Une campagne de l’INCa pour augmenter le taux de dépistage du cancer colorectal

Publié le

Durant tout le mois de mars, une campagne de communication sur le dépistage du cancer colorectal est lancée auprès du grand public par l'Institut national du cancer (INCa). Pourquoi ? Le taux de participation à ce dépistage reste encore insuffisant : seulement un tiers des personnes concernées ont réalisé un test de dépistage sur la période 2021-2022.

Dans l’hypothèse où ce taux atteigne 65 %, 5 700 cancers colorectaux et 6 600 décès pourraient être évités chaque année. Pour rappel, le cancer colorectal est le 2e cancer le plus meurtrier en France, avec plus de 17 000 décès par an.

La campagne de l’INCa relayée à la télévision, sur Internet, en pharmacie et sur des affiches destinées aux Abribus est ainsi destinée à sensibiliser les personnes ciblées par le programme de dépistage organisé du cancer colorectal. Et son message est simple. De 50 à 74 ans, se faire dépister tous les 2 ans et avant tout symptôme : c’est le meilleur moyen de s’assurer qu’il n’y a rien, d’éviter un cancer ou de le traiter à un stade précoce. Détecté tôt, un cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10.

L’Assurance Maladie se charge d’envoyer aux personnes concernées l’invitation pour se faire dépister. Pour réaliser le test, le patient peut se rendre chez son médecin, en pharmacie ou le commander directement sur le site https://monkit.depistage-colorectal.fr.

La communication de l’INCa s’inscrit plus largement dans le cadre de la stratégie décennale de lutte contre les cancers dont l’objectif est fixé à 1 million de dépistages supplémentaires à l’horizon 2025.

Pour aller plus loin, consulter :

En cours de chargement...