ameli.fr - Utilisation des fibrates en prévention primaire chez les diabétiques de type 2

Accès rapide

Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller à l'aide Aller au plan du site Aller au contenu Aller à la pagination
L'Assurance maladie (logo): retour accueil portail

ameli.fr
l'assurance maladie en ligne

Utilisation des fibrates en prévention primaire chez les diabétiques de type 2

Version imprimableEnvoyer cette page à un ami
Article mis à jour le 16 décembre 2015
L'objectif de cette étude était d’évaluer la fréquence et les conséquences cliniques de l’utilisation des fibrates en prévention primaire chez les diabétiques de type 2 à haut risque cardiovasculaire.

Selon les recommandations les diabétiques en prévention primaire à haut risque cardiovasculaire devraient recevoir une statine. Malgré ce consensus, il est courant d’observer des fibrates prescrits à ces patients. Notre objectif était d’évaluer la fréquence et les conséquences cliniques de l’utilisation des fibrates en prévention primaire chez les diabétiques de type 2 à haut risque cardiovasculaire.

Méthode : une étude de cohorte issue des bases de données médico-administratives de l’assurance maladie (Sniiram) et du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) a identifié du 01/07/08 au 31/12/09 les patients diabétiques ayant eu une instauration de fibrate ou de statine en monothérapie par un généraliste. Nous avons sélectionné des patients à haut risque cardiovasculaire (hypertendus traités), âgés de plus de 50 (hommes) ou 60 ans (femmes) et sans évènement cardiovasculaire enregistré en ALD ou dans les 30 mois d’hospitalisation précédents. Le suivi a été effectué jusqu’à 900 jours. Le critère composite de jugement comprenait l’infarctus du myocarde, l’AVC, l’amputation et le décès.

Résultats : parmi les 31 652 sujets inclus, 4 058 (12,8%) avaient reçu un fibrate. 167 évènements sont survenus dans le groupe fibrate, contre 1 026 parmi les 27 594 patients traités par statine. Les taux annuels ajustés (sexe et âge) des évènements étaient de 2,42% (fibrate) et 2,21% (statine). Les courbes de survie suggéraient que l’hypothèse de proportionnalité requise pour le modèle de Cox n’était pas respectée pour la variable fibrate/statine. Le modèle multivarié a intégré tous les facteurs prédictifs en univarié, et un Hazard Ratio avant et après 540 jours de suivi (HR<540 et HR>540) montrait que les fibrates étaient associés à un risque augmenté au-delà de 540 jours : HR<540 = 0,95 (IC 95%: 0,78-1,16), et HR>540 = 1,73 (1,28-2,32).

Conclusion : la prescription de fibrate en monothérapie chez des patients diabétiques à haut risque cardiovasculaire était fréquente en France et associée à de moins bons résultats cliniques comparativement à un traitement par statine.

Référence :
Roussel R, Chaignot C, Weill A, Travert F, Hansel B, Marre M, Ricordeau P, Alla F, Allemand H. Use of Fibrates Monotherapy in People with Diabetes and High Cardiovascular Risk in Primary Care: A French Nationwide Cohort Study Based on National Administrative Databases.PLoS One. 2015 Sep 23;10(9):e0137733. doi: 10.1371/journal.pone.0137733. eCollection 2015.

Cet article est en libre accès sur le site de Plos One.

 

Rubriques annexes