Forte augmentation de la prescription de la PrEP en ville par des médecins généralistes

Le Groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare, mis en place par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (CNAM) effectue depuis 2017, à partir des données du Système national des données de santé (SNDS), un suivi du recours préventif au Truvada® et à ses génériques dans le cadre de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH. À la veille de la Journée internationale de lutte contre le sida qui a lieu le 1er décembre, Epi-Phare publie son rapport annuel sur le sujet avec les nouvelles données actualisées jusqu’au 30 juin 2022.

Une forte reprise de l’utilisation du Truvada et de ses génériques en 2021 et 2022

Les chiffres de ce rapport mettent en évidence une reprise soutenue de l’utilisation de la PrEP en France et une forte augmentation de sa prescription en ville par des médecins généralistes au cours du second semestre 2021 et du premier semestre 2022, après l’infléchissement survenu en 2020 en lien avec l’épidémie de Covid-19.

Au 30 juin 2022, le nombre total de personnes de 15 ans et plus ayant initié la PrEP en France depuis le premier semestre 2016 était de près de 65 000, soit une augmentation de 39 % par rapport à fin juin 2021. Pour 28 % d’entre elles (plus de 18 000 personnes), l'initiation de la PrEP a eu lieu entre le 1er juillet 2021 et le 30 juin 2022.

Le nombre de personnes ayant effectivement utilisé la PrEP est également en hausse au premier semestre 2022 par rapport à la même période en 2021 : plus de 42 000 en 2022, contre plus de 30 000 en 2021, soit une augmentation de 40 %.

Évolution des caractéristiques des prescripteurs

L’initiation de PrEP

Entre le 1er janvier 2016 et le 30 juin 2022, 78 % de l’ensemble des primo-prescriptions de PrEP ont été effectuées par des médecins salariés. Néanmoins, dans le contexte de l’élargissement de la primo-prescription de la PrEP à l’ensemble des prescripteurs mis en place depuis le 1er juin 2021, les initiations de PrEP prescrites en ville, en particulier par des médecins généralistes, ont très nettement augmenté.

Les PrEP initiées par un prescripteur libéral sont en effet passées de près de 1 400 (19 % des initiations) au premier semestre 2021 à près de 3 800 (41 %) au 1er semestre 2022. Lorsque l’initiation est effectuée par un médecin libéral, il s’agit dans plus de 8 cas sur 10 d’un médecin généraliste.

Le renouvellement de PrEP

Le renouvellement de PrEP, lorsqu’il est effectué par un prescripteur libéral, l’est également plus de 8 fois sur 10 d’un médecin généraliste. Cependant, dans près des trois quarts des cas, depuis le 1er janvier 2016 et jusqu’au 30 juin 2022, les prescriptions de renouvellement sont réalisées par des médecins salariés.

Les renouvellements de PrEP par un prescripteur libéral ont néanmoins connu une forte augmentation au cours de la dernière année en passant de plus de 24 000 (26 %) au premier semestre 2021 à près de 48 000 (37 %) au premier semestre 2022.

Une diffusion de la PrEP encore trop restreinte à certaines catégories de population

La prescription de la PrEP à toutes les catégories de population qui pourraient en bénéficier reste encore limitée.

Les personnes ayant initié une PrEP par Truvada® ou génériques depuis 2016 sont principalement :

  • des hommes (à hauteur de 97 %) ;
  • âgés en moyenne de 36 ans.

Seuls 7 % bénéficient de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) ou de la Complémentaire santé solidaire (1) et moins de 1 % de l’aide médicale de l’État (AME).

Au cours de la période récente, la diffusion de la PrEP a connu des évolutions mais qui demeurent modestes. Elle s’est étendue aux groupes de population autres que les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) des grandes métropoles.

La part des personnes résidant dans des communes appartenant à des unités urbaines de 200 000 habitants et plus a diminué (72 % au 1er semestre 2021, contre 67 % au 1er semestre 2022) au profit des personnes résidant dans des communes de plus petite taille ou en zone rurale (notamment dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire).

La part des femmes a connu une légère hausse mais elle reste marginale : 4 % au premier semestre 2022 contre 2 % au premier semestre 2021. La proportion de bénéficiaires de la CMU-C ou de la Complémentaire santé solidaire à l’initiation de la PrEP a, quant à elle, atteint 8,5 % au premier semestre 2022. Dans la continuité de la tendance amorcée en 2020-2021, les initiations de PrEP ont aussi de plus en plus souvent concerné des jeunes âgés de moins de 25 ans : 24 % au premier semestre 2022 contre 21 % au premier semestre 2021.

Les utilisateurs de la PrEP restent toutefois encore principalement des hommes, âgés de 36 ans en moyenne, résidant en Île-de-France ou dans une grande métropole.

(1) La couverture maladie universelle a été remplacée par la Complémentaire santé solidaire en novembre 2019.

 

En cours de chargement...