« L’utilisation des téléservices est devenu un réflexe »

14 janvier 2019

Fiables et performants, les téléservices font désormais partie des usages quotidiens des professionnels de santé. Mickaël Loriot, médecin généraliste à Reims, fait part de son expérience.

Que pensez-vous de la digitalisation des services ?

Dr. Mickaël Loriot. Dans la mesure où cela permet un gain de temps et d’efficacité, je suis pour ! Les études montrent d’ailleurs que la charge administrative et la gestion du cabinet sont un frein à l’installation en médecine libérale. Le temps gagné grâce à la digitalisation des services pourrait être un facteur déterminant pour l’installation des jeunes médecins.

Par ailleurs, la prise en charge des maladies chroniques est de plus en plus pluriprofessionnelle. Le développement d’outils digitaux va nous permettre de mieux communiquer et d’avoir une meilleure visibilité sur le parcours de soins. Nous organiserons ainsi mieux le suivi de nos patients. Je pense à la prescription de transport ou à la gestion des protocoles de soins...

Ces outils offrent une meilleure réactivité pour les professionnels de santé. Pour les patients aussi les démarches administratives sont simplifiées : ils ont moins de papiers à remplir et à renvoyer. Il y a moins d’erreurs et la prise en charge, notamment en cas d’affection de longue durée (ALD), se fait plus rapidement.

Cette digitalisation rend néanmoins nécessaire l’accès aux technologies informatiques pour tous les patients. Ce qui aujourd’hui n’est pas toujours le cas, notamment pour les personnes âgées.

Pour vous, l’adoption de l’usage des téléservices a-t-elle été simple ?

Dr. Mickaël Loriot. Oui, les téléservices sont très simples d’utilisation et font à présent partie de ma pratique courante.

Il me suffit de connecter mon lecteur avec ma carte CPS, d’ouvrir mon navigateur et de me connecter à mon compte amelipro.Tous les téléservices sont alors à disposition sur une seule interface. Cela fonctionne pour la plupart des régimes d’affiliation de mes patients.

Pour le professionnel de santé qui maîtrise l’outil informatique, l’installation et la gestion peuvent se faire seul. Sinon la CPAM et le conseiller informatique services (CIS) s’occupent de tout.

Qu’est-ce que l’utilisation des téléservices a changé dans votre pratique ?

Dr. Mickaël Loriot. J’ai eu la chance de débuter ma carrière avec eux et de suivre la mise en ligne progressive des différents services. Aujourd’hui, leur utilisation est devenue un réflexe pour la réalisation des principaux certificats et la gestion du cabinet. Je constate un réel gain de temps. Par exemple, pour l’avis d’arrêt de travail, les champs sont préremplis et l’envoi des feuillets se fait directement à l’Assurance Maladie. Les accusés de réception avec duplicata permettent une traçabilité plus aisée dans le suivi des patients. Enfin, les téléservices sont très bien acceptés par les patients, qui les réclament parfois car ils leur font également gagner du temps.