Dépistages organisés des cancers : ce qu’il faut savoir sur les nouveautés 2024

Publié le

L’Assurance Maladie développe de larges actions de prévention autour notamment du dépistage organisé de 3 cancers : du sein, colorectal et du col de l’utérus. C’est elle qui gère désormais les invitations, dont les modalités ont évolué. Les médecins traitants accéderont via amelipro, courant 2024, à la liste des patients éligibles n’ayant pas réalisé leurs dépistages. Ce qu’il faut savoir pour accompagner les patientes et les patients, et répondre à leurs éventuelles questions.

Dépistage organisé du cancer du sein

Ce qui change en pratique en 2024

Depuis janvier 2024, les femmes concernées par le dépistage organisé du cancer du sein (entre 50 et 74 ans, sans symptômes et n'ayant pas de facteurs de risque particuliers de cancer du sein) sont invitées par l’Assurance Maladie à réaliser, tous les 2 ans, une mammographie de dépistage, prise en charge à 100 %.

Les relances au dépistage sont désormais dématérialisées et déposées dans le compte ameli de l’assurée (ou par voie postale lorsque le compte n’est pas activé).
Contrairement à l’invitation, les relances ne comprennent donc pas d’étiquettes : ces dernières ne sont pas obligatoires mais facilitent l’identification et le suivi des patientes, les informations contenues pouvant être complétées de façon manuscrite sur la fiche d’identification.

Si la patiente ne dispose plus de son invitation avec étiquettes et souhaite en recevoir une nouvelle, elle peut s’adresser à sa caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ou à sa caisse générale de sécurité sociale (CGSS) en appelant le 36 46 (service gratuit + coût de l’appel).

Pour information, les assurées disposent de la liste des radiologues et des structures qui participent au dépistage organisé du sein dans l’article « Le dépistage organisé du cancer du sein pour les femmes entre 50 et 74 ans » publié dans l’espace assuré d’ameli.fr

Tout savoir sur le dépistage organisé du cancer du sein.

Dépistage organisé du cancer colorectal

Ce qui change en pratique en 2024

Depuis janvier 2024, les patients (femme, homme) de 50 à 74 ans concernés par le dépistage organisé du cancer colorectal sont invités par l’Assurance Maladie.
Désormais, la 1re relance et la 2e relance (lorsqu’elle ne comporte pas de kit) sont dématérialisées et déposées dans le compte ameli des patients. Contrairement à l’invitation initiale, ces relances ne comprennent donc pas d’étiquettes.

Si les patients ne disposent plus de leur invitation avec étiquettes et souhaitent en recevoir une nouvelle, ils peuvent s’adresser à leur caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ou à sa caisse générale de sécurité sociale (CGSS) en appelant le 36 46 (service gratuit + coût de l’appel).

Les modalités de réception des résultats par les patients évoluent également : un lien leur est envoyé par SMS, sous réserve qu’ils aient renseigné leur numéro de téléphone sur la fiche d’identification. À défaut, ils recevront leurs résultats par courrier.

Tout savoir sur le dépistage du cancer colorectal.

Dépistage organisé du col de l’utérus

Pour rappel, le dépistage du cancer du col de l’utérus s’adresse aux femmes de 25 à 65 ans. Entre 25 et 29 ans, le test de dépistage est l’examen cytologique. Pour les femmes de 30 ans à 65 ans, le test de dépistage est le test de détection des virus HPV à haut risque (HPV-HR), tous deux réalisés à partir d’un prélèvement cervico-utérin.

Ce qui change en pratique en 2024

Depuis janvier 2024, les invitations au dépistage du col de l’utérus sont adressées par l’Assurance Maladie aux patientes n’ayant pas réalisé le dépistage dans les délais recommandés.

Désormais, pour les patientes disposant d’un compte ameli, l’invitation est dématérialisée et déposée dans le compte, où elle est conservée durant 6 mois. Les patientes qui ne disposent pas de compte ameli reçoivent une invitation par voie postale, mais sans étiquettes.

En conséquence, pour les 2 formats, les invitations à ce dépistage ne comportent plus d’étiquettes.

La prise en charge à 100 % de l’analyse du prélèvement est ouverte sur simple renseignement de la case « Dépistage organisé » de la fiche de demande d’examen.

Si le médecin traitant réalise lui-même le prélèvement cervico-utérin, il suffit donc de cocher sur la feuille de demande d’examen la case mentionnant que la patiente est invitée au dépistage organisé du cancer du col de l’utérus.

Tout savoir sur le dépistage du cancer du col de l’utérus.

Listes des patients n’ayant pas réalisé le dépistage

Pour améliorer la participation au dépistage organisé des 3 cancers cités plus haut, l’Assurance Maladie mettra à disposition des médecins traitants, courant 2024, la liste de leurs patients qui n’ont pas effectué les dépistages. Cette liste sera diffusée via amelipro. Les informations fournies leur permettront d’identifier leurs patients éligibles aux dépistages organisés, afin d’échanger avec eux et d’identifier les éventuels freins et leviers à la réalisation des dépistages.

Des actions d'« aller vers » les publics les plus fragiles

L'Assurance Maladie a également conçu un programme d’opérations dites d'« aller vers » auprès des populations les plus fragiles et les plus éloignées du système de santé, à l’instar de celui mis en place en 2021 pour la vaccination contre le Covid-19. Plus de 100 téléconseillers répartis sur 7 plateformes d’appels en métropole et outre-mer ont ainsi été recrutés et formés spécifiquement pour accompagner les assurés en situation de vulnérabilité (bénéficiaires de la Complémentaire santé solidaire, assurés sans médecin traitant,…) à la prise de rendez-vous en vue de la réalisation de ces dépistages ou à l'obtention d'un kit de dépistage du cancer colorectal. Plus de 1,4 million de personnes seront appelées cette année dans ce cadre.

En cours de chargement...