ameli.fr - Vaccins anti-HPV et risque de maladies auto-immunes

Accès rapide

Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller à l'aide Aller au plan du site Aller au contenu Aller à la pagination
L'Assurance maladie (logo): retour accueil portail

ameli.fr
l'assurance maladie en ligne

Vaccins anti-HPV et risque de maladies auto-immunes

Version imprimableEnvoyer cette page à un ami
Article mis à jour le 16 décembre 2015
L'objectif de cette étude était de rechercher l’existence d’une éventuelle association entre la vaccination anti-HPV et la survenue d’une maladie auto-immune (MAI).

Les résultats de l’étude réalisée conjointement par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l’Assurance Maladie, portant sur une cohorte de 2,2 millions de jeunes filles âgées de 13 à 16 ans, montrent que la vaccination contre les infections à papillomavirus humains (HPV) par Gardasil ou Cervarix n’entraîne pas d’augmentation du risque global de survenue de maladies auto-immunes, confirmant ainsi les données de la littérature française et internationale. Une augmentation du risque de syndrome de Guillain-Barré après vaccination contre les infections à HPV apparaît toutefois probable. Ce syndrome est déjà identifié dans l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du produit. De surcroît, ses conséquences sont limitées (1 à 2 cas pour 100 000 filles vaccinées) compte tenu de la rareté de la maladie et les deux institutions estiment que les résultats de cette étude ne remettent pas en cause la balance bénéfice-risque pour les vaccins concernés.


 

Documents à télécharger

Vaccins anti-HPV et risque de maladies auto-immunes

Rapport de septembre 2015

Vaccination contre les infections à HPV et risque de maladies auto-immunes - Une étude Cnamts/ANSM rassurante

Point d'information du 14 septembre 2015

Rubriques annexes