Le dépistage organisé du cancer du col de l’utérus : ce qu’il faut savoir sur les nouveautés 2024

Publié le

Les invitations au dépistage organisé du cancer du col de l’utérus sont désormais gérées par l’Assurance Maladie. En 2024, les modalités d’invitation ont évolué. Ce qu’il faut savoir pour accompagner et répondre aux éventuelles questions des patientes.

Qui est concernée par le dépistage organisé du col de l’utérus ?

Le dépistage du cancer du col de l’utérus s’adresse aux femmes de 25 à 65 ans. Entre 25 et 29 ans, le test de dépistage est l’examen cytologique. Pour les femmes de 30 ans à 65 ans, le test de dépistage est le test de détection des virus HPV à haut risque (HPV-HR), tous deux réalisés à partir d’un prélèvement cervico-utérin.

Quelles sont les nouveautés en 2024 ?

Depuis janvier 2024, les invitations au dépistage du cancer du col de l’utérus sont adressées par l’Assurance Maladie aux patientes n’ayant pas réalisé le dépistage dans les délais recommandés.

Désormais, pour les patientes disposant d’un compte ameli, l’invitation est dématérialisée et déposée dans le compte, où elle est conservée durant 6 mois. Les patientes qui ne disposent pas de compte ameli reçoivent une invitation par voie postale, mais sans étiquettes. En conséquence, pour les 2 formats, les invitations à ce dépistage ne comportent plus d’étiquettes.

La prise en charge à 100 % de l’analyse du prélèvement est ouverte sur simple renseignement de la case « Dépistage organisé » de la fiche de demande d’examen.  Si le biologiste réalise lui-même le prélèvement cervico-utérin, il lui suffit donc de cocher sur la feuille de demande d’examen la case mentionnant que sa patiente est invitée au dépistage organisé du cancer du col de l’utérus.

Des actions d'« aller vers » les publics les plus fragiles

L'Assurance Maladie a également conçu un programme d’opérations dites d'« aller vers » auprès des populations les plus fragiles et les plus éloignées du système de santé, à l’instar de celui mis en place en 2021 pour la vaccination contre le Covid-19.
Plus de 100 téléconseillers répartis sur 7 plateformes d’appels en métropole et outre-mer ont ainsi été recrutés et formés spécifiquement pour accompagner les assurés en situation de vulnérabilité (bénéficiaires de la Complémentaire santé solidaire, assurés sans médecin traitant…) à la prise de rendez-vous en vue de la réalisation de ces dépistages ou à l'obtention d'un kit de dépistage du cancer colorectal. Plus de 1,4 million de personnes seront appelées cette année dans ce cadre.

Tout savoir sur le dépistage et la prise en charge du cancer du col de l’utérus.

En cours de chargement...