Le confinement aggrave les douleurs lombaires des patients déjà lombalgiques

21 décembre 2020

Selon une étude menée entre le 1er mai et le 30 juin derniers par la Société française de rhumatologie et l’association Section rachis auprès de 360 patients lombalgiques chroniques, pour 41 % d’entre eux, le confinement a aggravé l’intensité de leurs douleurs de dos.

Parmi les patients interrogés, 14 % ont vu leur état s’améliorer au sortir du premier confinement, tandis que près 30 % des personnes sondées ont dû augmenter leur traitement antalgique. Dans le détail, parmi les personnes interrogées, 59 % étaient des femmes, l’âge moyen était de 52 ans et 64 % étaient des actifs.

L’étude a mis en lumière que le mauvais vécu du confinement était significativement associé aux risques d’aggravation des douleurs. Par ailleurs, 49 % des patients ont déclaré réaliser moins de 2 heures d’activité physique par semaine pendant le confinement, contre 34,4 % avant le confinement. Or, un faible niveau d’activité physique est significativement associé à l’aggravation de la lombalgie. Des résultats similaires ont été observés chez les patients qui avaient pratiqué le télétravail, notamment ceux qui ne bénéficiaient pas d’une installation ou de matériel adapté.

Même pendant la crise sanitaire, des solutions existent contre les facteurs d’aggravation

Pour la plupart de ces facteurs d’aggravation, , des solutions existent. Différentes modalités de pratique d’une activité physique restent possibles malgré la fermeture des clubs et salles de sport :

  • des activités extérieures telles que la marche ou la course à pied,
  • plusieurs sorties quotidiennes =,
  • des exercices facilités entre autres par des applications sur smartphone (comme l’appli Activ’Dos) ou des vidéos sur internet.

En outre, il reste possible de consulter un médecin, notamment un rhumatologue, et de mettre en place ou de poursuivre des séances de kinésithérapie. De même, en cas de stress, d’anxiété voire de symptômes dépressifs, le recours à des professionnels spécialisés reste possible.

Campagne de sensibilisation « Mal de dos ? Le bon traitement, c’est le mouvement »

Depuis 2017, l’Assurance Maladie a lancé un vaste programme de sensibilisation sur l’importance de l’activité physique quotidienne pour lutter contre la lombalgie « Mal de dos ? Le bon traitement, c’est le mouvement ». Objectif : éviter le passage à la chronicité en luttant contre les idées reçues et en suscitant de nouveaux comportements, notamment celui de rester actif.

Cette campagne grand public a été déployée en cinq vagues grâce à des spots publicitaires TV et radio, des affiches dans les réseaux de transports de proximité, des contenus pédagogiques diffusés sur Internet et la promotion de l’application mobile Activ’Dos. Le dernier volet, diffusé en septembre dernier, a notamment souligné la possibilité de pratiquer des activités physiques régulières dans le contexte épidémique, chez soi et dans un périmètre proche.

Au regard des conséquences du confinement sur la lombalgie et de son impact sur les comportements des Français, l’Assurance Maladie prépare le prochain volet de sa campagne qui sera diffusé au cours du premier semestre 2021.

[Fond musical un peu grinçant] [Des femmes et des hommes de dos, torse nu, une main sur les hanches, s'enchaînent à l'écran.]

Quand on a mal au dos, on peut être tenté de moins bouger.

Mais pour ne pas laisser le mal de dos s'installer, même si c'est difficile, il faut :

  • continuer de prendre l'air [sur le dos d'une femme est projetée sa propre image la montrant en train de promener son chien sur une plage] ;
  • continuer de prendre soin de sa famille [sur le dos d'un homme est projetée sa propre image le montrant en train de faire du vélo avec son enfant à l'arrière] ;
  • continuer de marcher [sur le dos d'une femme est projetée sa propre image la montrant en train de marcher en forêt] ;
  • continuer de rester actif [sur le dos d'un homme est projetée sa propre image le montrant en train de monter les escaliers puis le dos d'un autre homme apparaît où est projetée sa propre image en train de s'étirer] ;
  • et de vivre au rythme de ses envies [sur le dos d'une femme est projetée sa propre image la montrant en train de jouer de la batterie].

Mal de dos ? Le bon traitement, c'est le mouvement.

Parlez de votre mal de dos avec un professionnel de santé.

Logo de l'Assurance Maladie - Agir ensemble, protéger chacun.