La vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) étendue aux garçons

29 janvier 2021

Depuis le 1er janvier 2021, le Gardasil 9, vaccin contre les papillomavirus humains (HPV), est remboursé par l’Assurance Maladie pour les garçons. Ce vaccin était déjà recommandé et remboursé en France pour les jeunes filles. Fin décembre 2019, la Haute Autorité de santé (HAS) a élargi sa recommandation aux jeunes garçons.

Près d’un tiers des cancers liés aux HPV touchent les hommes

La raison de cette généralisation ? Chaque année, en France, 6 300 nouveaux cas de cancers sont attribuables aux infections liées aux papillomavirus humains (HPV). La vaccination des garçons comme des filles contre les HPV vise à freiner leur transmission au sein de la population. De plus, plus de 25 % des cancers liés aux infections aux HPV surviennent chez les hommes. La vaccination ne protège pas uniquement contre le cancer du col de l’utérus, mais aussi contre les cancers tels celui de l’anus, du pénis, ou encore de certains cancers ORL (de la cavité orale, du larynx et de l’oropharynx).

Lien entre HPV et cancer

L’infection aux HPV est très fréquente : ces virus, contre lesquels le préservatif n’assure pas une protection suffisante, sont en effet transmissibles par simple contact au niveau des parties génitales, le plus souvent lors de rapports sexuels, avec ou sans pénétration. Ainsi, environ 80 % des femmes et des hommes y sont exposés au cours de leur vie, surtout au tout début de leur vie sexuelle. Or, si la plupart du temps, le corps parvient à éliminer les infections aux HPV, elles peuvent toutefois persister et provoquer des lésions susceptibles d’évoluer plusieurs années plus tard vers un cancer.

Le Gardasil 9

Le vaccin Gardasil 9 est recommandé dans le schéma vaccinal depuis début 2019.

Le Gardasil 9 protège contre les infections à HPV 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58, en cause dans 90 % des cancers du col de l'utérus, 80 % des cancers de l’anus ainsi que 90 % des verrues ano-génitales (condylomes).

La vaccination HPV : déroulement et prise en charge

La vaccination par le vaccin Gardasil 9 se déroule :

  • pour les jeunes filles et garçons âgés de 11 à 14 ans révolus : en 2 injections, espacées de 6 à 13 mois ;
  • avec un rattrapage de la vaccination possible entre 15 à 19 ans révolus si elle n’a pas eu lieu entre 11 et 14 ans. 3 injections sont du coup nécessaires : la 2ème a lieu 2 mois après la 1re et la 3ème est réalisée 6 mois après la 1re.

Le vaccin contre l'infection à papillomavirus humain (HPV) est remboursé par l’Assurance Maladie, sur prescription médicale, à 65 %. Les mutuelles et complémentaires santé interviennent pour compléter le remboursement. Dans certains centres de vaccination, la vaccination peut être gratuite.

Une efficacité prouvée

À ce jour, plus de 100 millions d’enfants et d’adolescents ont été vaccinés contre les HPV dans près de 80 pays. Les données disponibles montrent l’efficacité des vaccins sur la réduction de l’incidence des cancers invasifs du col de l’utérus, des lésions précancéreuses, des infections HPV et des condylomes en comparaison avec la situation pré-vaccinale.

Une étude suédoise, publiée en 2020, a notamment mis en évidence, en observant sur la période 2006- 2017 des cancers survenus chez les femmes âgées de 10 à 30 ans, un risque de cancer invasif du col de l’utérus inférieur chez les jeunes femmes ayant reçu à minima une dose de vaccin quadrivalent contre les HPV. En Suède, une réduction des lésions précancéreuses de 75 % a été observée chez les jeunes filles vaccinées avant l’âge de 17 ans en comparaison aux autres jeunes femmes.

Une étude australienne a également montré de son côté que le taux de personnes infectées, par les HPV à l’origine des cancers du col de l’utérus a diminué grâce à la vaccination. Il est passé de 22,7 % en 2005-2007 à 1,5 % en 2015 chez les jeunes femmes de 18-24 ans.

A ce jour, plus de 20 pays, dont l’Australie, les États-Unis, l’Italie, le Canada, la Norvège et l’Argentine, ont recommandé l’extension de la vaccination aux garçons.

En savoir plus sur la vaccination contre les HPV et cancers sur le site de l'Institut national du cancer.