Prado, le service de retour à domicile

Le service de retour à domicile Prado a été créé par l'Assurance Maladie en 2010, pour anticiper les besoins liés au retour à domicile du patient hospitalisé et fluidifier le parcours hôpital-ville.

Qu’est-ce que Prado ?

Ce service a été conçu pour anticiper les besoins du patient liés à son retour à domicile après l’hospitalisation et fluidifier le parcours hôpital-ville.

Les principaux enjeux de Prado, qui s’inscrivent dans les objectifs fixés par la politique nationale de santé publique, sont :

  • de préserver la qualité de vie et l'autonomie des patients ;
  • d'accompagner la diminution des durées de séjour à l'hôpital ;
  • de renforcer la qualité de la prise en charge en ville autour du médecin traitant ;
  • d'améliorer l'efficience du recours à l'hospitalisation en réservant les structures les plus lourdes aux patients qui en ont le plus besoin.

En 2022, près de 195 000 patients ont bénéficié de ce service.

Proposé initialement pour les sorties de maternité, le service a été étendu aux sorties d'hospitalisation après chirurgie en 2012, après décompensation cardiaque en 2013, après exacerbation de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) en 2015 et aux patients hospitalisés pour AIT ou AVC en 2019.

Depuis 2019 également, le service peut être proposé aux personnes âgées de 75 ans et plus, quel que soit le motif de leur hospitalisation.

Enfin, dans le cadre de la crise sanitaire, le service Prado a été proposé à des personnes hospitalisées pour Covid-19 : 7 000 patients en ont bénéficié en 2021 et 3 500 en 2022.

Prado, le service dédié au suivi du patient à domicile après son hospitalisation

Les bénéficiaires du service Prado

  • Les personnes atteintes de pathologies chroniques (insuffisance cardiaque, BPCO, AIT ou AVC)
  • Les personnes âgées de 75 ans et plus, quel que soit le motif de leur hospitalisation
  • Les personnes hospitalisées pour Covid-19
  • Les personnes hospitalisées pour une intervention chirurgicale
  • Les mères et leur nouveau-né après l’accouchement

Nombre de patients bénéficiaires en 2022 (1)

193 000 (2) dont :

  • 19 500 pour insuffisance cardiaque ;
  • 4 800 pour BPCO ;
  • 9 100 pour AIT ou AVC ;
  • 14 800 personnes âgées de 75 ans et plus ;
  • 3 500 patients hospitalisés pour Covid-19 ;
  • 78 700 hospitalisés pour une intervention chirurgicale ;
  • 102 000 femmes à leur retour à domicile après accouchement.

(1) Données déclaratives issues de PradoConnect (CRM Caisse nationale de l'Assurance Maladie).
(2) En 2022, à la sortie de la maternité, 61 000 femmes ont par ailleurs bénéficié avec leur nouveau-né d'un suivi à domicile dans le cadre de Prado. En 2021, 5 900 sages-femmes ont participé à Prado dans le cadre de l'accompagnement de la dyade mère-enfant dans la semaine suivant leur sortie de la maternité.

Les professionnels de santé ayant accompagné un patient dans le cadre du service Prado en 2021 (3)

Total des médecins

  • 16 700 médecins traitants
  • 3500 cardiologues
  • 800 pneumologues
  • 300 neurologues

Trois focus dans le cadre du Prado pour pathologies chroniques : le focus insuffisance cardiaque, le focus AIT ou AVC et le focus BPCO.

  • Dans le cas du focus insuffisance cardiaque, 9 000 médecins traitants proposent ce service, ainsi que 3 400 cardiologues et 9 600 infirmiers. 282 établissements ayant assuré au moins 80 séjours pour décompensation cardiaque proposent ce dispositif, sur les 406 qui pourraient le faire.
  • Dans le cas du focus AIT ou AVC, 3 700 médecins traitants proposent ce dispositif, ainsi que 250 neurologues, 650 cardiologues, 2 100 infirmiers, 1 700 masseurs-kinésithérapeutes et 1 000 orthophonistes. 78 établissements ayant assuré des séjours pour AVC proposent ce dispositif sur les 268 qui pourraient le faire.
  • Dans le cas du focus BPCO, 2 300 médecins traitants proposent ce service, ainsi que 800 pneumologues, 2 500 infirmiers et 1 700 masseurs-kinésithérapeutes. 194 établissements ayant assuré au moins 60 séjours pour BPCO proposent ce dispositif, sur les 361 qui pourraient le faire.

