Le rôle du médecin dans l’identification des cas contact

19 mai 2020

Le médecin a un rôle important à jouer dans le recensement, pour chacune des personnes potentiellement malades et contagieuses, des personnes avec qui elles ont été en contact rapproché au cours des jours précédant l’apparition des symptômes. Cette identification permet de les inviter immédiatement à se faire tester et à observer une période d’isolement, conformément à la stratégie de déconfinement.

Pour les personnes contact au sein du foyer

Tous les membres du foyer d’un malade confirmé ou probable de Covid-19 sont considérés comme des personnes contact à risque, les mesures de protection efficaces ne pouvant être garanties en permanence au domicile.

Les résultats des tests réalisés pour ces personnes permettent de :

  • proposer si nécessaire une solution d’hébergement adaptée afin de séparer le malade ou la personne contact du reste du foyer,
  • déclencher une procédure de recherche des cas contact pour les malades confirmés détectés. Cette procédure varie selon que les personnes présentent ou non de symptômes cliniques évocateurs du Covid-19 :
    • pour les personnes symptomatiques : on recherche leurs contacts dans les 48 heures avant le début des symptômes jusqu’à l’isolement strict ;
    • pour les personnes asymptomatiques : on recherche leurs contacts dans les 7 jours avant la date du test (si le cas développe des symptômes par la suite, la liste des personnes contact à risque constituée initialement sera réduite à 48 heures avant le début des symptômes) ;
  • préciser la durée d’isolement ou de quatorzaine selon chaque situation.

Quelle est la durée de l’isolement ?

La durée de l’isolement dépend du résultat du test, de la présence ou non de symptômes et des conditions d’hébergement.

Pour les cas symptomatiques (ou ceux qui le deviennent lors du suivi)

L’isolement est d’une durée de 8 jours après la date de début des symptômes (ou 10 jours pour les personnes à risque élevé de faire une forme grave) ET après 48 heures d’apyrexie (absence de fièvre) et sans dyspnée (sans gêne respiratoire).

Pour les cas asymptomatiques

L’isolement est d’une durée de 10 jours après la date du prélèvement positif.

Pour les autres personnes contact du foyer testées positivement

La durée de la quatorzaine dépend des conditions d’hébergement, selon que les autres personnes contacts du foyer sont séparées ou non des malades atteints du Covid-19 :

  • si elles ne sont pas séparées, le décompte des 14 jours ne commence qu’après la guérison clinique de tous les malades. Un allègement des mesures de quatorzaine (sorties limitées autorisées avec port du masque chirurgical obligatoire, pas d’utilisation des transports en commun, pas de contact avec des personnes à risque de forme grave de Covid-19, pas de travail en présentiel) peut être envisagé en l’absence de symptômes et de nouveau test RT-PCR négatif réalisé à J+7 après la guérison clinique de tous les malades. La quatorzaine est complètement levée 14 jours après la guérison clinique de tous les malades,
  • si elles sont séparées, le décompte débute après le dernier contact avec les malades. La quatorzaine peut être allégée en l’absence de symptômes et de nouveau test RT-PCR négatif à J+7 du dernier malade. Elle est levée complètement 14 jours après le dernier contact avec les malades.

Pour les personnes contact à risque hors du foyer

La stratégie de prise en charge des personnes contact à risque hors du foyer du malade confirmé ou probable atteint du Covid-19 diffère légèrement de celle des personnes contacts du foyer.

Les personnes contacts à risque hors du foyer, identifiées par le malade, sont contactées par les enquêteurs sanitaires de l’Assurance Maladie en charge du 2e niveau du « contact tracing ».

Elles sont prises en charge différemment selon la présence ou non de symptômes.

Si la personne contact à risque est symptomatique

Pour les personnes contact à risque symptomatiques, les mesures suivantes sont appliquées :

  • recommandation par l’Assurance Maladie d’une consultation sans délai auprès du médecin traitant, pour une évaluation clinique des symptômes et une prise en charge adaptée,
  • mesure immédiate d’isolement strict (avec prescription d’un arrêt de travail si nécessaire lors de sa prise en charge par la plateforme du niveau 2 et possibilité de retirer des masques chirurgicaux en pharmacie d’officine sur simple présentation de la carte Vitale en tant que contact à risque),
  • organisation d’un test RT-PCR dès que possible :
    • si le résultat du test est positif, la stratégie de prise en charge de la personne contact (et donc de ses contacts à risque au sein du foyer et hors foyer) est celle de tous les cas confirmés,
    • si le résultat est négatif, la stratégie de prise en charge de la personne contact est la même que celle des personnes contact asymptomatiques (voir ci-après).

Si la personne contact à risque est asymptomatique

Pour les personnes contact à risque asymptomatiques, les mesures suivantes sont appliquées :

  • mesure de quatorzaine stricte (avec prescription d’un arrêt de travail si nécessaire et si télétravail impossible lors de sa prise en charge par la plateforme du niveau 2 et possibilité de se procurer des masques chirurgicaux en pharmacie d’officine),
  • recommandations pour le respect des mesures barrière au domicile (port du masque en présence d’un tiers dans la même pièce, lavage régulier des mains, auto-surveillance de la température et de l’apparition de symptômes),
  • organisation d’un test RT-PCR à J+7 de la date du dernier contact avec le cas :
    • si le résultat du test est positif, une procédure de contact tracing pour cette personne est déclenchée (en remontant à 7 jours avant la date du prélèvement positif) et la mesure de quatorzaine évolue vers une mesure d’isolement,
    • si le résultat du test est négatif et en l’absence de survenue de symptômes, la mesure de quatorzaine peut être allégée (sorties limitées autorisées avec port du masque chirurgical obligatoire, pas d’utilisation des transports en commun, pas de contact avec les personnes à risque de forme grave de Covid-19, pas de travail en présentiel). Elle est levée complètement 14 jours après le dernier contact avec le cas.

Dans tous les cas, une solution d’hébergement adaptée afin de séparer la personne contact à risque du reste de son foyer peut être proposée, si la situation médicale, sanitaire et/ou sociale de la personne et/ou d’un autre membre de son foyer le nécessite (orientation vers les cellules locales des préfectures et collectivités en charge d’organiser l’appui au maintien à domicile ou l’hébergement dans une structure dédiée).

Qui sont les personnes contact à risque ?

En l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact…

  • hygiaphone ou autre séparation physique (vitre),
  • masque chirurgical ou FFP2 porté par le cas OU la personne contact,
  • masque grand public fabriqué selon la norme AFNOR ou équivalent porté par le cas ET la personne contact,

… la personne contact à risque est une personne :

  • ayant partagé le même lieu de vie que le malade confirmé ou probable,
  • ayant eu un contact direct avec un malade, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la durée (exemple conversation, repas, flirt, accolades, embrassades). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes contacts à risque,
  • ayant prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins,
  • ayant partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au
  • moins 15 minutes avec un malade, ou étant restée en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement,
  • étant élève ou enseignant de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l’université).