Salons de coiffure et coiffeurs à domicile

20 septembre 2021
Les risques du métier de coiffeur (tendinites, douleurs musculaires stress, allergies, chutes…) affectent le quotidien des professionnels et la qualité du service. Il est possible d'agir : découvrez des solutions simples et peu coûteuses pour préserver la santé du chef d'entreprise et de ses collaborateurs.

Le quotidien à risques du métier de coiffeur

Infographie présentant les différents risques professionnels liés au secteur de la coiffure

Les risques professionnels dans le secteur de la coiffure

Pourcentage de causes d'accidents pour ce secteur d'activité :

  • 40 % des accidents sont liés à l'utilisation des outils ;
  • 37 % des accidents sont liés aux chutes de hauteur ou de plain-pied.

Dans ce secteur on dénombre près de 220 000 journées de travail perdues par an.

Les troubles musculosquelettiques représentent 80 % des maladies professionnelles du secteur de la coiffure contre 20 % pour les affections respiratoires ou cutanées.

En moyenne les professionnels de la coiffure sont arrêtés 58 jours pour cause d'accident du travail et 204 jours pour cause de maladie professionnelle.

Face au coût humain et financier des risques professionnels, le responsable du salon de coiffure a un rôle déterminant à jouer. En s'engageant dans l'amélioration de la sécurité, de l'hygiène et des conditions de travail, il préserve sa santé, celle de ses collaborateurs, mais aussi celle de son activité.

Mauvaises postures, utilisation de produits dangereux : la liste des accidents du travail et maladies professionnelles dans la coiffure

La liste ci-dessous présente les accidents et maladies professionnelles rencontrés le plus fréquemment dans la coiffure.

Principaux risques professionnels dans les métiers de la coiffure et conséquences sur la santé des salariés
Situations à risque Accidents du travail et maladies professionnelles
Postures contraignantes ou inadaptées, mouvements répétitifs, piétinement Mal de dos (lombalgies), troubles musculosquelettiques (tendinites et douleurs des mains, poignets, épaules…), jambes lourdes
Utilisation de produits chimiques (teintures, shampoings, liquides de permanentes, laques, sprays…) Allergies, problèmes de peau (rougeurs, démangeaisons, brûlures, dessèchement, eczéma, psoriasis…), difficultés respiratoires (asthme, toux, sifflements), intoxication, trouble de la fertilité
Sols glissants, escaliers non sécurisés, salles et couloirs encombrés Chutes de plain-pied
Pics d’activité, désorganisation du travail, relation avec la clientèle, bruit (appareils électriques, ambiance sonore) Stress, troubles du sommeil, fatigue, risques psychosociaux

Un outil en ligne gratuit et anonyme pour évaluer les risques professionnels

Afin d'engager les actions appropriées, faites un état des lieux précis des risques dans votre salon de coiffure. L'Assurance Maladie – Risques professionnels et l'INRS proposent aux employeurs un « outil en ligne spécial Coiffure » (site externe). Ce service est gratuit et anonyme. Il vous permet de :

  • faire votre plan d'actions spécifique, à partir d'un questionnaire dédié ;
  • remplir vos obligations légales en téléchargeant votre document unique d'évaluation des risques (DUER), dont les modalités de consultation doivent être affichées dans votre salon de coiffure.
L'indispensable document unique d'évaluation des risques pour les employeurs

L'élaboration d'un document unique d'évaluation des risques (DUER), en plus d'être une obligation réglementaire, permet d'identifier les risques et de proposer des actions de prévention propres à son activité et à son entreprise.

Ce document n'est pas figé et doit évoluer en fonction des risques. Il doit donc intégrer les risques d'exposition à la Covid 19.

Agir simplement, à moindre coût, pour prévenir les risques

Bien souvent, les coiffeurs expérimentés connaissent les risques du métier pour y avoir été confrontés durant leur parcours. Il incombe aux dirigeants de salons de coiffure de partager cette connaissance avec leurs collaborateurs.

Pour cela, communiquer sur les bonnes pratiques est essentiel. Ainsi, le responsable de salon doit régulièrement diffuser les règles d'hygiène et de sécurité. Cela permet :

  • que chaque coiffeur devienne acteur de sa propre prévention, grâce à la maîtrise des bonnes pratiques en la matière, relatives notamment à la Covid-19 ;
  • d'anticiper les risques en s'appuyant sur la vigilance et les suggestions de chacun.

