Troubles du neurodéveloppement chez l’enfant : des plateformes de coordination dans 14 départements

26 juillet 2019

Dans le cadre de la stratégie nationale pour l’autisme et les troubles du neurodéveloppement (TND), des plateformes de coordination et d’orientation pour les enfants présentant des écarts inhabituels de développement vont se mettre en place.

14 départements sont pour l’instant concernés. La montée en charge de ce dispositif se fera progressivement jusqu’en 2022. Ce sont les agences régionales de santé (ARS) qui désignent les structures porteuses des plateformes de coordination et d’orientation.

Le rôle des plateformes

Ces plateformes sont destinées à accueillir les jeunes enfants, de 0 à 6 ans inclus, pour lesquels un parcours de soins coordonné doit être engagé le plus rapidement possible, tout en permettant d’initier un accompagnement auprès de l’enfant et de son entourage sans attendre le diagnostic. Ce dispositif répond aux recommandations de la Haute Autorité de santé. En effet, les bilans fonctionnels qui vont être réalisés vont permettre d’étayer le diagnostic. Des interventions précoces seront rendues possibles afin de limiter le développement de sur-handicaps.

Les modalités d’intervention des plateformes

Les enfants sont orientés vers les plateformes sur prescription médicale. La plateforme territorialement compétente doit s’assurer de l’accueil de l’enfant et de sa famille pour un parcours de bilan et d’intervention précoce, dans les 3 mois, soit par un professionnel de la plateforme, soit par une structure avec laquelle elle est liée par convention, soit par un professionnel libéral : ergothérapeute et/ou psychomotricien et/ou psychologue. Les bilans réalisés dans le cadre de ce parcours sont financés intégralement par l’Assurance Maladie : les familles n’ont pas d’avance de frais à réaliser. Le remboursement des soins complémentaires, comme l’orthophonie, n’est pas lié à un accord préalable du service du contrôle médical pendant la durée du parcours.

Le parcours de bilan et d’intervention précoce a une durée maximale d’un an mais peut être prolongé de 6 mois dans l’attente d’un accompagnement adapté.

Un dispositif actuellement déployé dans 14 départements

La montée en charge de ce dispositif se fera progressivement jusqu’en 2022. Les 14 départements concernés par le déploiement des plateformes au cours de l’été 2019 sont :

  • Aude (11) ;
  • Bas-Rhin (67) ;
  • Gironde (33) ;
  • Indre (36) ;
  • Isère (38) ;
  • Paris (75) ;
  • Rhône (69) ;
  • Saône-et-Loire (71) ;
  • Seine Maritime (76) ;
  • Somme (80) ;
  • Tarn (81) ;
  • Val d'Oise (95) ;
  • Vienne (86) ;
  • Yvelines (78).

D’autres plateformes ouvriront à l’automne.

À noter

Un guide d’aide au repérage des troubles du neurodéveloppement chez les enfants a été mis en place par la délégation interministérielle à l’autisme et aux troubles du neurodéveloppement. Il liste les points clés à contrôler par les médecins, par tranche d’âge.

Le dépistage de l’autisme et des troubles du neurodéveloppement en France en chiffres

Chaque année naissent environ 7 500 bébés qui seront atteints de troubles du spectre de l'autisme (TSA), et sans doute beaucoup plus s’agissant des troubles de neurodéveloppement (TND). Le rôle du médecin, qui est en contact régulier avec l'enfant dès son plus jeune âge, est crucial pour identifier précocement les écarts inhabituels du développement pouvant correspondre à un TSA ou plus largement à un TND et agir efficacement sur le développement de l'enfant.