Accidents du travail et maladies professionnelles : un risque globalement en baisse en 2017

25 janvier 2019

Le nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles reconnus a continué à baisser en 2017.

Ainsi, avec une moyenne de 33,4 pour 1 000 salariés, la fréquence des accidents du travail a baissé de 0,5 % par rapport en 2016. Elle se stabilise ainsi à un niveau historiquement bas. Pour mémoire, cette fréquence était de 43 pour 1 000 salariés en 2002, de 39,4 en 2007 et de 33,7 en 2013 (1).

Accidents du travail et de trajet : des inégalités sectorielles et géographiques

En baisse quasi continue depuis 20 ans, la fréquence des accidents du travail dans le secteur du BTP (bâtiment et travaux publics) a diminué de plus de 3 % (56,8 pour 1 000 salariés).

Cependant, 2 secteurs connaissent une évolution inverse. Celui de l’aide et des soins à la personne poursuit sa hausse, avec un indice de fréquence de 52,8 pour 1 000 salariés (indice qui monte à 97,2 pour les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et l’aide à domicile). Même tendance pour le secteur de l’intérim (indice de fréquence de 53,6 pour 1 000 salariés), une hausse qui s’explique en partie par la reprise économique que connaissent les activités temporaires depuis 2016.

Les manutentions manuelles représentent, de loin, la première cause d’accident du travail (51 %), suivies des chutes de hauteur ou de plain-pied (28 %), et de l’usage d’outillage à main (8 %).

On constate d’importantes disparités entre les régions. Certains territoires comme la Bretagne ou le Languedoc-Roussillon présentent des fréquences d’accidents élevées. A l’inverse, l’Île-de-France présente un indice de fréquence particulièrement bas (22,3 pour 1 000 salariés), qui s’explique principalement par la forte proportion d’activités tertiaires.

Les accidents de trajet connaissent une hausse sensible en 2017 : + 4,3 % par rapport à 2016. Plus de la moitié d’entre eux est liée au risque routier.

À noter : les lombalgies représentent 20 % des accidents du travail. L’Assurance Maladie a lancé fin 2018 une campagne d’information sur ce sujet.

Maladies professionnelles : hausse des cancers professionnels et des affections psychiques

En matière de maladies professionnelles, l’inversion de tendance survenue à partir de 2012 se poursuit, même si la baisse n’est pas aussi importante que les années précédentes : - 0,5 % entre 2016 et 2017, contre - 4,3 % entre 2015 et 2016.

En outre, la hausse des cancers (hors amiante) et des affections psychiques d’origine professionnelle se confirme. Les premiers augmentent de 12,2 % par rapport à 2016 (tandis que les pathologies liées à l’amiante baissent de 5,9 %). Les secondes croissent de 35 % (806 cas en 2017).

Les troubles musculo-squelettiques, qui représentent 87 % des maladies professionnelles, baissent, de leur côté, de 0,4 %.

(1) La fréquence des accidents du travail était de 120 accidents pour 1 000 salariés lors de la création de la branche en 1946.

 

infographie_3min médecins-janv_at-mp-longue.jpg

Source : Assurance Maladie – Risques professionnels