Prise en charge de patients dépendants à la codéine : sur quelles structures s’appuyer ?

11 août 2017

Les médicaments contenant de la codéine, de l’éthylmorphine, du dextrométhorphane, ou de la noscapine (et leurs sels respectifs) sont désormais accessibles uniquement sur prescription médicale.

Le cadre de prescription des médicaments contenant de la codéine a été modifié par arrêté ministériel en date du 12 juillet 2017, à la suite d’une hausse des cas d’abus et d’usages détournés chez des adolescents, ayant entrainé des intoxications, dont deux décès en 2017.

Situation de sevrage contraint

Certains patients, dépendants à la codéine, peuvent se retrouver en situation de sevrage contraint, et nécessiter une prise en charge médicale et un accompagnement. L’évaluation et la prise en charge par les médecins, notamment les généralistes, sont alors précieuses.

Pour appuyer les médecins dans leur action, des ressources spécialisées en addictologie existent, sur lesquelles il est possible de s’appuyer pour prendre en charge ou orienter ces patients : centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), services hospitaliers d’addictologie, dispositif d’aide à distance Drogues-Info-service.fr.

Un annuaire des Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) est disponible sur le site Drogues-Info-service (rubrique adresses utiles) : www.drogues-info-service.fr.

Drogues-Info-service propose aussi une ligne téléphonique d’écoute : 0 800 23 13 13 (de 8h à 2h, appel gratuit).