Comprendre le congé de proche aidant pour pouvoir en parler à un patient

Le congé de proche aidant permet à une personne de suspendre ou de réduire temporairement son activité professionnelle pour s'occuper d'une personne de son entourage proche en situation de handicap ou très dépendante.

Qui peut être la personne aidée ?

Un aidant peut accompagner :

  • la personne avec laquelle il est en couple ;
  • son ascendant (père, mère, oncle, tante…) ou son descendant (enfant, petit-enfant, neveu, nièce) ou son collatéral (cousin germain) jusqu’au 4e degré ;
  • le parent de l’enfant dont il assume la charge ;
  • une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou avec laquelle il entretient des liens étroits et stables, à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente à titre non professionnel.

La personne aidée doit avoir un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80 % reconnu par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH), ou relever d’un groupe iso-ressources (GIR) I à III sur la grille de dépendance pour une personne âgée (1).

Un congé indemnisé : montant et bénéficiaire

Depuis le 30 septembre 2020, ce congé peut être indemnisé sous la forme d’une allocation journalière de proche aidant (AJPA). En janvier 2022, son montant est de 58,59 euros par journée (29,20 euros pour une demi-journée). Il est revalorisé chaque année, au 1er avril.

Les personnes qui peuvent bénéficier de l’AJPA sont :

  • les salariés du secteur privé ou public bénéficiant d’un congé proche aidant ;
  • les stagiaires d’une formation professionnelle rémunérée ;
  • les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi ;
  • les salariés d’un particulier employeur ;
  • les travailleurs indépendants.

Pendant combien de temps un patient peut-il bénéficier de l’AJPA ?

L’AJPA est versée dans la limite de 66 jours pour l’ensemble de la carrière, quelle que soit l’activité professionnelle exercée et quel que soit le nombre de personnes aidées.

Si l’on vit en couple, les 2 personnes peuvent en bénéficier et les cumuler. Dans ce cas, chacun doit remplir une demande. Chaque bénéficiaire a droit à un maximum de 22 jours par mois.

Quelle démarche doit réaliser le patient pour demander l’AJPA ?

L’AJPA est versée par la caisse d’allocations familiales (Caf), ou par la caisse de mutualité sociale agricole (MSA) pour les personnes qui relèvent du régime agricole.

La demande d’AJPA se fait via un formulaire à retirer auprès de la Caf ou de la MSA ou qui peut être téléchargé sur le site caf.fr.

En savoir plus sur la procédure à suivre pour bénéficier de l’AJPA sur le site solidarites-sante.gouv.fr.

À noter

Il ne faut pas confondre cette allocation avec l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie (AJAP) versée par l’Assurance Maladie.

(1) Le GIR correspond au niveau de perte d’autonomie d’une personne âgée. Il est calculé à partir de l’évaluation effectuée à l’aide de la grille AGGIR.

En cours de chargement...