« Tester, alerter, protéger » : alerter encore plus vite et mieux

28 janvier 2021

Favoriser l’isolement au plus tôt et dans les meilleures conditions constitue l’un des piliers de la stratégie « Tester, alerter, protéger ». Face à la pression épidémique et à l’apparition de variants de la Covid-19 plus contagieux, la contribution de l’Assurance Maladie à la gestion de la crise sanitaire s’ajuste en continu.

Depuis le 21 janvier 2021, l’Assurance Maladie renforce l’accompagnement des personnes devant s’isoler, en lien avec les infirmiers et les partenaires locaux. Elle fait également évoluer son dispositif pour rechercher les chaînes de contamination, appelé « contact tracing », mis en place le 13 mai, pour gagner encore en efficacité et en rapidité.

Isolement : la personne isolée peut bénéficier d’un accompagnement renforcé

L’isolement peut être difficile à vivre, mais il est la solution indispensable pour se protéger, protéger les autres et contribuer à stopper l’épidémie. Depuis le 21 janvier, les enquêteurs sanitaires en charge du contact tracing proposent systématiquement aux personnes testées positives à la Covid un accompagnement sanitaire, matériel et psychologique à l’isolement : aide aux démarches administratives, aide à domicile, repas, portage de courses ou médicaments, accès aux communications électroniques, soutien psychologique….

Ce soutien comprend une visite à domicile par un infirmier libéral : toute personne positive qui le souhaite peut bénéficier de cette visite, prise en charge à 100 %, dans les 24h suivant l’appel de l’Assurance Maladie. Lors de la visite, l’infirmier aide le patient à organiser son isolement, lui donne des conseils et propose de dépister les membres de son foyer isolés avec lui. Il peut également identifier des besoins d’accompagnement social complémentaires et les transmettre à la préfecture du département. Aucune visite à domicile ne sera réalisée sans le consentement de la personne isolée.

Les professionnels de santé ont un rôle essentiel à jouer pour informer leurs patients sur les consignes d’isolement et susciter leur adhésion à cette démarche. À l’occasion de la réalisation d’un test de dépistage de la Covid-19, le médecin peut utilement mettre à profit le temps d’attente de résultat du test pour en discuter avec son patient.

En cas de test positif aux variants à la Covid-19

Si l’Assurance Maladie est informée que la personne est contaminée par une souche variante, elle communiquera cette information à l’infirmier. Il pourra adapter ses conseils et les tests de dépistage à réaliser sur les personnes du foyer : dépistage par un test RT-PCR et proposition de réaliser un nouveau test à l’issue des 10 jours d’isolement pour vérifier l’absence de contagiosité.

Pour les personnes dont la situation personnelle présente un fort risque de propagation (personnes vivant en famille notamment avec des proches à risque, etc.), une offre d’hébergement sera proposée systématiquement pour les protéger et éviter la propagation du variant.

Une évolution du contact tracing pour gagner en efficacité et en réactivité

L’objectif de l’évolution du contact tracing est de tout mettre en œuvre pour :

  • contacter toutes les personnes testées positives dans les 24 h suivant le résultat de leur test ;
  • identifier le plus de cas contact possible ;
  • favoriser le suivi des consignes sur l’isolement ou le délai de réalisation des tests.

Depuis le 21 janvier, les enquêteurs sanitaires contactent les personnes n’ayant pas déclaré de cas contact pour savoir s’ils n’en ont pas identifiés après réflexion. Les personnes (positives et cas contact) injoignables sont relancées à plusieurs reprises. Dans tous les cas, l’objectif de l’Assurance Maladie est d’informer au plus vite ces personnes, en s’adressant en priorité aux personnes nouvellement contaminées et aux personnes impliquées dans une chaîne de contamination par un variant de la Covid-19.

Les personnes revenant de zones à risque font l’objet d’un contact tracing minutieux.

Les personnes atteintes d’un variant de la Covid-19 seront rappelées dès l’information connue par un enquêteur sanitaire expert, afin de chercher tous leurs cas contacts avec la plus grande vigilance.

Les équipes d’enquêteurs sanitaires sont fortement engagées, 7 jours sur 7, depuis la mise en place du dispositif le 13 mai 2020. Selon la situation sanitaire, jusqu’à 10 000 collaborateurs peuvent se consacrer à la mission de contact tracing.