La vaccination contre la grippe saisonnière

04 février 2021

Le virus de la grippe sévit habituellement d'octobre à mars. Parce qu'il évolue chaque année, il est indispensable de s'en protéger et de se faire vacciner tous les ans. Dans le contexte de la crise sanitaire que nous traversons, la vaccination est essentielle pour protéger les personnes à risque de développer une forme grave de la grippe qui sont également celles à risque d’infection grave à la Covid-19.

Il est possible de se faire vacciner jusqu’au 28 février 2021

La grippe saisonnière, une maladie à prendre très au sérieux

Chaque hiver, de 2 à 8 millions de personnes sont touchées par le virus de la grippe.

C'est une maladie très contagieuse qui peut être grave, en particulier chez les personnes fragiles, comme les personnes âgées ou atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes obèses ou les nourrissons de moins de 6 mois à risque. Des complications peuvent alors apparaître, telles que :

Chaque année, la grippe est responsable d'hospitalisations, voire de décès.

Se protéger de la grippe c’est :

  • pour tous : adopter les gestes barrières qui permettent de propagation des virus ;
  • pour les personnes à risque de développer une forme grave de la grippe : se faire vacciner.

Qui doit se faire vacciner et quand se faire vacciner ?

Depuis le 1er janvier 2021, toute personne, même au-delà des personnes prioritaires, peut se faire vacciner contre la grippe.

La Haute Autorité de santé (HAS), dans son avis du 20 mai 2020, insiste sur la nécessité de vacciner en priorité les personnes éligibles à la vaccination, dont la liste est indiquée dans le calendrier des vaccinations 2020, et qui sont également celles à risque d’infection grave à la Covid-19. L’épidémie de Covid-19 montre combien les conséquences d’une maladie infectieuses peuvent être graves pour les personnes fragiles.

Il s’agit :

  • des personnes âgées de 65 ans et plus ;
  • des personnes de moins de 65 ans souffrant de certaines maladies chroniques ;
  • des femmes enceintes ;
  • des personnes souffrant d’obésité (indice de masse corporel (IMC) supérieur ou égal à 40) ;

La stratégie vaccinale vise aussi à assurer une protection indirecte en vaccinant :

  • les professionnels de santé et les professionnels des établissements médico sociaux au contact des patients à risque car ils peuvent contribuer à propager l’infection ;
  • l’entourage des nourrissons de moins de six mois à risque de complication grave de la grippe et des personnes immunodéprimées.

Se faire vacciner chaque année et appliquer des gestes barrières pour se protéger et protéger les autres

Pour les personnes fragiles c’est-à-dire les personnes âgées de 65 ans et plus, enfants et adultes de moins de 65 ans souffrant de certaines maladies chroniques, femmes enceintes, personnes obèses, la vaccination est essentielle. C’est le moyen le plus efficace pour se protéger de la grippe. Le vaccin est sans danger et a peu, voire pas d'effets secondaires (le plus souvent des réactions locales légères et transitoires, plus rarement de la fièvre, douleurs musculaires ou articulaires, céphalées). Il ne peut pas donner la grippe car les virus contenus dans le vaccin ne sont pas vivants.

Les virus de la grippe saisonnière changent chaque année, la composition du vaccin est adaptée aux virus qui sont le plus susceptibles de circuler pendant l'hiver. Un nouveau vaccin est donc disponible cette année.

Pour tous, il est essentiel que chacun mette en place une série de gestes d'hygiène simples, appelés « gestes barrières », destinés à limiter la transmission des virus (grippe, Covid-19…).

Vaccination contre la grippe et Covid-19

En général, au moment de la vaccination, si vous avez une maladie aiguë avec de la fièvre, alors il est nécessaire de reporter la vaccination contre la grippe.

Il est recommandé de respecter un intervalle d’au moins 14 jours entre les deux vaccinations antigrippale et Covid-19.

En pratique, les personnes qui ont pris un rendez-vous pour la vaccination contre la Covid-19 sont invitées à signaler à leur professionnel de santé leur intention de se faire vacciner contre la grippe. Le professionnel de santé leur proposera de décaler la vaccination contre la grippe afin de ne pas retarder la vaccination contre la Covid-19.

Avoir eu la Covid-19 (y compris la forme grave) n’est pas une contre-indication à la vaccination antigrippale si au moment de la vaccination la personne ne présente pas de symptômes ni de fièvre.

Pour les personnes ayant eu une forme sévère avec des séquelles graves (insuffisance respiratoire sévère), la vaccination contre la grippe est recommandée.

La HAS dans son avis du 20 mai 2020 recommande que les patients identifiés comme contacts possibles d’un cas de Covid-19 et éligibles à la vaccination contre la grippe voient leur vaccination reportée à l’issue de la période d’isolement recommandée en l’absence d’apparition de symptômes.

