DMP : des médecins mieux informés, des patients mieux soignés

29 mars 2019

Plus de 4,6 millions de personnes ont déjà ouvert leur Dossier Médical Partagé (DMP). Depuis le lancement de la campagne d’information de l’Assurance Maladie, début novembre 2018, près de 2,7 millions de DMP ont été créés… Et environ 6 millions de documents – au-delà de l’historique des soins des 24 derniers mois que l’Assurance Maladie y verse – ont été intégrés dans les DMP. 19 CHU sur 32 sont aujourd’hui dans une dynamique d’alimentation automatique des DMP (avec les comptes rendus d’hospitalisation, les lettres de sortie, etc.).

Collaboration, simplification, sécurisation : les atouts du DMP

Service gratuit, confidentiel et hautement sécurisé, le DMP regroupe dans un même espace toutes les informations de santé d’un patient, répondant ainsi à un enjeu de santé publique : permettre de disposer de la bonne information, au bon moment, pour mieux soigner. Pour les professionnels de santé, il permet, lorsqu’il est alimenté, une meilleure prise en charge médicale des patients.

Ainsi le DMP :

  • renforce la collaboration entre tous les professionnels de santé, en ville comme à l’hôpital, en rassemblant tous les éléments d’information relatifs au patient ;
  • donne accès immédiatement aux informations médicales d’un patient lors d’une première consultation, d’une hospitalisation… ;
  • simplifie la transmission des informations lors d’un remplacement ;
  • facilite le suivi des patients nécessitant des soins dans la durée : femmes enceintes, personnes âgées, patients souffrant d’une maladie chronique ;
  • évite les risques liés aux interactions médicamenteuses ;
  • évite la prescription d’examens (radiologie, bilan sanguin…) ou de traitements déjà demandés par des confrères.

Le Dr Frédéric Hurson, cardiologue à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) témoigne sur son usage du DMP

Le rôle du médecin traitant

Le médecin traitant dispose de droits particuliers sur le DMP de ses patients :

  • il peut accéder à l’ensemble des informations contenues dans un DMP, contrairement à un opticien ou un diététicien qui n’aura qu’un accès partiel ;
  • il peut, à la demande du patient, masquer un document ou bloquer l’accès au DMP à un autre professionnel de santé.

 

cnam-1216-nl-medecins-mars-2019-longue.jpg

Source : Assurance Maladie.