Dans le cadre du Prado pour les personnes âgées de 75 ans et plus, 4 300 médecins proposent ce service ainsi que 4 500 infirmiers, 2 400 masseurs-kinésithérapeutes et 290 cardiologues. 242 établissements ayant assuré au moins 100 hospitalisations de patients âgés proposent ce dispositif sur les 984 qui pourraient le proposer.

Dans le cadre du Prado pour intervention chirurgicale, 498 établissements ayant assuré au moins 100 séjours pour interventions chirurgicales proposent ce dispositif sur les 750 qui pourraient le faire. 25 300 infirmiers et 14 200 masseurs-kinésithérapeutes font bénéficier de ce service à leurs patients.
 

 (3) Outil multi-volets (système d'information du Prado).

 

Comment se déroule le service ?

Au cours de l'hospitalisation :

  • l'équipe hospitalière décide de l'éligibilité médicale du patient au service Prado ;
  • un conseiller de l'Assurance Maladie rencontre le patient afin de lui proposer Prado et de recueillir son adhésion au service.

Le médecin traitant est alors contacté par l'Assurance Maladie qui l’informe de l'adhésion de son patient au service et propose de planifier si besoin un premier rendez-vous.

Le conseiller de l'Assurance Maladie facilite le retour à domicile du patient en planifiant les premiers rendez-vous avec l'ensemble des professionnels de santé qui le suivront en ville – sur le principe du libre-choix – en fonction du motif de son hospitalisation. Le conseiller de l'Assurance Maladie informe également le pharmacien d'officine de la sortie du patient.

Une aide-ménagère et/ou un portage de repas peuvent également être organisés en lien avec les services sociaux si l'équipe médicale l'estime nécessaire.

Chaque Prado s'appuie sur :

  • un benchmark des dispositifs similaires à l'étranger et des expérimentations françaises quand elles existent ;
  • un état des lieux de la pratique habituelle ;
  • la réalisation, avec l'appui de sociétés savantes et de professionnels de santé, de supports de bonnes pratiques validés par la Haute Autorité de santé (HAS).

Pour chaque catégorie de patients, après une phase d'expérimentation sur quelques territoires, Prado est évalué avant d'envisager une généralisation.

Prado insuffisance cardiaque

Depuis 2013, le service est proposé pour le retour et le maintien à domicile des patients hospitalisés pour décompensation cardiaque. Le parcours de Prado pour insuffisance cardiaque, établi selon le guide du parcours de soins des insuffisants cardiaques de la Haute Autorité de santé, a été élaboré en collaboration avec la Société française de cardiologie (SFC).

Le médecin en ville est contacté par le conseiller de l’Assurance Maladie pour initier le suivi du patient insuffisant cardiaque. C’est également l’Assurance Maladie qui prend les rendez-vous avec les autres membres de l’équipe de soins primaires.

Le mémo « Retour à domicile après hospitalisation : suivi en ville après décompensation cardiaque » (PDF) présente l’organisation générale de ce service.

Le dépliant « Mon carnet de suivi après mon hospitalisation pour décompensation cardiaque » (PDF) est remis au patient en fin de séjour. Préalablement complété par l’équipe hospitalière, il est destiné à faciliter la coordination entre l’hôpital, vous et les différents autres intervenants en ville. Il informe également le patient sur sa pathologie et l'incite à l'auto-surveillance.

La durée de l'accompagnement Prado varie selon le stade de sévérité NYHA ( New York Heart Association) :

  • un patient en stade NYHA I ou II bénéficie d'un accompagnement à domicile d'une durée de 2 mois ;
  • un patient en stade NYHA III ou IV bénéficie d'un accompagnement à domicile d'une durée de 6 mois.

Le parcours Prado pour insuffisance cardiaque prévoit :

  • une consultation avec le médecin traitant la semaine suivant le retour à domicile et une consultation longue (MIC) dans les 2 mois ;
  • une consultation dans le 2e mois avec le cardiologue ;
  • une séance hebdomadaire de surveillance et d'éducation par l'infirmier(ère) pendant 2 mois pour tous les patients, puis une séance bimensuelle pendant 4 mois pour les patients en stade III et IV (15 séances au total) ;
  • une information du pharmacien d’officine de la sortie du patient ;
  • la mise en place, si nécessaire, d'une aide à la vie (aide-ménagère et/ou portage de repas).

