Tout savoir sur le passage au logiciel métier version « Ségur » et la prise en charge de l’État

Avec le programme « Ségur du numérique en santé », l’État finance directement les éditeurs pour qu’ils modernisent les logiciels métiers des laboratoires, selon un cahier des charges garantissant l’interopérabilité des systèmes d’information, la sécurité des données et l’ergonomie de l’outil au quotidien. Les laboratoires peuvent ainsi bénéficier d’une prise en charge intégrale par l’État de cette mise à jour. Le point sur les différentes situations et les démarches à réaliser.

Logiciel référencé « Ségur » pris en charge : la commande est à passer avant le 30 novembre

Pour bénéficier d’une prise en charge intégrale (1) par l’État de la mise à jour référencée « Ségur » du logiciel de gestion du laboratoire, il suffit de passer commande avant le 30 novembre auprès d’un éditeur référencé « Ségur ». 7 éditeurs de système de gestion pour les laboratoires (SGL) et 6 pour les transcodeurs LOINC ont obtenu leur référencement lors de la 1re vague de référencement financé par l’État. La liste complète de ces éditeurs est disponible sur le site esante.gouv.fr.

En pratique, si l’éditeur du logiciel du laboratoire (ou sa solution) est dans cette liste, le directeur du laboratoire prend contact avec son éditeur, si ce n’est pas encore fait, pour obtenir un devis de passage à la version « Ségur » et s'assurer qu’il est dans une situation de reste à charge nul (1). Il faut passer sa commande au plus vite, de sorte que l’éditeur puisse la faire parvenir aux pouvoirs publics avant le 30 novembre 2022.

L’installation de la mise à jour aura lieu avant le 28 avril 2023.

Que faire si son éditeur ne figure pas dans la liste des solutions référencées « Ségur » ?

Le laboratoire peut faire jouer la concurrence et envisager de changer de logiciel pour adopter une solution référencée « Ségur ». La liste complète de ces éditeurs référencés est disponible sur le site esante.gouv.fr. Il faut passer sa commande au plus vite, de sorte que l’éditeur puisse la faire parvenir aux pouvoirs publics avant le 30 novembre 2022.

Le changement de logiciel sera à lacharge du laboratoire mais l’acquisition des fonctionnalités « Ségur » et leur installation seront prises en charge par l’État.

En cas de doute sur le devis présenté, le laboratoire peut s’informer sur le site de l’Agence du numérique en santé (ANS). Si le devis paraît abusif, un signalement peut être fait aux pouvoirs publics, via le formulaire disponible sur le site esante.gouv.fr.

Pour plus d’informations :

 

Qu’est-ce le Ségur du numérique en santé ?

Annoncé en juillet 2020, le « Ségur du numérique en santé » a pour objectif de généraliser le partage fluide et sécurisé des données de santé entre professionnels de santé et entre soignants et patients, pour mieux prévenir et mieux soigner.
Un investissement sans précédent de 2 milliards d’euros a été engagé pour moderniser les logiciels métier des soignants (libéraux, hospitaliers, et du médico-social). Ces évolutions ont été coconstruites avec les professionnels de santé, afin que les logiciels soient les plus ergonomiques et faciles d’utilisation possible.

(1) Sauf éventuel coût supplémentaire lié à un changement complet de logiciel ou au rattrapage lié à une version vétuste du logiciel.

Le Ségur du numérique en santé est financé par l'Union européenne - NextGenerationEU.

Bannière commençant par "Financé" par avec 3 logos Gouvernement, France Relance et l'Union Européenne

En cours de chargement...