« Avec Mon espace santé, une circulation sécurisée de l’information et des soins mieux coordonnés »

Thomas Fatôme, directeur général de la Cnam

Mon espace santé est l’un des projets emblématiques de la feuille de route du Numérique en santé, qui avance rapidement depuis 2 ans sous l’impulsion du gouvernement et de l’Assurance Maladie et grâce à la mobilisation des acteurs publics et privés. À l’occasion de son lancement, Thomas Fatôme, directeur général de la Caisse nationale de l’Assurance Maladie, revient sur les objectifs de ce nouveau service et le rôle des professionnels de santé dans sa réussite.

Que va apporter Mon espace santé aux patients ?

Thomas Fatôme. Mon espace santé est le nouveau service numérique personnel et sécurisé qui va être créé automatiquement pour tous les bénéficiaires d’un régime d’assurance obligatoire, sauf opposition de leur part.
Les objectifs de Mon espace santé sont multiples. Tout d’abord donner à tous les assurés, quel que soit leur régime d’assurance maladie, un espace sécurisé et facile d’accès dans lequel ils peuvent ajouter et consulter leurs documents et informations de santé et les partager avec les professionnels de santé qui les suivent. Et permettre à ces professionnels de santé et aux établissements de santé de leur envoyer des informations en toute confidentialité.
La première version de Mon espace santé contiendra un dossier médical dans lequel chaque assuré pourra renseigner son profil médical et trouver les documents ajoutés par ses professionnels de santé et les établissements de santé dans son DMP. Une messagerie sécurisée permettra des échanges de documents et d’informations à l’initiative des professionnels de santé, pour envoyer une ordonnance, une lettre de liaison vers un confrère par exemple ou organiser une sortie d’hôpital.
D’autres fonctionnalités seront rapidement accessibles. Un agenda de santé permettra aux assurés d’avoir une vision globale de leurs rendez-vous médicaux passés et à venir, y compris leurs rappels de vaccinations et de dépistages. Un catalogue d’applications mettra également à disposition des assurés une liste de services et d’applications de santé référencées par les pouvoirs publics. Le patient sera le seul à choisir dans ce catalogue les services qui peuvent accéder en lecture et/ou en écriture aux données contenues dans Mon espace santé.

Concrètement, qu’est-ce que cela va changer pour les professionnels de santé ?

Thomas Fatôme. De façon miroir, tous les documents présents dans les dossiers médicaux de Mon espace santé sont visibles par les professionnels de santé autorisés dans le DMP ; et, inversement, tous les documents contenus dans le DMP sont automatiquement visibles dans Mon espace santé par le patient.
Dès sa création, une partie des données médicales contenues dans Mon espace santé sont directement issues du DMP de l'assuré si celui-ci en avait un avant le 1er juillet 2021. Aucune donnée ne sera perdue et le transfert du DMP se fait automatiquement.
Ainsi, il est indispensable que les professionnels de santé continuent à alimenter le DMP de leurs patients via leur logiciel métier ou le web DMP, car l’efficacité de Mon espace santé en matière d’amélioration du parcours de soins dépend de la quantité et de la qualité des informations qui y seront renseignées. Dans les prochains mois et avec l’appui du Ségur numérique, l’enjeu est d’automatiser ce processus d’alimentation du DMP, en collaboration avec les éditeurs de logiciels métier.

Aujourd’hui, où en est-on du déploiement ?

Thomas Fatôme. Une étape importante s’est déroulée en septembre 2021 puisqu’une première version du service Mon espace santé a été déployée pour les assurés (régime général, MSA et MGEN) des 3 départements pilotes que sont la Haute-Garonne, la Loire-Atlantique et la Somme, soit 3,3 millions de personnes.

Cette première étape a permis de tester techniquement le fonctionnement de la plateforme, et notamment son articulation avec les logiciels des professionnels de santé, et d’ajuster l’outil en fonction des retours des professionnels de santé bêta-testeurs, que nous remercions. La réussite de cette expérimentation ouvre la voie vers la généralisation du service à tous les usagers dès la fin de ce mois. Première étape : l’envoi à tous les assurés d’un code provisoire pour activer ou s’opposer à la création de leur profil Mon espace santé au cours du premier trimestre de 2022. Ainsi tous les assurés (sauf ceux qui auront exprimé leur opposition) bénéficieront du nouveau service Mon espace santé d’ici avril 2022.

En cours de chargement...