Plus de 1 800 cancers professionnels reconnus chaque année

26 avril 2019

Dans le rapport "Santé travail : enjeux & actions" d’avril 2019 consacré aux cancers reconnus d’origine professionnelle, l’Assurance Maladie fait un état des lieux de ces cancers. Elle y détaille ses actions de prévention à disposition des entreprises et présente les dispositifs de suivi, d’accompagnement et de dépistage des salariés exposés.

Quels sont les secteurs d’activité et les salariés concernés par les cancers professionnels ?

En moyenne, plus de 1 800 cancers d’origine professionnelle sont reconnus chaque année par l’Assurance Maladie - Risques professionnels et concernent majoritairement des ouvriers retraités.

 

Cancers reconnus d’origine professionnelle : les personnes les plus touchées : 96 % homme, 80 % ouvriers, âge moyen 68 ans

 

Les cancers liés à l’amiante restent prépondérants malgré leur baisse continue depuis quelques années (70 % des cas sont des cancers du poumon, 30 % des cas de mésothéliomes). La part des autres cancers, liés notamment aux poussières de bois et à l’exposition au benzène, est en augmentation. En 20 ans, le nombre total de cancers reconnus d’origine professionnelle a été multiplié par 3,6.

 

Infographie cancers liés à l’amiante : tout le contenu est déjà traité ci-dessus

 

Les cancers dont le lien avec le travail est reconnu coûtent chaque année environ 1,2 milliard d’euros aux entreprises, financés via leurs cotisations accidents du travail et maladies professionnelles.

 

Evolution des cancers pris en charge en AT/MP

Hors alinéa 7 : ce sont les cancers professionnels hors tableaux des maladies professionnelles

 

Les salariés les plus concernés par le risque de cancers professionnels travaillent ou ont travaillé dans les secteurs économiques suivants :

  • métallurgie : 39 % ;
  • bâtiment et travaux publics (BTP) hors bureaux : 24 % ;
  • chimie, caoutchouc ; 9 % ;
  • bois, ameublement : 9 % ;
  • transports, secteur de l’eau, du gaz, de l’électricité : 7 % ;
  • commerce non alimentaire : 4 % ;
  • activités de services I (banques, assurances, administrations) et II (travail temporaire, action sociale, santé, nettoyage) : 4 % chacun ;
  • alimentation : 1 %.
stats_2019cancer_pro_repartition_700px.png

Comment mieux détecter les maladies professionnelles ?

Une part de cancers d’origine professionnelle n’est pas déclarée par les patients. Les raisons sont multiples : il peut y avoir une longue période de latence entre l’exposition aux facteurs cancérigènes et la survenue d’un cancer (20-40 ans), l’origine du cancer peut être multifactorielle, les assurés ne connaissent pas toujours leurs droits, etc.

Cette non-déclaration ne permet pas aux patients concernés de bénéficier de prestations liées à leur maladie professionnelle, notamment d’une rente à vie pour eux et leurs ayants droit (femmes et enfants jusqu’à 20 ans).

Le médecin généraliste ou spécialiste a donc un rôle dans le repérage et l’information des patients ayant été exposés à des substances cancérigènes en milieu de travail. L’Institut national du cancer a développé des outils pour aider les médecins à reconnaître les cancers d’origine professionnelle et à accompagner les patients dans leur demande de reconnaissance de maladie professionnelle.

L’Assurance Maladie - Risques professionnels mène depuis plusieurs années des actions de détection de l’origine professionnelle de certaines pathologies. Par exemple, elle a mis en place un premier dispositif de repérage lié aux cancers de vessie qui a permis de multiplier par 6 le nombre de ces pathologies reconnues en maladie professionnelle. Pour pérenniser cette action, elle entend s’appuyer sur les urologues. D’autres dispositifs de repérage seront prochainement mis en place pour détecter d’autres pathologies, notamment des cancers dont l’origine professionnelle serait probable.

Le programme "Risques Chimiques Pros", pour prévenir le risque en entreprise

La prévention à l’exposition des risques chimiques déployée par l’Assurance Maladie - Risques professionnels se poursuit dans le cadre d’un nouveau programme national de prévention "Risques Chimiques Pros", qui sera lancé prochainement. Il a pour objectif d’accompagner les entreprises dans la mise en œuvre de mesures de prévention et d’améliorer la connaissance de ces risques en entreprise.

Comment demander la reconnaissance d’un cancer en maladie professionnelle ?

Le patient doit effectuer la demande avec le formulaire de déclaration de maladie professionnelle. Le médecin traitant ou le spécialiste qui le suit doit établir un certificat médical initial (CMI) invoquant le caractère professionnel, indispensable à la prise en compte du dossier.