La fréquence des consultations est ensuite adaptée aux besoins du patient.

Parmi la population des insuffisants cardiaques, 95 000 ont été hospitalisés pour décompensation cardiaque en 2013 avec des taux élevés de réhospitalisation et de mortalité à moyen terme (1).

Près de 60 % ont été réhospitalisés dans les 6 mois après leur retour à domicile, dont plus de la moitié (62 %) pour une récidive.

On observe également durant cette période près de 16 % de décès.

L'analyse des soins remboursés menée à partir des données de l'Assurance Maladie montre que deux tiers de ces patients n’ont pas consulté de cardiologue et 14 % n’ont pas consulté de médecin généraliste dans les 2 mois suivant la sortie d'hôpital.

(1) PMSI 2013.

Prado BPCO

Depuis 2015, des patients hospitalisés pour exacerbation de BPCO peuvent bénéficier de Prado. Ce service, élaboré en collaboration avec la Société de pneumologie de langue française et la Fédération française de pneumologie, a été construit selon le guide du parcours de soins BPCO de la Haute Autorité de santé.

Le service prévoit a minima :

  • 2 consultations avec le médecin généraliste traitant : la 1re dans la semaine suivant la sortie la 2e dans les 2 mois ;
  • 1 consultation à un mois avec le pneumologue ;
  • 1 séance hebdomadaire de surveillance et d'éducation par l'infirmier(ère) pendant 2 mois pour tous les patients puis, pour les patients en stade II, III et IV, une séance bimensuelle pendant 4 mois (15 visites au total) ;
  • et/ou des séances de rééducation respiratoire et motrice par un masseur-kinésithérapeute, dont la fréquence est adaptée aux besoins du patient ;
  • une information du pharmacien de la sortie du patient ;
  • la mise en place d'une aide à la vie si nécessaire (aide-ménagère et/ou portage de repas).

En tant que professionnel de santé, vous êtes contacté par un conseiller de l’Assurance Maladie pour initier le suivi en ville. C’est également l’Assurance Maladie qui prend les rendez-vous avec les autres membres de l’équipe de soins primaires.

Le mémo « Retour à domicile après hospitalisation : suivi en ville après exacerbation de BPCO » (PDF) présente l’organisation générale de ce service avec l'ensemble des professionnels de santé intervenant : médecin traitant, infirmier, masseur-kinésithérapeute et pneumologue.

Le dépliant « Mon carnet de suivi après mon hospitalisation pour BPCO » (PDF) est remis au patient en fin d’hospitalisation. Préalablement complété par l’équipe hospitalière, il est destiné à faciliter la coordination entre hôpital et ville, à informer le patient sur sa pathologie et à favoriser son auto-surveillance.

La durée de l'accompagnement varie selon le stade de sévérité GOLD (Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease) :

  • un patient en stade GOLD I bénéficie d'un accompagnement à domicile d'une durée de 2 mois ;
  • un patient en stade GOLD II, III ou IV bénéficie d'un accompagnement de 6 mois.

En 2013, 58 000 personnes ont été hospitalisées pour une exacerbation de BPCO. Dans l’année suivant cette hospitalisation,  31 % des patients sont réhospitalisés pour ce motif. On observe également durant cette période 21 % de décès (1).

Les  indicateurs de qualité du parcours des patients atteints de BPCO élaborés par la HAS mettent en évidence qu'après leur sortie d'hospitalisation pour exacerbation de BPCO en 2017 (2) :

  • 58 % des patients n'avaient pas  de suivi médical dans les 7 jours ;
  • 69 % des patients n'avaient pas consulté de pneumologue dans les 60 jours ;
  • 69 % des patients n'avaient pas bénéficié de soins de rééducation dans les 90 jours ;
  • 26 % des patients n’avaient pas été remboursés d’un traitement bronchodilatateurs de longue durée d’action dans les 90  jours.

