’agit des personnes testées positives à la Covid-19 avec des symptômes légers à modérés et appartenant à l’une des 3 populations suivantes :

  • personne de plus de 80 ans ;
  • personne souffrant d’un déficit de l’immunité (lié à une pathologie ou à des traitements) ou à risque de complications, quel que soit l’âge ;
  • personne de 70 à 80 ans avec une pathologie chronique (obésité (IMC>30), BPCO et insuffisance respiratoire chronique, HTA compliquée, insuffisance cardiaque, diabète de type 1 et de type 2 et insuffisance rénale chronique).

La population cible est susceptible d’évoluer en fonction de l'état des connaissances scientifiques et du contexte épidémiologique. Il convient de se référer régulièrement au protocole temporaire d’utilisation consultable sur le site de l’agence nationale de sécurité du médecin et des produits de santé (ANSM) pour prendre connaissance des mises à jour.

L’utilisation de ces bithérapies fait l’objet d’une organisation particulière :

  • leur administration doit être réalisée le plus précocement possible et dans un délai maximum de 5 jours après le début des premiers symptômes ;
  • leur administration en perfusion doit être réalisée dans un centre organisé et disposant de la bithérapie. La liste des centres est disponible sur le site sante.fr.

Le rôle du médecin est essentiel pour la réussite de cette prise en charge. Il consiste à identifier les patients positifs à la Covid-19 qui pourraient être éligibles, à les informer sur ce traitement et à les orienter très rapidement vers un centre organisant la bithérapie. La précocité d’administration est importante.

L’Assurance Maladie contacte certains patients éligibles pour les orienter vers leur médecin

Face à ces délais très contraints, l’Assurance Maladie contacte par téléphone 2 catégories sur 3 des patients éligibles à ce traitement :

  • pour les cas positifs de plus de 80 ans et symptomatiques depuis moins de 5 jours, un conseiller les appelle et leur demande de prendre contact très rapidement avec leur médecin ;
  • pour les cas positifs de 70 à 80 ans avec pathologie chronique et symptomatique depuis moins de 5 jours, un médecin-conseil de l’Assurance Maladie appelle la personne pour connaitre son médecin et, avec son accord, le contacte pour lui signaler que son patient est éligible à la bithérapie.

L’Assurance Maladie ne contacte pas les patients avec un déficit de l’immunité lié à une pathologie : ces patients sont déjà suivis par des médecins spécialistes, qui sont les plus à même de juger de leur éligibilité ou non selon leur état de santé.

L’éventuelle prise de rendez-vous avec un centre pour l’initiation du traitement relève du seul médecin du patient et pas du médecin-conseil de l’Assurance Maladie.

Plus d’information :