Hausse des cas de rougeole : le point sur les recommandations pour les médecins

Publié le

Le nombre de cas de rougeole déclarés en France a été multiplié par 8 en 2023 : 117 cas contre 15 en 2022. Les données épidémiologiques récentes au niveau mondial, européen et français, montrent une reprise
de la circulation active du virus de la rougeole depuis le début de l’année 2023, encore plus marquée
depuis janvier 2024, se traduisant par une recrudescence des cas de rougeole dans certaines régions de France.

En raison de cette augmentation récente du nombre de cas en France, les professionnels de santé sont invités à une vigilance renforcée. Il est essentiel de détecter rapidement les cas et de mettre en œuvre les mesures de prévention appropriées. Au vu de la forte contagiosité de la maladie, une diffusion plus large sur le territoire au cours des mois à venir pourrait survenir, notamment à l’occasion des grands rassemblements durant les Jeux olympiques et paralympiques.

Dans ce contexte, il est important de profiter de tout contact avec les patients pour vérifier systématiquement leur statut vaccinal contre la rougeole-oreillons-rubéole (ROR), selon les recommandations en vigueur du calendrier vaccinal.

La vaccination contre la rougeole est obligatoire pour tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 : la 1re dose de vaccin ROR est administrée à 12 mois et la 2e entre 16 et 18 mois.

Les personnes nées depuis 1980 devraient avoir reçu au total 2 doses de vaccin trivalent ROR (délai minimum d’un mois entre les 2 doses), quels que soient les antécédents vis-à-vis d’une des 3 maladies.

La HAS recommande de porter les efforts de rattrapage sur la vaccination des personnes nées après 1980 :

  • n'ayant reçu aucune dose ou une seule dose de vaccin trivalent ROR ;
  • ayant reçu 2 doses de vaccin dont la 1re avant l’âge de 12 mois. La date est documentée dans le carnet de santé. Ces patients doivent recevoir une 3e dose.

Pour les personnes nées avant 1980, non vaccinées et sans antécédent connu de rougeole, la vaccination avec une dose de vaccin trivalent ROR est fortement recommandée, sans contrôle sérologique préalable, pour les professions de santé ou toute personne exerçant dans les services accueillant des patients à risque de rougeole grave (immunodéprimés), au contact des enfants ou exposées au contact d’un cas de rougeole.

Une attention particulière doit être portée aux personnes de plus de 6 mois devant voyager. Il convient de mettre à jour leur vaccination avant le départ.

Consulter l’avis n° 2024.0038/AC/SESPEV du 23 mai 2024 du collège de la Haute Autorité de santé relatif à la vaccination des personnes nées depuis 1980 ayant reçu une dose de vaccin contre la rougeole avant l’âge de 12 mois

Face à un cas possible de rougeole que doit faire le professionnel de santé ?

Pour rappel, les recommandations sanitaires sont les suivantes :

  • un diagnostic clinique de la rougeole doit être évoqué devant un patient, quel que soit son statut vaccinal, s’il présente : une fièvre supérieure ou égale à 38,5 °C, associée à une éruption maculo-papuleuse et d’au moins un des signes suivants : conjonctivite, rhinite, toux, signe de Köplik. Les patients sont contagieux 5 jours avant l’apparition de l’éruption ;
  • une confirmation biologique est indispensable ;
  • des mesures d’éviction et de prophylaxie sont à mettre en œuvre ;
  • un signalement sans délai des cas cliniques possibles (y compris avant les résultats biologiques) à l’agence régional de santé (ARS).

Voir les recommandations en détails dans le DGS-Urgent 2024_04.

Dans un cabinet médical, 1 patient atteint de rougeole peut contaminer entre 15 et 20 personnes. En salle d’attente dans un cabinet médical de ville, il convient d’isoler le patient (en le mettant à l’écart des autres), de limiter ses déplacements au strict nécessaire, de lui faire porter un masque chirurgical et d’accélérer sa prise en charge afin d’éviter les contacts avec d’autres malades en salle d’attente.

Lire aussi :

La vaccination rougeole-oreillons-rubéole (ROR) sur ameli.fr

La rougeole sur vaccination-info-service.fr

La rougeole en France : incidence, vaccination et diagnostic

Une hausse très importante par rapport à 2022

Des cas de rougeole 8 fois plus nombreux par rapport à 2022

Le nombre de cas de rougeole déclarés en France a été multiplié par 8 en 2023

●    117 cas en 2023
●    15 cas en 2022
●    16 cas en 2021
●    240 cas en 2020

Une maladie aux formes graves

Parmi les 117 cas :

  • 27 patients hospitalisés (soit 23,1 %) dont 2 en service de réanimation.
  • 50 % des complications rapportées concernaient des adultes de plus de 30 ans.