(1) 2017, Fuhrman C, Montengou E, Roche N, et al. Facteurs pronostiques après hospitalisation pour exacerbation de BPCO, Revue des Maladies Respiratoires ;341-18.
(2) 2022, Haute Autorité de Santé, Résultats des indicateurs de qualité du parcours des patients à risque ou atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Prado AIT/AVC

Le service Prado a été élargi en 2019 aux hospitalisations pour accident ischémique transitoire (AIT) ou pour accident vasculaire cérébral (AVC). Cette offre, qui vise une amélioration de la prise en charge en ville des accidents vasculaires, a été établie avec la collaboration de la Haute Autorité de santé (HAS) et de la Société française neuro-vasculaire (SFNC), ainsi qu’avec le soutien de France-AVC, l’association d'aide aux patients et aux familles de patients victimes d'AVC.

Les différents professionnels de santé prévus pour le suivi en ville sont le médecin traitant, l’infirmier, le masseur-kinésithérapeute, l’orthophoniste et les médecins spécialistes intervenant dans le suivi de l’AVC (neurologue, gériatre ou médecin de médecine physique et réadaptation).

Sur décision de l’équipe médicale hospitalière, le conseiller de l'Assurance Maladie peut fixer en complément une consultation pluriprofessionnelle post-AVC dont le but est de structurer la prise en charge coordonnée de l’accident vasculaire une fois en ville. Si l’équipe médicale considère que le patient nécessite un accompagnement social, le conseiller initie, en complément, un dossier d’aide à la vie ou d’aide au retour à domicile après hospitalisation (ARDH) si le patient est retraité. Le patient bénéficiera alors d’un service d’aide-ménagère et/ou de portage de repas. Enfin, l’Assurance Maladie peut organiser un rendez-vous avec un assistant de service social.

Pour répondre au mieux aux besoins médicaux des patients et à l’hétérogénéité des situations, Prado propose deux parcours distincts :

  • un parcours à destination de patients ayant réalisé un accident ischémique transitoire ou un AVC sans déficience visible. Les objectifs de ce parcours sont :
    • de réaliser un bilan étiologique complet (recherche de la cause de l’accident vasculaire) ;
    • d'améliorer la prévention secondaire des facteurs de risque cardioneurovasculaire ;
    • d'optimiser le recours à la consultation pluriprofessionnelle post-AVC ou à une consultation spécialisée (avec un neurologue ou avec un gériatre ou une consultation de médecine physique et réadaptation) ;
  • un second parcours, à destination de patients présentant une déficience visible à l’issue de leur accident vasculaire cérébral. En plus des objectifs compris dans le parcours précédent, celui-ci vise également à optimiser la rééducation et la réadaptation en ville afin de mieux prendre en charge le handicap et d’en limiter le retentissement.

Dans les deux cas, la finalité du service est la diminution des récidives et des décès.

Prado AIT/AVC prévoit pour l’ensemble des patients :

  • 2 consultations avec le médecin traitant (la première dans les 7 jours suivant le retour à domicile, la seconde à un mois en coordination avec le médecin spécialiste) ;
  • une consultation pluriprofessionnelle post-AVC dans les 3 mois suivant la sortie (à 1 mois de préférence si le patient n’a pas été hospitalisé en unité neuro-vasculaire pendant la phase aiguë) ou, a minima, une consultation avec un médecin spécialiste dans les mêmes délais (neurologue ou gériatre ou médecin de médecine physique et réadaptation) ;
  • une information du pharmacien d'officine de la sortie du patient ;
  • la mise en place d'une aide à la vie si nécessaire.

Si le patient présente une déficience et sur décision de l’équipe médicale, le parcours comprend l’intervention complémentaire d’autres professionnels de santé :

  • la visite d’un infirmier pour réaliser un bilan/démarche de soins infimiers la 1re semaine suivant la sortie d’hospitalisation ;
  • la mise en place, sur prescription médicale, d’une rééducation adaptée aux besoins du patient (kinésithérapie, orthophonie, autres professionnels).

Un carnet de suivi Prado « après hospitalisation pour accident ischémique transitoire ou accident vasculaire cérébral » (PDF) est remis au patient en fin d'hospitalisation. Préalablement complété par l’équipe médicale hospitalière, ce carnet permet de faciliter la coordination entre le médecin traitant, les différents intervenant en ville et l’hôpital.

Avec 178 600 séjours par an, l’AVC/AIT est un motif fréquent d’hospitalisation. Sur plus de 152 000 patients, plus d’un tiers (37 %) de ceux hospitalisées pour AVC sont réhospitalisés au moins une fois dans les 6 mois ; un tiers des patients AIT sont également réhospitalisés dans les 6 mois (1).

