La grippe saisonnière au seuil épidémique partout en France métropolitaine

06 février 2019

Depuis le 30 janvier 2019, plus aucune région de métropole n’échappe à l’épidémie selon les données de surveillance de Santé publique France (1). Le taux de consultations pour syndrome grippal est le 6 février (semaine 5) (2) de 536 /100 000 habitants, en hausse de 47 % par rapport à la semaine précédente (339 / 100 000 habitants). La part des hospitalisations suite à un passage aux urgences pour grippe ou syndrome grippal est de 15 % (1823 hospitalisations), et ce sont à près de 100 % des virus de type A qui sont détectés.

La grippe touche toute la France en semaine 5

En période épidémique, les gestes barrières permettent de ralentir la progression des virus hivernaux, dont la grippe. Ces gestes simples restent encore trop souvent méconnus des patients. Pour sensibiliser le plus grand nombre à l’importance de ces gestes barrières, le ministère des Solidarités et de la santé et Santé publique France ont choisi de mettre l’accent sur 4 gestes principaux :

  • se laver les mains, à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique, plusieurs fois par jour (avant de préparer un repas ou de se mettre à table, avant et après avoir changé un bébé, être allé aux toilettes, s’être mouché ou avoir éternué, avoir pris les transports en commun…) ;
  • éternuer dans son coude plutôt que dans sa main ;
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et s’en débarrasser dès le premier usage dans une poubelle fermée ;
  • en cas d’infection respiratoire aiguë, grippe ou autre, porter un masque jetable (type « masque chirurgical ») en particulier quand on est en contact avec des personnes fragiles ou à risque ; en changer toutes les 4 heures ou lorsqu’il est trop mouillé.

Cette campagne de sensibilisation est accessible dans la presse et en ligne, sur un site dédié et via les réseaux sociaux. Une affiche rappelant ces gestes barrières a été envoyée aux professionnels de santé. 

 

La grippe reste bénigne pour la grande majorité des patients et le traitement d’une grippe simple est symptomatique, aucune antibiothérapie n’est recommandée. Pour certaines populations toutefois, la prescription d’antiviraux inhibiteurs de la neuraminidase (INA) est justifiée.

L’utilisation des antiviraux est recommandée pour les personnes à risque de complications ainsi que dans les établissements hébergeant des personnes à risque.

(1) Point de situation au 30 janvier 2019.

(2) Bulletin hebdomadaire du 6 février 2019.