Une hausse notable des cas d'origine importée

85 % des cas déclarés en France serait en lien avec une importation de l’étranger confirmant la reprise de la circulation de la rougeole dans le monde :
●    31 cas importés (séjour à l’étranger avant éruption) en 2023 contre 5 en 2022 (x 6)
●    68 cas reliés à une importation (infectés en France liés à une transmission par un cas importé)
●    18 cas d’origine autre ou inconnue

Etat vaccinal des personnes touchées

Parmi les 117 cas :
●    50 n’étaient pas vaccinés contre la rougeole ;
●    44 étaient vaccinés avec 2 injections ;
●    13 pour qui le statut vaccinal était inconnu ;
●    10 étaient vaccinés avec 1 injection.

Les patients complètement vaccinés avaient reçu une injection avant l’âge de 12 mois ce qui peut expliquer la moindre protection à long terme

Vaccination ROR : où en est-on en France ?

La couverture vaccinale rougeole-oreillons-rubéole (ROR) a été estimée à :

  • 94,3 % chez les enfants de 24 mois ;
  • 90,4 % chez les adultes âgés de 18 à 35 ans.

Face à ces constats, le rôle du médecin est essentiel

  • Pour rappeler l’importance des vaccinations à ses patients.
  • Pour vérifier le statut vaccinal de chaque patient.
  • Pour signaler les cas potentiels de rougeole sans délai aux agences régionales de santé.
  • Pour détecter et d’éviter rapidement des cas groupés ou chaînes de transmission.

Symptômes et diagnostic de la rougeole

Transmission du virus : directe par voie aérienne à partir des sécrétions nasopharyngées et, plus rarement, par des objets contaminés.

Maladie très contagieuse :

  • de 4 à 5 jours avant le début de l’éruption et jusqu’à au moins 4 jours après le début de l’éruption
  • dans une population non immunisée, une personne contagieuse peut contaminer 15 à 20 personnes.

Signes cliniques

Phase pré-éruptive  : fièvre supérieure à 38,5°C, catarrhe oculo-respiratoire (toux, rhinite, conjonctivite), malaise général avec asthénie intense. Le signe de Koplik, pathognomonique mais inconstant, disparaît avec le début de l’éruption.
Phase éruptive : 14 jours après la contagion, éruption maculo-papuleuse de 5 à 6 jours. Débute au niveau du visage et derrière les oreilles et s’étend progressivement de haut en bas et vers les extrémités.

Diagnostic

Une confirmation biologique doit être effectuée devant toute suspicion de rougeole

Complications

Les plus fréquentes : otites et diarrhées

Complications sévères

  • Elles surviennent notamment chez les nourrissons de moins de 1 an et les adultes de plus de 20 ans.
  • Pneumonie, surtout chez l’enfant, et encéphalite aiguë, surtout chez l’adulte.

 

Sources :
La rougeole en France, bilan annuel 2023 - Bulletin Santé publique France
Baromètre de Santé publique France, édition 2021, France métropolitaine

 

 (1) Santé publique France – Rougeole en France, bilan annuel 2023.

Zoom sur le cluster de rougeole en Auvergne-Rhône-Alpes

L’épisode de cas groupés le plus important a été relevé en Auvergne-Rhône-Alpes (Drôme et Ardèche) avec 64 cas de rougeole rapportés entre août et novembre 2023 :

  • 37 cas étaient vaccinés 2 injections,
  • 24 cas étaient non vaccinés ou vaccinés 1 injection,
  • 3 cas pour lequel le carnet n’a pas été présenté.

80,6 % des cas vaccinés avec 2 injections avaient reçu la 1re injection avant l’âge de 12 mois ce qui peut expliquer la moindre protection à long terme

Conséquence : en région Auvergne-Rhône-Alpes les recommandations vaccinales ont été adaptées avec l’administration d’une 3e injection de vaccin ROR pour toutes les personnes nées à partir de 1980 ayant déjà reçu 2 injections mais dont la 1re injection a été administrée avant l’âge de 12 mois (DGS-URGENT N°2023_21).

En cours de chargement...