L’AIT et l’AVC sont à l’origine de 40 000 décès par an et représentent la 3e cause de décès en France, la 1re cause de handicap de l’adulte (500 000 personnes), la 2e cause de démence.

Avec notamment 87 % des patients qui ne consultent pas de neurologue dans les 3 mois suivant leur retour à domicile après leur hospitalisation pour AVC (82 % après hospitalisation pour AIT), l'analyse des données (2) montre que le recours aux soins post-AVC en ville est insuffisant.

Ce constat a amené l'Assurance Maladie à proposer Prado pour les patients hospitalisés pour AVC ou AIT.

(1) Source PMSI/MCO et SSR 2017 - Patients de plus de 18 ans tous régimes.

(2) Source DCIR 2017.

Prado personnes âgées

Cette offre s'ouvre progressivement aux patients à partir de 75 ans répond à une demande de la population de pouvoir vieillir à son domicile. Les critères d’éligibilité et le parcours de soins de Prado personnes âgées ont été définis en partenariat avec la Haute Autorité de santé (HAS), le Collège de médecine générale (CMG) et la Société française de gériatrie et de gérontologie.

Prado personnes âgées est destiné en fin d'hospitalisation aux personnes de 75 ans et plus, quel que soit le motif de leur séjour.

Dès lors que l’équipe médicale de l’établissement définit les professionnels de santé à consulter après la sortie en complément du médecin traitant et de l’infirmier, le conseiller facilite le retour à domicile en planifiant les premiers rendez-vous avec l'ensemble des professionnels de santé qui suivront le patient en ville.

L’offre Prado pour les personnes âgées peut être complétée par la mise en place, si nécessaire, d'une aide à la vie (aide-ménagère et/ou portage de repas).

La durée de l'accompagnement avec Prado est d’un mois à compter du retour à domicile.

Cet accompagnement comprend a minima :

  • dans les 7 jours suivant la sortie :
    • une première consultation avec le médecin traitant ;
    • un bilan de soins infirmiers/démarche de soins infirmiers ;
    • une évaluation par le service social de l’Assurance Maladie si une problématique d’isolement ou de fragilité a été détectée durant l’hospitalisation pour les patients en affection longue durée (ALD) ou dont la demande est en cours ;
  • au-delà de la première semaine suivant le retour à domicile :
    • une seconde consultation avec le médecin traitant ;
    • si nécessaire, une visite hebdomadaire de l’infirmier (en fonction du bilan établi par l’infirmier).

Un mémo « Retour à domicile après hospitalisation des patients âgés de 75 ans et plus » (PDF) présente l’organisation générale du service.

Le livret « Mon carnet de suivi après mon hospitalisation » (PDF) est remis au patient en fin d'hospitalisation. Complété par l’équipe médicale hospitalière avant la sortie, le patient le présente à son médecin lors de sa première consultation en ville. Il facilite ainsi la coordination entre les différents intervenants. C’est également un outil précieux pour que le patient s'informe afin d'améliorer son quotidien (alimentation, observance, prévention des chutes ou activité physique…).

Avec plus de 6 millions de personnes âgées de 75 ans et plus, cette tranche d’âge représente 9,3 % de la population française (1), dont un tiers va connaître un épisode d’hospitalisation dans l’année (2). Cette hospitalisation se fait à 47 % via les urgences et dure en moyenne 6 jours.

Le patient hospitalisé vient à 92 % de son domicile et y repart dans 72 % des situations. En cas de retour à domicile, moins d'un tiers consulte dans la semaine suivante son médecin traitant et la moitié a des soins infirmiers.

On observe un taux de réhospitalisation à 1 mois de 18,4 % alors que le taux de réhospitalisations évitables est estimé à 32 %.

C'est ce constat épidémiologique qui a amené l’Assurance Maladie à ouvrir progressivement l’offre Prado à cette tranche d’âge.

(1) Selon le Portrait social, édition 2018, de l'INSEE.

(2) Données PMSI MCO 2020.

Prado chirurgie

Prado chirurgie – ouvert en 2012 avec l'orthopédie – a été étendu à toute chirurgie, en débutant par la chirurgie digestive et dans les services chirurgicaux qui en faisaient la demande.

