Le Dossier Médical Partagé dans les starting-blocks

29 juin 2018

Après 18 mois d’expérimentation (voir encadré) et le passage du seuil symbolique du million de DMP créés, l’Assurance Maladie généralise en octobre le Dossier Médical Partagé, véritable carnet de santé numérique.

 

 

 

Qu’est-ce que le DMP ?

Le DMP est un dossier médical informatisé proposé aux patients. Chaque personne bénéficiaire d’un régime de sécurité sociale, majeure ou mineure, peut disposer d’un DMP. Il vise à améliorer la coordination, la qualité et la continuité des soins entre tous les professionnels de santé, en ville comme à l’hôpital ou en Ehpad.

L’accès à ce service en ligne sécurisé est très simple, répondant ainsi aux attentes des professionnels de santé. La création d’un DMP n’est possible qu’avec le consentement du patient. Et, en dehors de lui, seuls les professionnels de santé qu’il a autorisés à le faire peuvent le consulter et l’alimenter.

Dès la création de son DMP et à tout moment, le patient peut décider s’il consent ou non à l’ouverture de son DMP en situation d’urgence ; il peut aussi désigner le ou les professionnels de santé qui n’auront pas accès à son DMP dans la rubrique « Gestion du DMP ». Toutes ces décisions sont réversibles.

Qui peut créer un DMP ?

  • Les patients eux-mêmes (1), via le site « mon-dmp.fr » (qui deviendra www.dmp.fr en septembre prochain) ;
  • les conseillers des caisses primaires d’assurance maladie (CPAM) ;
  • les professionnels de santé, via un logiciel « DMP-compatible » ou via l’accès web « Professionnels de santé » sur le site dmp.gouv.fr (qui deviendra www.dmp.fr en septembre prochain), ainsi que les pharmaciens ;
  • les établissements de santé.

Que contient le DMP ?

Dès son ouverture, qui prend moins d’une minute, le DMP du patient est automatiquement alimenté par l’historique des soins et traitements des 24 derniers mois conservé par l’Assurance Maladie. Le patient peut également y ajouter les informations qu’il juge utiles à son suivi médical : personnes à prévenir en cas d’urgence, allergies éventuelles, personnes de confiance, directives anticipées, etc.

Il peut autoriser son médecin traitant ou tout autre professionnel de santé consulté à l’enrichir avec toutes les informations et documents facilitant sa prise en charge : pathologies, antécédents, traitements, intolérances médicamenteuses, allergies, comptes rendus d’hospitalisation et de consultation, résultats d’examens… Ces données sont ainsi conservées en toute sécurité et accessibles en un seul lieu pour tous les professionnels de santé qui suivent le patient.

La coordination des soins facilitée pour une meilleure prise en charge du patient

Le DMP est conçu pour permettre l’amélioration de la prise en charge et de la qualité des soins pour le patient. Chaque professionnel de santé, que ce soit lors d’une consultation ou en situation d’urgence, dispose ainsi d’une information plus complète que son seul dossier patient. C’est précieux, notamment dans les cas où un patient est sujet à une intolérance médicamenteuse ou à des allergies.

De plus, via la mise à disposition des examens, soins et traitements déjà prescrits par des confrères, la consultation du DMP permet d’éviter tout acte inutile ou redondant et de réduire le risque d’interactions médicamenteuses. Elle fait aussi gagner du temps dans la prise en charge, par exemple lorsqu’un patient est vu pour la première fois en consultation.

Par ailleurs, le nombre d’affections de longue durée et de maladies chroniques augmente, les patients sont de plus en plus mobiles et la population vieillit : autant de situations qui nécessitent d’impliquer un nombre toujours plus important d’acteurs dans le parcours de soin de ces patients, avec un enjeu de coordination des soins encore plus crucial. C’est un atout important du DMP que de favoriser cette nécessaire coordination.

Un DMP facilement accessible pour les professionnels de santé

La connexion se fait par un logiciel de professionnels de santé (LPS), dont les dernières versions intègrent directement les fonctionnalités du DMP et permettent d’y accéder en un clic. Pour les médecins non équipés d’un logiciel « DMP-compatible », la connexion peut aussi se faire à travers l’accès web « Professionnels de santé ». La liste exhaustive des logiciels « DMP-compatibles » est disponible sur le site www.cnda.ameli.fr.

 

(1) La création en ligne d’un DMP n’est actuellement possible que pour les assurés majeurs du régime général et des régimes partenaires de l’Assurance Maladie.

 

Une première phase prometteuse

Depuis décembre 2016, 9 départements (Bas-Rhin, Côtes-d’Armor, Doubs, Haute-Garonne, Indre-et-Loire, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Somme, Val-de-Marne) ont participé à une première phase de développement du DMP. En 18 mois, plus de 550 000 DMP ont été créés sur ces 9 territoires (chiffre arrêté à la fin mai 2018). Si on ajoute le nombre de DMP créés au cours de la dizaine d’années précédant le transfert de la gestion du DMP à l’Assurance Maladie, ce sont plus de 1,2 million de DMP qui sont actuellement ouverts.