Primovaccination Covid et saignements menstruels abondants : une étude montre un lien de causalité

Publié le

Des cas de troubles menstruels, en particulier de saignements menstruels anormalement abondants, ont été signalés auprès du système de pharmacovigilance à la suite de vaccinations contre le Covid-19. À ce jour, peu d’études épidémiologiques ont permis de bien caractériser ce risque. C’est pourquoi le Groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare (GIS Epi-Phare) a étudié la relation causale entre la vaccination contre le Covid-19 et la survenue de saignements menstruels abondants ayant fait l’objet d’une prise en charge à l’hôpital.

Méthode et résultats de l’étude

À partir d’analyse de cas-témoins de femmes âgées de 15 à 50 ans prises en charge à l’hôpital en France, l’étude Epi-Phare fournit des arguments en faveur de l’existence d’un risque augmenté de saignements menstruels abondants au décours de la vaccination contre le Covid-19 par vaccin à ARNm (1).

Plus précisément, la période entre 1 et 3 mois suivant la primovaccination apparaît comme seule concernée par ce risque de saignement abondant, même si Epi-Phare ne peut exclure que ce risque survienne plus tôt compte tenu du délai probable entre les premiers symptômes et la prise en charge à l’hôpital.

En revanche, ce risque n’était pas augmenté pour les femmes dont la dernière dose reçue était une dose de primovaccination datant de plus de 3 mois ou une dose de rappel.

Panel de l’étude

Au total, 7 269 femmes de 15 à 50 ans prises en charge à l’hôpital pour saignements menstruels abondants entre le 12 mai 2021 et le 31 août 2022 ont été appariées à 193 443 femmes non hospitalisées pour une cause en lien avec un saignement gynécologique (ménorragie, polyménorrhée, métrorragie ou d’autres saignements anormaux de l’utérus et du vagin) sur la même période.

103 cas identifiés…

En faisant l’hypothèse d’une « relation causale, le nombre estimé de cas de saignements menstruels abondants attribuables à la primovaccination était de 8 cas par million de femmes vaccinées, soit un nombre total de 103 cas parmi l’ensemble des femmes de 15-50 ans ayant été vaccinées en France entre le 12 mai 2021 et le 31 août 2022 », précise l’étude.

… mais des résultats à interpréter avec précaution

D’après Epi-Phare, l’ampleur de l’association entre la vaccination et la survenue de saignements menstruels abondants mesurée dans cette étude nécessite d’être interprétée avec précaution. En effet, les informations disponibles dans le Système national des données de santé (SNDS) ne permettent pas d’affirmer qu’après la vaccination toutes les femmes considérées comme témoins ont bien été indemnes de problèmes de saignements menstruels abondants si ceux-ci ont été pris en charge exclusivement en ambulatoire. Pour cette raison, l’association entre la vaccination et la survenue de saignements menstruels abondants pourrait être sous-estimée dans cette étude.

Lire l’étude complète d’Epi-Phare intitulée « Vaccins Covid19 et saignements menstruels abondants ».

(1) Cette étude a utilisé des données individuelles provenant de 4 sources de données principales : le Système national des données de santé (SNDS), le Système d’information Vaccin Covid (VAC-SI), le Système d'information de DEPistage (SI-DEP), les données d’hospitalisation du Programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI).

En cours de chargement...