Dosage de la vitamine D : le point sur la prescription et la prise en charge

Publié le

Entre 2015 et 2022, le nombre de dosages sanguins en vitamine D remboursés par l’Assurance Maladie a augmenté de 76 %, particulièrement depuis 2019. Plus de 40 millions d’euros de remboursements sont liés chaque année à ces dosages, alors que leurs indications sont très restreintes. En effet, la Haute Autorité de santé (HAS) concluait dès 2013 que le dosage de la vitamine D dans le sang n’apporte pas de renseignements utiles aux professionnels de santé. Ces recommandations sont toujours valables.

Quel est le rôle du biologiste médical ?

Si le patient demande un dosage sanguin de vitamine D sans ordonnance ou si le médecin le prescrit avec la mention « HN » (hors nomenclature) ou « NR » (non remboursable), le biologiste doit indiquer au patient que cet acte n’est pas pris en charge.

Si la mention « HN » (hors nomenclature) ou « NR » (non remboursable) n’apparaît pas sur l’ordonnance, le biologiste vérifie le contexte dans lequel intervient cette prescription. Il peut contacter au besoin le médecin prescripteur pour lui proposer d’éventuelles modifications.

Si la prescription n’entre pas dans le cadre de l’une des 6 situations cliniques précisées ci-après, le biologiste doit informer le patient que l’acte n’est pas pris en charge.

Dans quel cas le dosage de la vitamine D est-il préconisé et pris en charge ?

Le dosage de la vitamine D est préconisé et pris en charge par l’Assurance Maladie uniquement dans les 6 situations cliniques suivantes :

  • une démarche diagnostique visant à confirmer ou infirmier un rachitisme (suspicion de rachistime) ;
  • une démarche diagnostique visant à confirmer ou infirmier une ostéomalacie (suspicion d’ostéomalacie) ;
  • un suivi ambulatoire de l’adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après une transplantation ;
  • avant et après une chirurgie bariatrique ;
  • lors de l’évaluation et de la prise en charge des personnes âgées sujette aux chutes répétées ;
  • pour respecter les résumés des caractéristiques du produit (RCP) des médicaments préconisant la réalisation du dosage de vitamine D.

En dehors de ces 6 situations, il n’y a pas d’utilité prouvée à doser la vitamine D et le dosage prescrit n’est pas remboursable.

Pour plus d’information, télécharger le mémo « Dosage de la vitamine D : Conditions de prise en charge par l’Assurance Maladie » (PDF).

En cours de chargement...