Covid-19 : quels sont les signes évocateurs ?

18 mai 2020

En plus des signes infectieux (fièvre, frissons) et des signes classiques des infections respiratoires, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande de considérer d’autres manifestations cliniques. Ces signes peuvent survenir brutalement et constituent des éléments d’orientation diagnostique du Covid-19 dans le contexte épidémique actuel.

En population générale, le médecin doit prendre en considération les signes suivants :

  • asthénie (fatigue) inexpliquée,
  • myalgies (douleurs musculaires) inexpliquées,
  • céphalées en dehors d’une pathologie migraineuse connue,
  • anosmie (perte d’odorat) ou hyposmie (diminution de l’odorat) sans rhinite associée,
  • agueusie (perte du goût) ou dysgueusie (altération du goût).

Chez les personnes de plus de 80 ans, ce sont les signes suivants :

  • altération de l’état général,
  • chutes répétées,
  • apparition ou aggravation de troubles cognitifs,
  • syndrome confusionnel,
  • diarrhée,
  • décompensation d’une pathologie antérieure.

Chez les enfants, il s’agit des signes évocateurs suivants :

  • tous les signes pour la population générale,
  • altération de l’état général,
  • diarrhée,
  • fièvre isolée chez l’enfant de moins de 3 mois.

En situation d’urgence ou de réanimation, le médecin doit être attentif aux signes suivants :

  • troubles du rythme cardiaque récents,
  • atteintes myocardiques aiguës,
  • événement thromboembolique grave.
  • Les pseudo-engelures ne peuvent pas à ce stade être considérées comme un signe diagnostique du Covid-19.

Si un patient présente un ou plusieurs de ces symptômes, le médecin doit le prendre en charge comme un cas possible de Covid-19 (avec prescription d’un test RT-PCR et de masques chirurgicaux, mise en place des mesures d’isolement avec établissement d’un arrêt de travail le cas échéant).

Le médecin doit également identifier les personnes contact, dans le cadre du dispositif « contact tracing ».