« La CPTS a permis de rompre l’isolement ressenti par certains professionnels »

29 mars 2021

Laure Letenneur, directrice du groupement de coopération sanitaire (GCS) Axanté, Arnaud Philippe, médecin généraliste et Maëlly Morice, pharmacienne

La communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Bessin - Caen Ouest - Prébocage, dans le Calvados, est née en 2020, en pleine crise sanitaire. Laure Letenneur, directrice du groupement de coopération sanitaire (GCS) Axanté, Arnaud Philippe, médecin généraliste, et Maëlly Morice, pharmacienne, (1) ont participé au lancement du projet début 2020.

La CPTS a commencé ses missions dès le dépôt du dossier auprès de l’agence régionale de santé afin de répondre aux multiples enjeux de la crise. Le contrat avec l’Assurance Maladie a été signé le 17 décembre 2020 et la CPTS compte parmi ses membres : les professionnels de santé libéraux de l’association Soigner ensemble, la société interprofessionnelle de soins ambulatoires d’Isigny-sur-Mer, les pharmaciens d’Hospipharm 14, le centre hospitalier Aunay-Bayeux, les associations des Ehpad et du médico-social du Bessin et du Prébocage, des structures de coordination portées par Axanté… Pionnière dans son département, elle s’étend d’Isigny-sur-Mer à Caen ouest, couvrant ainsi 40 % du Calvados et environ 175 000 habitants.

Quelles actions avez-vous mises en place pendant cette crise sanitaire ?

Laure Letenneur, directrice du GCS. La CPTS s’est engagée sur le volet prévention : déploiement des centres de dépistage en collaboration avec les professionnels, gestion d’un stock d’urgence d’équipements de protection individuels (EPI), accompagnement des établissements et services médico-sociaux dans la mise en place des mesures contre la Covid-19 (gestion des clusters, visites, etc.). Côté vaccination, nous travaillons avec les collectivités et les professionnels à la mise en place de centres de vaccination éphémères et au portage des centres de vaccination.

Arnaud Philippe, médecin généraliste. Nous avons tenu aussi à soutenir les professionnels de santé et les professionnels du secteur social et médico-social, en leur diffusant de l’information et des recommandations de bonnes pratiques, en organisant des retours d’expérience entre les différents bassins de vie…

Justement, comment avez-vous collaboré avec les professionnels de santé ?

Arnaud Philippe, médecin généraliste. Il était important pour nous de rester en contact, même en période de confinement et de rester disponibles pour les professionnels, en permettant des échanges par différents canaux : visioconférence, téléphone, mail… On pense que cette organisation a permis de rompre l’isolement ressenti par certains professionnels.

Laure Letenneur, directrice du GCS. Par exemple, nous avons mise en place des réunions hebdomadaires en visioconférence réunissant des établissements et services médico-sociaux (ESMS) et des professionnels libéraux. Objectif : faire circuler l’information, remonter les interrogations aux institutions, créer une dynamique entre les professionnels. Des lignes d’astreinte médicale et administrative ont aussi été mises en place au sein de la CPTS pour répondre aux nombreuses questions des professionnels de santé.

Après une année de fonctionnement, qui correspond aussi à la durée de la crise sanitaire, quel est le bilan ?

Arnaud Philippe, médecin généraliste. Le bilan est très positif selon moi pour la communication entre tous les acteurs santé du territoire et nous. Il y a plusieurs pôles de santé libéraux ambulatoires (PSLA) sur le territoire et la CPTS permet un rôle d’articulation entre ces PSLA, elle crée un lien entre le secteur libéral et l’hôpital, entre les différents acteurs… Cette coordination contribue à une efficience de l’organisation.

Maëlly Morice, pharmacienne. Oui, je trouve aussi que la coordination entre les professionnels de santé est meilleure et des liens se sont créés entre eux et les institutions. Autre avantage : la CPTS permet une réflexion sur les parcours avec les acteurs de proximité et un développement du maintien à domicile mieux coordonné. Enfin, c’est parce que nous connaissons le bassin de vie que la CPTS a pu répondre aux enjeux de la crise avec le développement rapide de permanences pour réaliser les tests antigéniques, une aide au déploiement de la vaccination contre la grippe puis de celle contre la Covid-19 sur le territoire.

Laure Letenneur, directrice du GCS. Et au-delà de la crise sanitaire, il est important de ne pas oublier nos missions en termes de santé publique. Grâce à l’arrivée d’une nouvelle personne chargée de la coordination au sein de notre CPTS, les travaux vont reprendre et notamment : les actions de prévention, le parcours de la personne handicapée âgée, le diagnostic sur l’accès au soin, une réflexion sur la responsabilité populationnelle en termes d’utilisation du système de santé et l’accompagnement des professionnels dans leurs projets de regroupement.

 

(1) Laure Letenneur est directrice du GCS Axanté, porteur de la CPTS Bessin – Caen Ouest – Prébocage. Arnaud Philippe est médecin généraliste libéral, médecin coordinateur de la Plateforme territoriale d'appui Bessin - Caen Ouest - Prébocage et membre du comité de pilotage de la CPTS. Maëlly Morice est pharmacienne à Isigny-sur-mer et co-présidente d’Hospipharm 14.