C’est la saison de la grippe, tous mobilisés en faveur de la vaccination

26 octobre 2018

L’hiver approche et avec lui, l’épidémie de grippe. L’an dernier, la grippe a duré 4 mois et rappelé la gravité de la pathologie : plus de 75 000 passages aux urgences, 10 000 hospitalisations et 13 000 décès (1) attribuables à la grippe ont en effet été enregistrés. Malgré l’importance de l’épidémie, et malgré le niveau satisfaisant des connaissances des Français en matière de vaccination antigrippale, la vaccination des personnes à risque demeure insuffisante.

La grippe peut entraîner des complications graves et des hospitalisations chez les personnes fragiles

Certaines personnes sont particulièrement à risque de faire une forme grave de la grippe : les personnes de 65 ans et plus, les personnes souffrant de certaines maladies chroniques (par exemple : diabète, problèmes cardiaques ou pathologies respiratoires), les femmes enceintes et les personnes obèses (avec un IMC inférieur ou égal à 40). Chez ces personnes, la grippe peut entraîner des complications graves, telles qu’une infection pulmonaire bactérienne ou l’aggravation de la maladie existante.

Des modalités de vaccination simplifiées

Pour inciter les personnes fragiles à se faire vacciner, le parcours vaccinal a été simplifié cette année : tous les adultes primo-vaccinants pour qui la vaccination est recommandée peuvent retirer leur vaccin en pharmacie, sur simple présentation de leur bon de prise en charge de l’Assurance Maladie. Plus de 6,5 millions de personnes sont concernées par cette nouvelle mesure.

Elles peuvent ensuite se faire vacciner par le professionnel de leur choix : médecin, sage-femme (pour les femmes enceintes et l’entourage familial du nourrisson), infirmier ou, dans 4 régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Hauts-de-France), par un pharmacien participant à l’expérimentation d’administration du vaccin en officine. La prescription préalable du médecin reste en revanche nécessaire pour les patients de moins de 18 ans éligibles à la vaccination.

Soignants : mobilisation collective attendue

L’engagement des professionnels de santé représente un atout majeur pour améliorer sensiblement le taux de vaccination des personnes fragiles. Tout d’abord, la vaccination est recommandée pour tous les professionnels de santé, qu’ils exercent en établissement ou en libéral : ils peuvent ainsi se protéger mais aussi protéger leurs patients les plus fragiles en évitant de leur transmettre la grippe. Le vaccin des professionnels de santé libéraux en contact régulier avec des personnes à risque de grippe grave (médecins généralistes, pédiatres, gynécologues, infirmiers, sages-femmes, pharmaciens, masseur-kinésithérapeutes et chirurgiens-dentistes) est d'ailleurs pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie. La vaccination des professionnels de santé salariés est quant à elle organisée par leur employeur.

À noter : Cette année, les ordres nationaux de sept professions de santé (médecins, sages-femmes infirmiers pharmaciens, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes et pédicures-podologues) s’engagent conjointement pour la première fois dans une charte pour promouvoir la vaccination des professionnels de santé.

Les professionnels de santé ont un rôle central auprès des patients fragiles en leur recommandant la vaccination comme premier geste pour se protéger. Un message également relayé par la campagne d’information mise en place par l’Assurance Maladie. Ils rappellent également les « gestes barrières » qui limitent le risque de transmission de la maladie (se laver soigneusement et régulièrement les mains, se couvrir la bouche et le nez en cas de toux, utiliser des mouchoirs à usage unique, aérer régulièrement son logement, etc.).

(1) Source : Santé publique France.