Le vaccin gratuit pour les personnes à risque

La Haute Autorité de santé recommande la vaccination pour les personnes particulièrement exposées aux risques de complications graves de la grippe :

  • les personnes de 65 ans et plus ;
  • les personnes atteintes de certaines maladies chroniques dont la liste est donnée dans le calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales ;
  • les femmes enceintes ;
  • les personnes souffrant d'obésité (IMC égal ou supérieur à 40kg/m2) ;
  • l'entourage des nourrissons de moins de 6 mois à risque de grippe grave (dans l'objectif de protection des nourrissons qui ne peuvent pas être vaccinés) et des personnes immuno-déprimées.

Pour ces personnes, le vaccin est gratuit.

Prise en charge de l'injection du vaccin

L'injection du vaccin est prise en charge dans les conditions habituelles. Elle est prise en charge à 100 % pour les patients bénéficiant d’une affection de longue durée (ALD) pour lesquelles le vaccin est recommandé ou au titre de l'assurance maternité.

À noter : vous bénéficiez de l’exonération du ticket modérateur dès lors que vous bénéficiez d’une ALD constatée sur votre carte Vitale même si la mention de l’ALD ne figure pas sur votre bon de prise en charge

La vaccination vous est-elle recommandée ?

Consultez la liste des personnes pour lesquelles la vaccination est recommandée figurant dans le calendrier vaccinal 2020 publié par le ministère des Solidarités et de la santé.

La vaccination en pratique

Si vous êtes concerné par les recommandations de vaccination, votre caisse d'assurance maladie vous envoie une invitation et un bon de prise en charge. Ce bon vous permettra de bénéficier gratuitement du vaccin antigrippal.

Plusieurs situations peuvent se présenter :

La vaccination vous est recommandée (personnes de 65 ans et plus, personnes souffrant d’une maladie chronique) et vous avez reçu un bon de prise en charge de l’Assurance Maladie. Vous pouvez retirer votre vaccin à la pharmacie sur simple présentation du bon de prise en charge et vous faire vacciner par le professionnel de santé de votre choix : médecin ou sage-femme (pour les femmes enceintes et l’entourage du nourrisson), infirmier ou pharmacien volontaire (sans prescription médicale préalable).

Les personnes présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l’ovalbumine ou à une vaccination antérieure ne sont pas éligibles à la vaccination directe par un infirmier ou un pharmacien : elles doivent être vaccinées par un médecin.

La vaccination vous est recommandée du fait d'une situation médicale particulière. Vous avez reçu un bon de prise en charge de l’Assurance Maladie

Vous devez d'abord consulter votre médecin (ou votre sage-femme) en lui apportant votre bon de prise en charge.

Le professionnel de santé pourra vous prescrire le vaccin antigrippal directement sur ce bon, s'il l'estime nécessaire, et éventuellement l'injection par un(e) infirmier(e).

Vous pourrez ensuite retirer gratuitement le vaccin en pharmacie et vous faire vacciner par le professionnel de votre choix (infirmier, médecin, sage-femme). Les personnes mineures ne peuvent pas être vaccinées par le pharmacien.

C’est le cas notamment des femmes enceintes, des personnes souffrant d'obésité sevère ou de l'entourage d'un nourrisson fragile ou de personnes immuno-déprimées.

Dans ce cas, votre médecin ou votre sage-femme (pour les femmes enceintes et l’entourage du nourrisson) pourra vous remettre un bon de prise en charge vous permettant d’obtenir gratuitement le vaccin.

L’infirmier ou le pharmacien ne peuvent remettre un bon de prise en charge qu'aux personnes majeures.

Qu’entend-on par entourage du nourrisson à risque de grippe grave ?

Selon le calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales, il s’agit de l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave ainsi définis : prématurés, notamment ceux porteurs de séquelles à type de broncho-dysplasie et enfants atteints de , de , de pathologie pulmonaire, neurologique ou neuromusculaire ou d’une affection de longue durée (liste des affections ciblées pour la vaccination).

La notion d’entourage comprend le milieu familial (personnes résidant sous le même toit), l’assistant maternel et tous les contacts réguliers du nourrisson.

Bon à savoir

Si vous êtes salarié et que la vaccination vous est recommandée au titre de votre activité professionnelle, la vaccination est organisée par votre employeur.

Depuis le 1er janvier 2021, toute personne, même au-delà des personnes prioritaires, peut se faire vacciner contre la grippe. Il n'est pas nécessaire d'avoir un bon.

Le vaccin leur est facturé.

Le pharmacien ne peut pas vacciner les personnes qui ne sont pas ciblées par les recommandations de vaccination.

Qui peut vous vacciner contre la grippe ?

Les professionnels de santé habilités à vacciner sont :

  • les médecins,
  • les infirmiers, sans prescription pour les personnes majeures et sur prescription pour les personnes mineures,
  • les sages-femmes (pour les femmes enceintes et l’entourage des nourrissons à risque de grippe grave),
  • les pharmaciens volontaires, pour les personnes majeures.

Le pharmacien ne peut pas vacciner les personnes qui ne sont pas ciblées comme prioritaires par les recommandations vaccinales.