Cette extension est apparue nécessaire avec les développements de la réhabilitation améliorée en chirurgie et de la chirurgie ambulatoire afin d'accompagner la baisse de la durée moyenne des séjours en établissement.

Par ailleurs, Prado chirurgie a vu son contenu médical renforcé par la détection du risque ostéoporotique après fracture par fragilité osseuse.

Pour les actes de chirurgie programmés

Dans le cas des actes de chirurgie programmée, une préinscription au moment de la consultation préopératoire permet de planifier la prise en charge en ville. L'éligibilité à Prado est ensuite confirmée en fin d'hospitalisation.

Le nombre total de patients pouvant potentiellement bénéficier de Prado chirurgie est d'environ 500 000 par an.

Prado s'adresse aux patients majeurs en sortie d'hospitalisation pour chirurgie, pour lesquels l'équipe médicale hospitalière estime qu'un accompagnement au retour à domicile est pertinent. L'équipe médicale définit par ailleurs ses besoins en soins infirmiers et/ou séances de masso-kinésithérapie.

L'accompagnement s'adresse en priorité aux patients pour lesquels l'enjeu de la fluidité du retour à domicile, de l'organisation du relais par les professionnels de santé de ville et l'accompagnement social sont majorés.

Si un patient est identifié comme à risque de fragilité osseuse par l'équipe médicale hospitalière, un rendez-vous supplémentaire est organisé avec le médecin traitant dans la première semaine après la sortie pour juger de l'opportunité d'une prise en charge du risque de récidive de fracture.

Dans tous les cas, le conseiller de l'Assurance Maladie contacte le patient pour s'assurer de la réalisation des premiers rendez-vous avec les différents professionnels de santé.

Prado maternité

En permettant aux femmes ayant accouché sans complication de quitter la maternité tout en bénéficiant d'un suivi à domicile par une sage-femme libérale, Prado répond à une volonté croissante chez les mères de retrouver rapidement un cadre de vie familier après la naissance de leur enfant. Proposé depuis 2010 pour accompagner les femmes à domicile après leur accouchement, le service est aujourd’hui proposé en priorité aux mères quittant la maternité dans le cadre d'une sortie précoce (dans les 24 à 72 heures après un accouchement par voie basse ou dans les 96 heures après une césarienne).

La sage-femme assure le suivi clinique de la mère et de son nouveau-né à la sortie de la maternité et les accompagne dans leur nouvelle relation mère-enfant. Deux visites sont prévues dans le cadre de Prado après un retour précoce. Leur contenu, défini avec des sages-femmes experts, a été validé par la Haute Autorité de santé (HAS) :

  • la 1re visite a lieu dans les 24 heures suivant la sortie ;
  • la 2e, également systématique, est planifiée selon l'appréciation de la sage-femme ;
  • une 3e visite, optionnelle, peut être proposée selon l'appréciation de la sage-femme.

Dès lors qu'aucune anomalie n'est repérée ni chez la mère ni chez le nouveau-né, le suivi à domicile par la sage-femme cesse à l'issue de ces rendez-vous.

 

Pour bénéficier d'une sortie précoce accompagnée avec Prado :

  • la femme doit être majeure et avoir accouché (par voie basse ou césarienne) ;
  • le nouveau-né doit être né à terme (> ou = 38 SA), avec un poids en rapport avec l'âge gestationnel, sans problème d'alimentation et ne nécessitant pas un maintien en milieu hospitalier.

Chaque mère reste libre d'accepter ou de refuser l'accompagnement Prado.

L’offre se construit à la maternité où :

  • l'équipe médicale décide de l'éligibilité du couple mère-enfant à Prado et fixe la date de sortie,
  • un conseiller de l'Assurance Maladie rend alors visite à la mère pour lui présenter Prado,
  • dès lors que la mère accepte cette offre, le conseiller organise pour elle le 1er rendez-vous de suivi à  domicile avec la sage-femme de son choix,
  • si la mère le souhaite, il peut également réaliser pour elle certaines démarches administratives telles que l'immatriculation du nouveau-né et son rattachement sur la ou les cartes Vitale des parents.

 Le mémo « Sortie précoce après accouchement : suivi de la mère et du nouveau-né » (PDF) présente l’organisation générale de ce service.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.