« Avec Mon espace santé, la santé s’organise autour du patient »

Nicolas Homehr

Depuis le 3 février, le carnet de santé numérique « Mon espace santé » est accessible à tous les assurés. Médecin généraliste et président d’une maison de santé à Lherm (Haute-Garonne), le docteur Nicolas Homehr a pu tester en avance le nouveau service. Il revient sur son expérience de praticien et partage les impressions de sa patientèle sur Mon espace santé.

Dans votre pratique quotidienne, comment s’illustrent les bénéfices liés à l’ouverture de Mon espace santé ?

Dr. Nicolas Homehr. Côté médecin traitant, Mon espace santé est bénéfique pour la consolidation des liens entre médecine de ville et hôpital. Par exemple, lors de l’hospitalisation d’un patient, son dossier médical est mis à jour par les services hospitaliers. Grâce à Mon espace santé, cette information est stockée dans un endroit centralisé et visible depuis le dossier médical partagé (DMP) par d’autres professionnels de santé assurant le suivi du même patient, ce qui fluidifie grandement le lien entre les praticiens, d’une part, et avec les patients d'autre part, et ce qui garantit un meilleur suivi médical. Autre exemple : l’utilisation du service vient également renforcer le binôme médecins-infirmiers, ainsi que les relations avec d’autres professions de santé. Les patients pourront remplir leur espace aux côtés d’infirmiers avec la prise des constantes au domicile (mesures de santé qui figurent dans le profil médical à renseigner par le patient), telles que la tension, etc. Ces informations vont pouvoir être consultées directement à distance par le médecin depuis le DMP via la synthèse du profil médical mise à disposition par le patient. Ou encore, en cas de départ à la retraite d’un professionnel de santé, Mon espace santé va faciliter la transition en rendant l’historique médical accessible par le nouveau professionnel de santé.

Mon espace santé centralise toutes les informations liées à la santé. Lorsqu’un patient me dit « Docteur, j’ai un rendez-vous dans 2 semaines avec un spécialiste, quels éléments dois-je transmettre ? », je peux le rassurer en lui disant qu’il suffit de les déposer dans son profil Mon espace santé pour que le spécialiste puisse y avoir accès facilement. Enfin, pour la profession, un bénéfice notable sera de fermer les multiples canaux d’échanges qui actuellement nous assaillent. Les sollicitations arrivent de toute part : téléphone, mail, SMS. À moyen terme, Mon espace santé sera le seul canal d’échanges dématérialisés avec les patients, notamment via la messagerie de santé.

 

De quelle manière Mon espace santé facilite-t-il vos échanges avec les patients et comment ceux-ci perçoivent-ils ces changements ?

Dr. Nicolas Homehr. La messagerie de santé de Mon espace santé est une avancée majeure. Elle permet par exemple d’assurer un suivi en cas de déménagement ou lors de vacances. Pour prescrire des pilules, générer des ordonnances chroniques, on passait auparavant par des mails ou autres plateformes non sécurisées. Désormais, en quelques clics, j’édite l’ordonnance, je la mets au format PDF, puis je l’envoie par messagerie à mon patient en toute sécurité et parallèlement je la dépose via le DMP dans le service Mon espace santé du patient. En cas de visite d’un patient qui n’est pas le nôtre, on prépare normalement un courrier au médecin traitant. Désormais, on verse l’ordonnance dans Mon espace santé, et le patient vu en garde ou sur son lieu de vacances pourra retourner voir son médecin traitant en lui expliquant que toutes les informations sont dans son profil Mon espace santé.

Évidemment, nous avons de bons retours des patients habitués aux outils numériques. Cependant, la pyramides des âges implique que ce ne sont pas ceux qui souffrent le plus de problèmes de santé. Mais des actions d’accompagnement faciliteront la familiarisation avec l’outil. Les patients trouvent très intéressant de pouvoir avoir la main sur leur dossier. Cela facilite leur approche, par exemple dans le cas des radiologies. Actuellement, il leur faut créer un identifiant, aller sur un serveur dédié pour récupérer l’examen d’imagerie ou parfois se déplacer au centre de radiologie. Demain, l’examen sera directement versé dans leur espace numérique.

Mon espace santé permet une vision inclusive du patient, en l’associant. C’est un agrégateur de données qui vient bousculer l’organisation de la santé. Le prisme de la santé du patient évolue : auparavant on discutait entre professionnels, avec un patient relativement passif. Désormais, le patient devient acteur de sa santé, il a accès facilement aux documents, aux comptes rendus, et peut échanger avec les professionnels de santé. Mon espace santé incarne digitalement ce changement de paradigme : la santé s’organise autour du patient.

 

Les transformations liées au numérique rencontrent parfois des réticences. Comment accompagner les patients dans l’usage de ce service numérique ?

Dr. Nicolas Homehr. Certaines personnes ne veulent pas tout savoir sur leur santé. Il faut être convaincu de l’intérêt pour le patient. Si le patient le souhaite, nous serons là pour l’accompagner avec bienveillance. On ne désire pas tout digitaliser, on explique simplement qu’il existe de nouveaux outils permettant d’améliorer la transmission des informations pour la bonne gestion de leur santé : un « coffre-fort » sécurisé, hébergé en France, centralisé. Pour le patient, c’est plus simple car il peut gérer toutes ses informations de santé dans un même endroit, c’est plus d’autonomie pour lui. Par exemple, on peut imaginer que si un patient se retrouve aux urgences, sans ses ordonnances de médicaments, et dans l’incapacité d’y accéder, il sera sûrement content de dire que tout est sauvegardé dans son profil Mon espace santé. Et, différence notable avec le DMP, tout le monde aura Mon espace santé, sauf opposition explicite, c’est simplificateur pour la prise en charge de la santé en France.


Lire l’interview de Thomas Fatôme, directeur général de la Cnam, sur les objectifs de Mon espace santé
En savoir plus sur l’expérimentation de Mon espace santé menée dans 3 départements

En cours de chargement...