La vaccination des professionnels de santé : le témoignage du professeur Bruno Lina

21 octobre 2020

Le professeur Lina - Que sait-on sur la vaccination des soignants ?

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté le 13 octobre. En plus des personnes à risque ciblées dans le calendrier vaccinal, la vaccination est recommandée pour les professionnels de santé en contact régulier et prolongé avec des sujets à risque de grippe grave.

Elle permet de les protéger mais également de limiter les risques de transmission de la grippe à leurs patients. Se vacciner en tant que professionnel de santé, c'est d'abord protéger les personnes les plus vulnérables.

L’Assurance Maladie prend en charge à 100 % le vaccin des professionnels libéraux :

  • médecin généraliste,
  • pédiatre,
  • gynécologue,
  • sage- femme,
  • infirmier,
  • pharmacien,
  • masseur-kinésithérapeute,
  • pédicure-podologue,
  • chirurgien-dentiste.

La vaccination des professionnels de santé salariés est organisée par leur employeur.

Le professeur Bruno Lina, chef de service de virologie de l'hôpital de la Croix-Rousse et directeur du centre national de référence sur les virus respiratoires dont la grippe, explique les enjeux de la vaccination du personnel soignant dans la vidéo suivante.

[Écran d’intro : Grippe saisonnière : Les enjeux de la vaccination du personnel soignant – La parole au professeur Bruno Lina, chef de service de virologie de l'hôpital de la Croix-rouge et directeur du Centre national de référence sur les virus respiratoires dont la grippe.]

Que sait-on sur la vaccination des soignants ?

« Dans le périmètre de la grippe au sein des hôpitaux et au sein des EHPAD, on sait que le personnel médical est un vecteur de la grippe. »

« C’est une réalité et cette réalité elle impacte particulièrement les patients fragiles entrainant une mortalité, une morbidité qui est très élevée. Je pense qu’il y a un certain nombre de points qui vaillent le coup de rappeler c’est que premièrement dans les causes d’entrée en dépendance, la grippe arrive avant la fracture de la hanche. La deuxième chose qui est très importante en particulier chez les personnes âgées aussi c’est que la mortalité liée à la grippe chez les personnes très âgées est de 5 à 7 %. Ce sont des chiffres qui sont considérables. »

[Écran : L’initiative de l’hôpital de la Croix-Rousse : une construction en plusieurs étapes.]

« On a monté une initiative à l’hôpital de la Croix-Rousse qui a été une construction qui s’est fait en plusieurs étapes. »

[Écran : Fournir des données propres à la structure.]

« La première chose qu’on a fait, tout simplement, c’est d’utiliser un bilan qui a été fait par le service d’hygiène, où on a regardé où est-ce qu’il y avait de la grippe nosocomiale et où est-ce qu’il n’y en avait pas. Lorsque fait une corrélation entre le taux de vaccinés des soignants et le nombre de cas de grippe nosocomiale on se rend compte que plus on a de vaccinés, moins on a de grippe nosocomiale et il semble qu’il y a un seuil aux alentours de 35 %. » 

[Écran : La proportion de cas de grippe est moindre dans les services où 35 % et plus du personnel est vacciné.]

[Écran : Résultats : analyse des contacts.]

« Dans un premier temps, l’analyse des contacts nous a montré que, pour faire très simple, l’essentiel des contacts se font entre personnels soignants au sein des mêmes groupes. »

[Le professeur Lina présente un graphique triangulaire illustrant un réseau d’interactions entre une infirmière et le reste du personnel médical. Le coin en bas à gauche représente les interactions entre l’infirmière et les patients, le coin en haut les interactions entre l’infirmière et les soignants et enfin le coin en bas à droite les interactions entre l’infirmière et les médecins].

« Lorsqu’on regarde un réseau d’interactions pris sur une journée pour une infirmière, on voit qu’une infirmière a pratiquement une interaction, sur la journée, avec tous les patients, avec toutes les infirmières et avec une très grande partie des médecins. Donc la transmission peut se faire très simplement. »

« On comprend que, le risque, à partir du moment où on a du personnel qui est potentiellement vecteur d’un agent infectieux et qui en même temps a des contacts aussi fréquents avec les patients, et bien il y a un risque de transmission élevé. »

« Si on fait une vaccination des soignants ça doit réduire ce risque. Donc cette vaccination des soignants, c’est un objectif qui est certes individuel, chaque soignant doit être vacciné, mais c’est aussi un objectif collectif de protection puisque c’est par le biais de la vaccination de tous les soignants qu’on évitera la grippe nosocomiale au sein d’une structure. »

[Écran de fin : Vous pouvez visionner l’interview complète du Professeur Bruno Lina sur les sites https://www.grippe-geig.com/ ou https://www.grippe-ofcours.fr/.]

Logo Assurance Maladie