Pour en savoir plus sur le type d'actions à mettre en œuvre, consultez la brochure : « ED 6397 - Coiffure – Santé au travail : passez à l'action ! (PDF) ».

Par ailleurs, vous pouvez utiliser l'outil « Agir suite à un accident », qui s'adresse aux entreprises de moins de 50 salariés. Il permet au chef d'entreprise de : 

  • sélectionner les causes de l'accident ;
  • identifier les mesures à mettre en place ;
  • bénéficier d'un plan d'actions.
En cas d'urgence

Pensez à imprimer et afficher une fiche de synthèse, relative à l'hygiène et la sécurité. Le personnel doit en effet être informé des mesures à prendre en cas d'urgence, ainsi que de la présence d'une trousse de premiers secours, comme recommandé par l'Union nationale des entreprises de coiffure.

Qu’ils soient stagiaires, nouveaux embauchés, intérimaires ou apprentis, les nouveaux arrivants sont particulièrement exposés aux risques professionnels. À cela, plusieurs raisons :

  • une conscience insuffisante des dangers liés à leur prise de poste ;
  • une méconnaissance des enjeux de prévention des risques ;
  • des difficultés à se projeter dans le futur en termes de santé, surtout pour les plus jeunes.

L’accueil du nouvel arrivant est ainsi déterminant pour la suite. Consultez le cahier du nouvel arrivant (PDF) afin de structurer l’accueil en intégrant la prévention des risques professionnels.

Pour prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS), le coiffeur doit pouvoir régler la hauteur et l’orientation de ses équipements destinés à la clientèle (fauteuils de coupe, bacs de lavage…). Son propre tabouret doit également être pivotant, sur roulettes, et réglable en hauteur.

L’état des outils doit être vérifié régulièrement, surtout si ce sont des outils coupants. Choisissez-les légers et silencieux.

Quel que soit le produit (shampooings, produit de défrisage, coloration, décoloration, permanente…), renseignez-vous sur sa composition et son utilisation. Informez vos salariés quant aux précautions d’usage (port de gants, hottes aspirantes, etc.) et veillez à aérer régulièrement les locaux.

La conception des locaux est l’occasion idéale de prévenir les risques de chutes : anticipez les flux de circulation, choisissez des revêtements antidérapants, évitez les marches et équipez les escaliers (rampes, éclairages…) !

Vous pouvez aussi réduire ce risque de chutes en maintenant des sols propres, en adoptant des rangements pratiques et en équipant le personnel de chaussures adaptées : celles-ci doivent être fermées, avec un talon de moins de 3 cm.

Le salarié doit connaitre sa charge de travail et l'activité du salon doit être organisée, de l'accueil du client jusqu'à sa sortie.

Par ailleurs, assurez-vous que vos collaborateurs sont formés pour être en mesure de réagir face au comportement parfois inapproprié de certains clients.

Vous pouvez vous appuyer sur le guide « Faire le point RPS ». Il vous aidera à évaluer les risques psychosociaux au sein de votre entreprise : anxiété, burn out, dépressions…Vous pourrez les intégrer dans votre document unique d'évaluation des risques professionnels (DUER) et répondre ainsi à vos obligations réglementaires.

Obtenez des aides financières pour investir dans la prévention

Vous pouvez recevoir une aide financière pour acheter du matériel (peignes, brosses, ciseaux, rasoirs, tondeuses, serviettes, capes de coupe, lave-têtes, stérilisateurs, gel antiseptique…).

Pour lutter spécifiquement contre les troubles musculosquelettiques, les subventions TMS Pros Diagnostic et TMS Pros Action vous permettent :

  • de financer la formation, l'évaluation et la mise en place d'un plan d'actions contre les risques de TMS ;
  • d’acquérir du matériel et/ou des équipements ergonomiques ;
  • de réaliser des formations adaptées en direction des salariés concernés par les TMS.

Vous pouvez également bénéficier des subventions :

  •  Equip'mobil +, dont l'objectif est de réduire le port de charges lourdes grâce au financement d'équipements électriques ;
  • Propreté + qui permet de financer des équipements de nettoyage adaptés.

Pour en savoir plus, consultez la page des subventions Prévention pour les petites entreprises.