Prado, le service de retour à domicile, s’ouvre aux patients hospitalisés dès 75 ans

28 novembre 2019

La situation des patients de 75 ans et plus en fin d’hospitalisation est parfois complexe et peut nécessiter l’intervention de différents professionnels médicaux, paramédicaux et sociaux en ville. C’est pourquoi le service Prado, qui propose d’organiser le retour à domicile de personnes hospitalisées pour certaines pathologies ciblées (1), élargit son offre d’accompagnement à la personne âgée de 75 ans ou plus, quel que soit le motif de son séjour hospitalier. Prado permet d’organiser, avant la sortie, le suivi en ville, d’anticiper la perte d’autonomie et d’améliorer le lien hôpital-ville pour épargner à la personne âgée une réhospitalisation évitable.

D’abord proposé dans une douzaine de départements(2) en 2016, Prado pour les personnes âgées est aujourd’hui en cours de généralisation sur tout le territoire. Prado, le service de retour à domicile avait été initié par l'Assurance Maladie en 2010 pour les sorties de maternité, puis étendu aux sorties d'hospitalisation après chirurgie, puis après décompensation cardiaque et après exacerbation de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), avant, en 2019, d'être proposé après un accident vasculaire cérébral ou un accident ischémique transitoire (AVC/AIT).

Les critères d’éligibilité

Pour bénéficier du service, le patient doit être âgé d’au moins 75 ans, être affilié au régime général (3) et sortir d’une hospitalisation qui nécessite un accompagnement renforcé pour le retour à domicile.

Des critères de risque de perte d’autonomie ont été définis par la Haute Autorité de santé (HAS), le Collège de médecine générale et la Société française de gériatrie et de gérontologie (présence d’un syndrome gériatrique, polymédication, antécédents d’hospitalisation non programmée, etc.).

Le service en pratique

Dans le cadre de ce dispositif, l’équipe médicale de l’établissement de soins volontaire est chargée d’évaluer l’éligibilité médicale du patient. S’il remplit les critères, un conseiller de l’Assurance Maladie (CAM) se rend dans sa chambre pour présenter les modalités de Prado et lui proposer d’y adhérer. Dans la grande majorité des cas, le patient souhaite être accompagné.

Dès lors que la personne âgée souhaite bénéficier de Prado, un conseiller de l’Assurance Maladie se charge de fixer pour elle un rendez-vous avec le médecin traitant et les professionnels de santé du parcours. Ce, afin que chaque patient Prado quitte l’hôpital avec ses premiers rendez-vous programmés. Deux consultations sont systématiques dans la première semaine suivant la sortie du patient : une avec le médecin traitant et une pour un bilan de soins infirmiers ou une démarche de soins infirmiers. En complément et sur orientation de l’équipe médicale hospitalière, un rendez-vous peut être pris avec d’autres professionnels de santé, comme le gériatre, le neurologue, le masseur kinésithérapeute, etc. Le conseiller s’assurera, dans un second temps, de la bonne réalisation des rendez-vous médicaux.

Etant donné les spécificités du public âgé, la mise en relation avec le service social de l’Assurance Maladie est proposée systématiquement à tous les patients adhérant à Prado (sauf si la perte d’autonomie a déjà été évalué en GIR 1 à 4 car celle-ci permet de bénéficier directement de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA)).

Si le patient l’accepte, le service social le contacte dès son retour à domicile : dans les 48 heures suivant la sortie si une aide-ménagère et/ou un portage de repas est à mettre en place, ou dans les 72 heures si ce n’est pas le cas. Une évaluation à domicile est ensuite effectuée dans le mois.

(1) Décompensation cardiaque, exacerbation de BPCO, AIT/AVC.

(2) Indre-et-Loire, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Vaucluse, Saône-et-Loire, Gers, Seine-et-Marne, Paris, Hautes-Pyrénées, Meurthe-et-Moselle, Nièvre, Manche et Var.

(3) L’ensemble des travailleurs indépendants de 75 ans et plus pourront également bénéficier du service Prado personnes âgées à partir de janvier 2020.

Les hospitalisations des personnes de 75 ans et plus

On compte en France plus de 6 millions de personnes âgées de 75 ans et plus (9,3 % de la population en France au 1er janvier 2019, selon l’Insee).

  • Un tiers environ connaît un épisode d’hospitalisation au cours d’une année (2,2 millions de personnes hospitalisées en 2017) (1).
  • Cette hospitalisation se fait à 48 % via les urgences et dure en moyenne 6,4 jours.
  • Le patient vient à 92 % de son domicile et y repart dans 72% des situations.
  • Dans la semaine suivant son retour à domicile, un tiers consulte son médecin traitant et un peu moins de la moitié reçoit des soins infirmiers.
  • On observe un taux de réhospitalisation à un mois de 18 %.
  • Le taux de réhospitalisations évitables est estimé à 32 %.

(1) Données du PMSI (Programme de médicalisation des systèmes d’information)-médecine-chirurgie-obstétrique 2010-2014-2016-2017.

Expérimentation : des résultats prometteurs

Les résultats de l’expérimentation du service Prado personnes âgées se révèlent particulièrement encourageants.

Pour 2018, au total, 1 606 personnes âgées de plus de 75 ans y ont adhéré. Hospitalisées au sein de 43 établissements de santé, leur âge moyen était de 86 ans et 61 % étaient des femmes. Par ailleurs, 1 067 médecins traitants et 1 018 infirmiers libéraux ont été impliqués.

Prado personnes âgées semble aider les patients âgés à structurer leur sortie d’hôpital et à coordonner leurs professionnels de santé.

Ainsi, selon leurs déclarations, 79 % des patients pris en charge dans le cadre du Prado personnes âgées ont bien consulté leur médecin traitant dans les 7 jours (contre 31 % hors Prado (1)). 83 % ont été suivis par un infirmier libéral dans le mois (contre 60 % hors Prado).

Autres chiffres clés : à un mois, le taux de réhospitalisation enregistré est de 4 % pour les patients inclus dans Prado, contre 18 % pour les plus de 75 ans qui ne participent pas au dispositif. Ce taux est de 12 % pour l’ensemble de la population. Ces premiers résultats méritent d’être confirmés par des études statistiques.

(1) Données anonymisées issues du PMSI (Programme de médicalisation des systèmes d’information).